Images de page
PDF

sier de bon bien. Aie de la miséricorde, ô Eternel notre Dieu, sur Israël ton peuple, et sur Jérusalem ta ville, et sur ton sanctuaire, et sur ton autel. Et réédifie Jérusalem ta ville sainte bientôt dans nos jours, et fais nous y monter (aller), et réjouis-nous en elle; car tu es bon et tu fais du bien. Pour tout ce qui est des cinq espèces de blé (on dit: béni soit Dieu, etc.) pour les vivres, pour les alimens, pour le produit du champ, etc, on conclut (béni soit Dieu, etc.) pour la terre et pour les vivres et pour les fruits. Mais comment finit-on (les autres bénédictions)? Lorsque Rav Dimi survint il dit que Ray finissait la bénédiction de la nouvelle lune (en disant) : béni soit celui qui sanctifie Israël et la nouvelle lune. Mais ici comment (faire la louange pour les autres objets)? Rav Hasda dit (en ajoutant): pour la terre et pour ses fruits, et R. Johanan dit: pour la terre et pour les fruits. Sur quoi R. Amram observe que ce n'est pas une contradiction; car l'un parle pour nous (Babyloniens), et l'autre pour ceux (qui sont en Palestine). Or, Ray Nahmani, fils d'Isaac, objectait: eux mangent (les fruits et les bénissent), et nous les bénissons seulement. Mais il faut tourner la phrase ainsi: Rav Hasda (qui était à Babylone) disait: pour la terre et pour les fruits, et R. Johanan (qui était à Jérusalem) di

sait: pour la terre et pour ses fruits. F.44.6. Rav Isaac, fils d'Avdima, dit au nom de notre Rabbi:

pour les oeufs et pour toute espèce de viande, on fait, au commencement, la bénédiction: car tout, etc. et à la fin: celui qui crée beaucoup d'âmes, etc. mais pour le chou on n'en dit rien (à la fin). Mais Rav Isaac disait que même pour le chou il faut (faire une bénédiction à la fin), et que pour l'eau il n'en faut pas faire. Cependant Rav Papa disait qu'il faut en faire même sur l'eau. Mar Zutra fit selon Rav Isaac, fils d'Avdimi, et Rav Chimi, fils d'Achi, fit selon R. Isaac. Le signe de souvenir de cela est un (celui qui a un seul nom Zutra) selon deux (selon l'opinion de celui qui en a deux , Rav Isaac, fils d' Avdime), et deux selon un, etc. Rav Ache dit: moi chaque fois que je m'en souviens je me conforine à l'opinion de tous (et même à celle de Rav Papa). Nous avons appris: tout ce

po

qui est chargé d'une bénédiction après , est aussi chargé d'une bénédiction avant; cependant il y a des choses qui en sont chargées avant, et qui ne le sont pas après. D'accord que cette dernière phrase) puisse servir à R. Isaac, fils d’Avdimi, pour excepter le chou, et à R. Isaac pour excepter l'eau ; mais d'après R. Papa qu'est-ce qu'elle peut excepter? Elle peut excepter les préceptes 74). Mais selon la coutume des fils de l'Occident (les Juifs de Palestine) qui après avoir ôté leurs Tephillin font la bénédiction: qui nous a sanctifiés par ses préceptes, et nous a prescrit de garder ses ordonnances, que peut-elle excepter? Elle peut excepter les choses odoriférantes (qui ne demandent pas une bénédiction après).

R. Jannaï disait avoir entendu dire à Rabbi: un oeuf est meilleur que tout autre mets, qui ait la grandeur d'un oeuf. Lorsque Ravin survint, il dit: un oeuf tourné (à la coque) est meilleur que six Kises (logs) de fleur de farine (crue). Lorsque Rav Dimi survint, il dit qu'un oeuf tourné est meillenr que six Kises, et qu'un oeuf rôti est meilleur que quatre. Quant aux choses cuites (dans l'eau, vaut la règle) que l'oeuf est préférable à tout ce qui a la grandeur d'un oeuf, excepté la viande.

Mischna. R. Akiva disait : celui qui mange des her. bes cuites, etc.

Ghémara. Est-ce que nous trouvons quelque part que les herbes - cuites servent de nourriture? Rav Achi dit: on - a enseigné cela de la tige du chou (2775 crambe); -car les

rabbins nous ont appris: la rate est avantageuse pour les dents, et désavantageuse pour les entrailles ; les porreaux sont désavantageux pour les dents, et avantageux pour les entrailles. Tout chou cru rend pâle, et tout ce qui est petit (qui n'a pas achevé de croître) rend petit; toute âme (tout ce qui est mangé entier et vivant) récrée l'âme, et. tout ce qui rapproche de l'âme (les parties d'un animal,

74) Raschi : Les préceptes de ne pas faire de bénédiction lorsqu'on oteles Tephillin, les Tsitsith et après avoir sonné de la corne (7970) et remué la branche de palmier (3373).

se trouve la vie) récrée l'âme. Le chou (3745) sert de nourriture, et les bettes de médecine; mais malheur à la maison où entrent des raves. Mar a dit: la rate est avantageuse pour les dents, et désavantageuse pour les entrailles. Mais quel en est le remède? La mâcher et la rejeter. Les porreaux sont désavantageux pour les dents, et avantageux pour les entraittes. Mais quel en est le remède ? De les faire bien cuire et de les avaler. Tout chou cru rend pâle : sur quoi R. Isaac dit que cela est relatif) au premier repas fait après une saignée. R. Isaac disait encore: il est interdit de converser avec quiconque mange du chou avant la quatrième heure. Pour quelle raison? A cause que sa mauvaise odeur (est nuisible). R. Isaac disait en outre: il est défendu à l'homme de manger du chou cru avant la quatrième heure. Amemar, Mar Zutra et Rav Achi étant assis à table on apporta devant eux du chou cru, avant la quatrième heure. Amemar et Rav

Achi en mangèrent, mais Mar Zutra n'en mangea pas. Ils · lui dirent : es-tu de l'opinion énoncée par R. Isaac, qu'il

est interdit de converser avec quiconque mange du chou .cru avant la quatrième heure à cause de l'odeur? Cependant nous en avons mangé, et tu converses avec nous. Il leur répondit: je suis (seulement) de l'autre opinion énoncée par R. Isaac en ces termes : il est défendu à l'homme de manger du chou cru avant la quatrième heure. Tout petit rend petit. Sur quoi Rav Hasda disait: cette maxime vaut même pour un Cabri, fils (du prix) d'un Zuza, et n'a été dite qu'en supposant qu'il n'ait pas encore la quatrième partie de sa grandeur ordinaire; mais s'il a cette quatrième partie, elle ne mérite pas qu'on y fasse attention. Toute âme récrée l'âme. Rav Papa dit: même les, Gildanes (petit poisson qui ne croît pas) des joncs des marais (139377 177303). Tout ce qui approche de l'âme récrée l'âme. Rav Aha, fils de Jacob, dit que c'est la gorge (des animaux). Rava disait à son domestique: quand tu m'apportes un morceau de viande, tâche de nie l'apporter de l'endroit qui est tout près de la maison de la bénédiction (du lieu on égorge un animal en faisant une bénédiction). Le chou (1177) sert de nourriture, et les bettes de médecine. Est-ce

que le chou sert de nourriture et non 'de médecine? Cependant une Baraïtha porte: six choses guérissent un malade de sa maladie, et leur guérison est une véritable guérison, savoir : le chou (3995), les bettes, les eaux de 71090 (sison gr.) secs, et le gosier et la matrice (des animaux), la crépine du foie. Il faut donc dire: le chou (279) sert de médecine et aussi de nourriture. Malheur à la maiCson entrent les raves. Mais ce n'est pas ainsi, vu que Rava disait à son domestique: lorsque tu vois des raves au marché ne me dis pas: que veux - tu manger avec le pain? Sur quoi Avaï dit (que ce malheur a lieu lorsqu'on mange les raves) sans viande, et Rava dit: sans vin. D'autres disent que Rav disait: sans viande, et Samuel: sans bois (sans les cuire assez), et que R. Johanan di. sait: sans vin.' Rava disait à Rav Papa Sorani (marchand de vin de dattes): nous corrigeons (ce qu'il y a de nuisible dans les raves) avec la viande et le vin, mais vous qui n'avez pas assez de vin par quoi le corrigez - vous ? Il lui répondit: par le bois; c'est pourquoi la femme de Rav Papa après avoir cuit (les raves ) en corrigeait (ce * qu'elles ont de nuisible) par quatre-vingts morceaux de bois fendu.

Les rabbins ont appris: un petit poisson salé quelque fois tue le 7me, le 17e, le 27e, et d'autres disent le 23e jour. Mais cela a été dit seulement lorsqu'il est rôti, et qu'il n'est pas rôti (c'est-à-dire, lorsqu'il n'est pas bien rôti). Mais lorsqu'il est bien rôti, on n'y fait pas attention. Et lors même qu'il n'est pas bien rôti, cela n'a été dit qu'en cas qu'on ne boive pàs après une boisson eni

vrante (m5w); mais si on boit après une boisson enivrante, . on ny fait pas attention. i

- Mischna. Celui qui boit de l'eau pour étancher la soif, etc.

Ghémara. Que veut-on excepter par là? Rav Idi, fils d'Avin dit: on veut excepter celui qui boit de l'eau) parce qu'il a quelque chose dans la gorge qui l'étouffe. F. 45. a.

Mischna. R. Tarphon dit: celui qui crée beaucoup d'âmes et leurs nécessités.

Ghémara. Rava, fils de Rav Hanan, disait à Avai, et d'autres disent à Rav Joseph: quelle est l'Halaca? Il lui répondit: sors et vois ce que le peuple dit à ce sujet 75).

Que notre retour soit sur toi, ô Section.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

75) Raschi : le peuple qui depuis long-temps avait la coutume de faire en pareille circonstance au commencement la bénédiction: car par sa parole, etc., à la fin la bénédiction : le créatenr de beaucoup d'âmes.

« PrécédentContinuer »