Choix littéraire, Volume 21

Couverture
Claude Philibert, 1760
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 123 - Tous ces amants qu'elle traîne en triomphe à fa fuite , elle fent plus d'envie de les écarter , qu'elle n'eut de plaifir à les attirer. Il en eft un fur qui fes yeux fe portent fans cefle , dont ils le détournent toujours.
Page 120 - ... fervile , étendu & fortifié par l'éducation , ne peut être affoibli que par un effort de raifon , & détruit que par une grande chaleur de fentiment : on a même comparé ce caraftère au feu facré qui ne s'éteint jamais.
Page 134 - Elle a un cara&ère de réferve & de dignité qui la fait refpeder , d'indulgence & de fenfibilité qui la fait aimer , de prudence & de fermeté qui la fait craindre ; elle répand autour d'elle une douce chaleur , une lumiére pure qui éclaire & vivifie tout ce qui l'environne.
Page 101 - Arabes , fortit cet idiome , qui , comme l'Italien , perdit le plus précieux caradère de "fon origine , je veux dire , l'analogie ; mais dont la noblefle & l'élévation prouvent au moins que la longue fervitude fous laquelle l'Efpagnol avoit gémi , n'avoit point atteint fon ame. Cette Langue dont le poids & la gravité , dit Bentivoglio , femblent porter plus avant dans l'efprit les chofes qu?elle exprime ; qui -, par fa marche lente & majeftueufe, fait fouvenir de ces chants fpondaïques que...
Page 117 - ... l'éducation eft d'autant plus mauvaife qu'elle eft plus générale , & d'autant plus négligée qu'elle eft plus utile. On doit être furpris que des âmes fi incultes puiflent produire tant de vertus , & qu'il n'y germe pas plus de vices. Des femmes qui ont renoncé au monde avant' que de le connoîrre , font chargées de donner des principes à celles qui doivent y vivre.
Page 132 - ... de beauté pour donner du prix à fa vertu. Egalement éloignée de la honte d'aimer fans retenue , du tourment de n'ofer aimer, & de l'ennui de vivre fans amour, elle a tant d'indulgence pour les foiblefles de...
Page 119 - La nature femble avoir conferé aux hommes le droit de gouverner. Les femmes ont eu recours à l'art pour s'affranchir. Les deux fexes ont abufé réciproquement de leurs avantages , de la force & de la beauté , ces deux moyens de faire des malheureux. Les hommes ont augmenté leur...
Page 123 - Va-t-elle au fpecbcle , eft-il moins en vue ? il cft pourtant le premier qu'elle y voit , fon nom eft toujours le dernier qu'elle prononce. Si le fentiment de fon cœur eft encore ignoré , ce n'eft plus que d'elle feule ; il a été dévoilé par tout ce qu'elle a fait pour le cacher ; il s'eft irrité par tout ce qu'elle a fait pour l'éteindre : elle eft trifte , mais fi triftefle eft un des charmes de l'amour.
Page 95 - Latine l'abondance, la ha» diefle & la mélodie du langage des Grecs ; mais ce qu'elle perdit du côté de l'agrément & de la fécondité, elle le gagna peut-être par la pompe & la magnificence de fon llyle, où fe rériéchilîent encore l'éclat & la majefté de la République Romaine.
Page 127 - ... plus heureux que le premier , quoique plus volontaire , & qui bientôt fera fuivi d'un autre. Elle appartenoit à l'amour, la voilà qui appartient au plaifir ; fes fens étoient à l'ufage de fon cœur, fon efprit eft à l'ufage de fes fens : l'art , fi facile à diftinguer partout ailleurs de la nature , n'en eft ici féparé que par une nuance imperceptible: Chloé s'y méprend quelquefois elle-même ; eh qu'importé que fon amant y foit trompé, s'il eft heureux! Il en eft des menfonges de...

Informations bibliographiques