Images de page
PDF
ePub

pauvreté de faint François, par l'application à de certaines pratiques de la pauvreté, dont je vous parleray. Entre les vies des Saints & des Saintes, il y en a dont nôtre efprit reçoit plus de lumiére pour la conduite de nôtre vie; comme celle de la bienheureuse Mére Théréfe, dont la lecture eft admirable pour cela; celles des prémiers Jéfuites, celle du bienheureux Cardinal Borromée, de faint Louis, de faint Bernard, les Chroniques de faint François, & autres femblables Livres. Nous el, avons auffi de certaines vies de Saints, lefquelles vont plus à l'admiration,qu'à l'imitation; comme celles de Sainte Marie l'Egyptienne, de faint Simeon le Stylite, de fainte Catherine de Siende fainte Catherine de Gennes, de fainte Angéle, & plufieurs autres, lefquelles ne laiffent pas de donner en général un grand goût du faint amour de Dieu.

[ocr errors]

de

int

SAL

2-3

el.

les

res

urs

215

מן

[ocr errors]

le

ne,

ux

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

ne,

[ocr errors]

CHAPITRE XVIII.

De la manière de bien recevoir les infpirations,

Ous appellons inspirations tous

mouvemens du cœur, les reproches de la confcience, les lumiéres furnaturelles de l'efprit, & généralement toutes les bénédictions dont Dieu prévient nôtre cœur par fon amoureufe & paternelle miféricorde; foit pour nous réveiller de nôtre affoupiffement; foit pour nous engager à la pratique des -faintes vertus ; foit pour exciter en nous fon amour; en un mot pour nous faire chercher ce qui eft de nos intérests éternels. C'eft ce que l'Epoux des Cantiques appelle en termes mystérieux, rechercher fon Epoufe, frapper à sa porte, luy parler au cœur, la reveiller, l'appeller, & la chercher dans fon abfence, l'inviter à manger de fon miel, à venir cueillir des fruits & des fleurs, & à luy parler,

Je me fers donc auffi de cette compa raifon pour me faire mieux entendre:

[ocr errors]

Trois chofes font néceffaires à la conclufion d'un mariage; prémiérement, il faut le faire propofer à la perfonne. dont on demande le cœur & la foy; secondement,elle doit en agréer la propofition; & en troifiéme lieu, elle y donne fon confentement. C'eft ainfi que quand Dieu veut pour fa gloire opérer quelque bien en nous, par nous, & avec nous; il nous le propofe par, fon infpiration, nous la recevons avec une douce complaifance, & nous y confentons. Car comme il y a trois dégrez par lefquelson tombe dans le péché, la tentation, la délectation, & le confentement: Il y en a trois auffi, par lefquels on s'élève à la pratique de la vertu; l'infpiration, qui eft contraire à la tentation; là complaifance que l'on a pour l'infpiration, & qui eft contraire à la délectation de la tentation; & le confentement à l'infpiration, lequel eft contraire au confentement que l'on donne àla tentation.

Quand l'infpiration dureroit tout le temps de nôtre vie, nous n'en ferions pas plus agréables à Dieu; fi du moins nous ne la recevions pas avec complaifance: Au contraire, Dieu en feroit offenfé, comme il le futdes Ifraëlites,

fa Grace, ainfi qu'il le dit, preffa inutilement durant quarante ans de fe convertir; & aufquels il déclara avec ferment, que jamais ils n'entreroient dans fon repos.

que

Cette complaifance que l'on donne aux infpirations, avance beaucoup l'œuvre de la gloire de Dieu en nous, & nous attire déja la complaifance de fes yeux : Car bien que cette délectation, ne foit pas un véritable confentement, elle en eft du moins une difpofition fort heureufe: Et fi le plaifir que l'on prend à entendre la parole de Dieu, laquelle eft comme une infpiration extérieure, eft un figne de falut & une difpofition agréable à Dieu; cela eft encore plus vray à l'égard de l'infpiration intérieure. C'eft auffi cette défectation dont parle l'Epoufe facrée, quand elle dit : Pay fenti mon ame se fondre de joye en elle-même, quand mon bien aimé m'a parlé.

Mais enfin c'eft le confentement dont tout dépend: Car fi ayant été infpirez, & ayant reçû l'infpiration avec complaifance, nous refufons nôtre confentement à Dieu; nous nous rendons coupables d'une extrême ingratitude, envers fa divine Majefté: Et

[ocr errors]

il femble qu'il y ait plus de mépris, que fi tout d'un coup nous avions rejetté l'infpiration. Ce fut la faute & le malheur de l'Epoufe des Cantiques: La voix de fon bien-aimé avoit frappé fon cœur d'une douce joye; neanmoins elle ne luy ouvrit pas la porte, & elle s'en excufa d'une manière frivole : Auffi l'Epoux s'en alla-t-il, en la quittant avec indignation.

Il faut donc, Philothée, vous réfoudre à recevoir deformais toutes les inf pirations du Ciel, comme vous recevriez des Anges que Dieu vous envoyeroit, pour traiter avec vous d'une grande affaire: Ainfi écoutez avec tranquillité ce que l'infpiration vous propofe; faites attention à l'amour de celuy qui vous la donne, & la recevez avec joye; enfin donnez-y vôtre confentement d'une manière tendre & amoureufe; & Dieu qui ne peut nous avoir aucune obligation, ne laiffera pas d'agréer cette fidelle correfpondance. Mais fi l'infpiration porte quelque chofe de fart confidérable,& d'extraor dinaire, fufpendez votre confente-, ment jufqu'à ce que vous ayez confulté vôtre Directeur, qui la doit examiner, pour en reconnoître la verité ou

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »