Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

du

ou par le désir du gain', ou pour le plaisir de la conversation ; & observez sur tous les autres péchez.

Il faut encore marquer à peu prés combien de temps vôtre péché a duré; puis que pour l'ordinaire la longueur

temps en augmente notablement la malice : Et en effet il y a bien de la différence entre une vanité passagere , qui fe gliffe dans l'esprit pour un quare d'heure , & une vaine complaisance, dont le fécret orgueil da cour fe fera nourri durant un jour, deux jours, trois jours. Il faut donc dans l'accufation d'un péché en bien marquer le fait, le motif, & la durée : Car bien que dans la Confeßion des péchez véniels, on ne soit pas communément obligé à une serupuleuse exactitude ; & que même l'accusation n'en soit pas absolument nécessaire; cependant ceux qui veulent bien purifier leur ame pour parvenir à la perfection de la dévotion , doivent avoir un grand soin de bien faire connoître au Médecin spirituel, tout le mal dont ils souhaitent la guérison, quelque petit qu'il leur paroille.

Enfin ne vous épargnez en rien de fout ce qui sera nécessaire à faire com

[ocr errors]

prendre tout vôtre pêché; & remar, quez encore cet exemple : Un homme qui naturellement me déplaît, me dirá un je né fçay quoy qui ne fera rien, & seulement pour rire ; mais je le prendray mal, & je me mettray en colére: Au lieu qucfi un autre qui m'eft agréable, m'eût dit quelque parole plus forte, je l'eusse bien prife ; que faut-il donc que je faffe dans ma confesfion ? Je diray que je me suis échappé en des paroles d'aigreur, pour avoir inal pris ce qu'une personne m'avoit dit; non pas par la raison de la qualité des paroles, mais seulement par la raison du dégoût, que j'ay de cette personne : Et parce que je croy cela ført utile , je particulariseray même ces paroles d'aigreur. C'est de cette forte que découtvrant au Confesfeur, non feulement les péchez que l'on a commis ; mais les mauvaises inclinations, les habitudes, & les autres racines du péché , il connoît mieux le cour , &les remédes neceflaires à ses infirinirez. Il faut neanmoins , autant qu'il est pollible, mettre toûjours à couvert les perfonnes, qui auroient eú quelque part

à votre péché.

Prénez garde à beaucoup de péchez, qui souvent sublistent & dominent long-temps dans un cæut, sans qu'il s'en apperçoive ; afin que vous les confeffiez , & que vous puissiez en pue rifier le vôtre : Pour cela,lifez avec application les Chapitres ba 27. 28. 29.35 & 36. de la troisiéme partie , & le chapitre 7. de la quatrième partie.

Ne changez pas aisément de Con feffeur , & continuez à huy rendre compte de votre conscience aux jours marquez y luy difant bonnement & fincérement toutes vos fautes: Et de temps en temps, foit de mois en mois, foit de deux mois en deux mois, faites-luy connoître l'état de vos inclinations, quoy qu'elles ne vous ayene pas fait tomber en aucun péché. Conme fi l'efprit de crifteffe ou de cha grin vous tourmente ; ou fi votre caur eft enclin à la joye; ou si vous avez fenti quelques defirs trop vifs d'avoir plus de bien, & le reste.

CHAPITRE XX.

[ocr errors]

De la fréqæente Communion.

Ous sçavez ce que l'on dit de
Mithridare Roy de Pont en Afie,

ܪ

Il avoit inventé une forte de nourriture qu'il s'étoit renduë propre, pour

fe préserver du poison:Et il se fit un tema péramment li fort , qu'étant sur le point d'être pris par les Romains, & voulant éviter la captivité, il ne pût jamais s'empoisonner. N'est-ce pas ce que

le Sauveur a fait d'une maniére trés-réelle dans le trés-auguste Sacrement de l'Euchariftie ; où il nous donne fon Corps & fon Sang comme une nourriture, à laquelle l'immortalité eft attachée ? C'est pourquoy quiconque en use souvent avec dévotion, en reçoit tant de force & de vigueur ; qu'il est presque impossible , que le poison mortel des mauvaifes affections fasse aucune impression sur son ame. Non, l'on ne peut vivre de cette chair de vie, & mourir de la mort du péché.Si les hommes se fuffent préservez de la mort corporelle, par l'ufage du fruit de l'arbre de vie, que le Créateur avoit mis dans le Paradis terreftre : Pourquoy les hommes ne pourroient-ils pas maintenant se préserver de la mort spirituelle , par la vertu de ce Sacrement de vie ? En vérité s'il se peut faire, qu’un peu de miel ou de Lacre conserve les fruits les plus tens

dres,& les plus sujets à se corrompe, comme les cerises, les fraises , & les abricots : Il ne faut

pas
s'étonner

que nos ames quelque foibles qu'elles soient , se préservent de la corruption du péché ; quand elles ont été pénétrées de la force & de la suavité du fang incorruptible de Jesus-Christ.

© Philothée, les Chrétiens qui se damnent, n'auront rien à répondre au juste Juge, quand il leur fera voir que sans aucune raison ils se sont laillé mourir spirituellement; eux qui pouvoient fi facilement se conserver la vie, en se nourriffant de son corps. Misérables, leur dira-t-il, pourquoy étesvous morts, ayant entre les mains le fruit de la vie ?

Communier tous les jours, c'est un usage que je ne loje ni ne blâme : Mais communier tous les Dimanches, c'est une pratique que je conseille à tous les Fidelles , on je les y exhorte ; pourvei qu'ils ne conferuent en eux aucune volonté de pécher. Ce sont les propres paroles de faint Augustin , dont je prends icy le sentiment, pour ne louer ni ne blámer la Communion quotidienne, lur laquelle je renvoye des Fidelles à la décision de leurs Directeurs : Car elle

« PrécédentContinuer »