Images de page
PDF
ePub

Hérétiques & des Schifmatiques, & tout leur parti: C'eft une charité que. de crier au loup, quand il eft entre les brebis, quelque part qu'il foit.

Chacun fe donne la liberté de cenfurer les Princes, & de médire des Nations entiéres, felon la diverfité des inclinations dont on eft prévenu: Philothée, ne faites pas cette faute; parce qu'outre l'offense de Dieu, elle vous pourroit fufciter mille fortes de querelles. Quand vous entendez mal-parler du Prochain, tâchez de rendre douteux ce que l'on en dit, fi vous pouvez le faire justement; du moins excufez fon intention: Si cela ne fe peut pas encore, témoignez qu'il vous fait compaffion. Ecartez le difcours, penfant pour vous-même, & faifant penfer à la compagnie, que ceux qui ne tombent pas en faute en font uniquement obligez à la grace de Dieu. Rappellez le médifant à luy-même par quelques douces maniéres : Et dites librement ce que vous connoiffez de bon dans la perfonne que l'on offenfe.

**

[ocr errors][ocr errors][subsumed][ocr errors][ocr errors]

CHAPITRE XXX.

Quelques autres avis touchant
le Difcours.

Que

Ve nôtre langage foit fincére, doux, naturel, & fidelle. Gardezvous des duplicitez, des artifices, & de toutes fortes de diffimulation: Car bien qu'il ne foit pas bon de dire toûjours ce qui eft vray; cependant il n'est jamais permis de bleffer la vérité. Accoûtumez-vous à ne jamais mentir, ni de propos délibéré, ni par excufe, ni autrement, vous fouvenant que Dicu eft le Dieu de vérité. Si donc quelque menfonge vous échappe par mégarde, & que vous puiffiez reparer vôtre faute fur le champ par quelque explication, ou d'une autre maniére, n'y manquez pas: Une excufe véritable a bien plus de grace & de force & de force pour le juftifier, qu'un menfonge étudié.

Bien que l'on puiffe quelquefois dif crétement & prudemment déguifer & couvrir la vérité par quelque artifice de paroles; l'on ne peut pourtant pratiquer cela, que dans les chofes importantes ; quand la gloire & le fervice

de Dieu le demandent manifeftement: Hors de là les artifices font dangereux; d'autant que, comme dit l'Ecriture facrée, le S. Efprit n'habite point en un efprit diffimulé & double. Il n'y eût jamais de fineffe meilleure & plus fouhaitable que la fimplicité: La pruden

ce mondaine avec tous les artifices eft le caractére des enfans du fiécle; mais les enfans de Dieu marchent fans détour, & ont le cœur fans aucun replis. Qui marche fimplement, dit le Sage, marche avec confiance. Le menfonge, la duplicité, la diffimulation, feront toûjours les traits naturels d'un efprit bas & foible.

pas

Saint Auguftin avoit dit au quatriéme Livre de fes Confeffions, que fon ame & celle de fon ami, n'étoient qu'une feule ame ; que la vie luy étoit en horreur depuis la mort de fon ami, parce qu'il ne vouloir vivre d'une demi-vie ni à moitié; & que pour cela même il craignoit cependant de mourir, de peur que fon ami ne mouruft tout entier: Ces paroles luy femblérent aprés trop affectées & artificieufes; & il les blâma dans le livre de fes Rétractations, où illes appelle une grande ineptie: Voyez-vous, Philothée, la dé

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

ficatele de cette fainte & belle ame fur l'affectation des paroles: Certainement c'eft un grand ornement de la vie chrétienne, que la fidélité, la fincérité, & la naïveté du langage. Je l'ay dit, & je le feray proteftoit le Saint Roy David, j'obferveray mes voyes de peur que ma langue ne me rende coupable de quelque péché. Hé Seigneur ! Mettez une garde à ma bouche: Et pour que rien de blamable n'en forte, attachez la circon Spection à mes lévres.

C'est un avis du Roy faint Louis de ne contredire perfonne; finon en cas de péché, ou de quelque dommage; afin d'éviter toutes les conteftations: Mais quand il eft néceffaire de contredire Les autres & d'opposer son opinion à la teur, ce doit être avec tant de douceur & de ménagement, que l'on ne paroifle pas vouloir faire de violence à leur efprit; auffi-bien ne gagne-t-on rien en prenant les chofes avec chaleur.

La regle de parler peu, fi recomman dée par les anciens Sages, ne fe prend pas en ce fens; que l'on dife peu de paroles; mais que l'on n'en dife pas beaucoup d'inutiles Car en ce point-là, l'on n'a pas égard à la quantité, mais la qualité; & il faut ce me femble évi

ter deux extrémitez. La prémiere eft de prendre ces airs fiers & auftéres d'un filence affecté, dans les converfations où l'on fe trouve; parce que ces maniéres marquent de la défiance ou du mépris: La feconde eft de fe laiffer aller à un flux de paroles qui ne laiffe à perfonne le temps & la commodité de parler; parce que c'eft le caractére d'un efprit éventé & léger.

Saint Louis ne trouvoit pas bon qu'on parlât dans une compagnie en fécret, & comme on difoit de fon temps, en confeil, particuliérement à rable; de peur de faire penfer aux autres que l'on parlaft mal d'eux: Ouy, difoit-il, fi étant à table en bonne compagnie, l'on a quelque chofe de bon & de réjouiffant à dire, on doit le dire tout haut; & s'il s'agit d'une affaire férieufe & importante, l'on n'en doit parler à perfonne.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »