Images de page
PDF
ePub

jeune monde de l'un & de l'autre sexe, à peine même y est-il connu.

C'est un malheureux effet de la délicatelle de notre siécle sur les livres de dévotion, qui ne sont pas raisonnablement bien écrits;& par conséquent sur ceux, ausquels les grands changemens de la langue ont fait perdre cet agrément : Il est

vray,
& l'on

peut adjollter , que certe délicatelle sert à beaucoup de gens , pour excuser leur indé votion. Cependant il ne faut blâmer ni la délicacelle du siécle, ni son indévotion par cet endroit-là : Dautant que la raison de ne rebuter la piété de personne , par le dégoût d'un mauvais stile; & principalement de ne pas mettre entre les mains de la Jeunesse , des livres qui puissent luy apprendre à parler mal françois, aura toûjours son poids & son authorité. Quoy qu'il en soit, on étoit dans la néceilité, ou de laisser périr cet excellent Livre , ou de l'ace comoder aux usages présens de la langue; pour condescendre à la délicatesse du siècle, & ne laisser aucune excuse à son indévotion.

Hé pourquoy souffrir patiemment, que cet admirable ouvrage nous devienne inutile ? Pourquoy nous priver d'un bien, que la divine Providence nous a voulu rendre propre : Pourquoy les Nations étrangeres, riches de nô tre bien par la traduction de ce faino livre en seurs langues, nous reprocheront-elles nôtre négligence à le faire valoir pour nous-mêmes ? Pourquoy la Piété receyra-t-elle avec plaisir tant de traductions des livres étrangers , renouvellées & retouchées à proportion des changemens considérables de nô tre langue , & n'ofera-t-on toucher à celuy-cy? L'on dira peut-être que

le respe& qu'on doit à l'ouvrage d'un Saint ; demande qu'on n'y touche pas plus qu'à ses Reliques : Mais je réponds à cela : Le respect infini qu'on doit à la sainte Ecriture , empêche-t-il qu'on ne la donne en François aux Fidelles pour s'en édifier; & qu'on n'en renouvelle les anciennes traductions? Péchera-t-on plus contre la vénération deûë à faint François de Sales , en changeant quelques termes & expressions de son Introduction, qu'en la traduisant en une langue étrangére ? Et vaut-il mieux qu'il parle Italien à Rome , & Allemand à Vienne,ou Espagnol à Madrid, que de parler comme nous parlons

ā iiij

maintenant en France ? Un tel respect feroit tout semblable à celuy qu'un homme auroit pour un riche thresor, qu'il laisseroit cnfoüi plûtôt que de s'en servir utilement : Et cette respeétueuse piété ne seroit guére agréable à ce grand Saint, ni conforme à ses intentions. Il a écrit

pour

fanctifier non seulement fon siécle, mais encore les Gécles suivans : Et eomine il

' ne pouvoit ignorer que la langue françoise ne fût sujette à beaucoup de mutations ; ne doit-on pas raisonnablement présumer , qu'il a laidé la liberté de faire à fon livre les changemens, qui paroitroient nécessaires pour en conserver l'utilité. En effet, qui peut

douter que fi nous posledions encore sur la terre ce grand Saint , qui fut fi aimé de Dieu & des hommes, if n'y mît luy même la main ? Er on doit le croire d'autant plus seûrement, qu'il ne s'est en quelque maniére excusé dans la préface avec beaucoup d'humilité, de n'avoir pas ménagé en cet ouvrage tout l'ordre & toure l'exactitude de la composition, ni les ornemens de la langue , que parce qu'il n'en a pas eû le temps.

Le véritable respect qu'on devoit à l'ouvrage de saint François de Sales, toit prémiérement de n'y faire aucun changement eflentiel; & en second lieu de n'y en faire aucun quelque petir qu'il pût être , sans quelque forte de nécessité ; Or c'est cette respectacuse fidélité, dont on croit avoir suivi les Loix les plus rigoureuses.is & le, Saint se reconnoîtroit tout entier luy-mêine dans cette nouvelle édition de fon liyre, pour tout ce qui est de l'ordre, de la doctrine, des sentences, des tours de l'expreslion communément, aussi bien que des paroles, & de la douce kinplicité & naïveté de son stile, qu'on a retenu autant qu'on a pû.

C'est dans cette pensée qu'on n'a pas

fait de difficulté de se servir du simple titre d'Introduétion à la vie devote : Mais parce que les autres ne jugent pas toûjours comme nous, & que le public pourroit penser qu'on se leroit trop éloigné de l'original, on s'est encore servi de ce titre plus refpe&ueux pour le Saint , & pour le jugement que le lecteur a droit d'en porters: La Conduite des personnes du monde à luz? perfe&tion Chrétienne , fidellement extraite de l' Introduction à la vie dévote,

Daigne la divine bonté y donner 122 bénédiction pour sa gloire , & celle de

1

saint François de Sales ; pour l'utilité des fidélles , & la satisfaction de l'Illustre & faint Ordre des Filles de sainte Marie : A l'égard de qui l'on se contente d'avoir dans le cæur l'estime & le respect, que la ferveur de leur prémier esprit qu'elles ont conservée jusqu'à présent, leur mérite dans toute l'EgliTe de Jesus-Christ.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »