Oeuvres complètes ...: Méthode d'équitation ...

Couverture
Chez l'auteur, 1859 - 744 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

j ai 70 ans . j ai toujours monte a cheval . je commence a peine a comprendre ce veux dire main sens jambe jambe sens main merci Francois .

Table des matières

I
1
II
22
III
33
IV
46
V
56
VI
61
VII
65
VIII
78
XL
267
XLI
271
XLII
279
XLIII
285
XLIV
289
XLV
293
XLVI
295
XLVII
301

IX
82
X
89
XI
93
XII
99
XIV
110
XV
113
XVI
116
XVII
127
XVIII
130
XIX
132
XX
136
XXI
141
XXII
147
XXIII
152
XXIV
155
XXV
162
XXVI
171
XXVII
175
XXVIII
179
XXIX
183
XXX
185
XXXI
197
XXXII
209
XXXIV
219
XXXV
231
XXXVI
245
XXXVIII
253
XXXIX
257
XLIX
307
L
315
LI
319
LII
321
LIII
325
LV
327
LVII
355
LVIII
371
LIX
379
LX
403
LXI
413
LXII
443
LXIII
449
LXIV
484
LXV
496
LXVI
514
LXVII
521
LXVIII
525
LXIX
526
LXX
534
LXXI
553
LXXII
554
LXXIII
557
LXXIV
563
LXXV
580
LXXVI
585
LXXVII
611

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 448 - ÉCHAPPER. Laisser échapper son cheval de la main, c'est tout lui rendre, afin qu'il prenne un galop accéléré, Je n'ai jamais été partisan de laisser ainsi le cheval livré à lui-même, d'abord parce qu'on perd les moyens de le diriger et de le secourir, en modérant ses forces; ensuite parce qu'on se met à la merci de ses caprices ou de sa faiblesse. Il est vrai que certains chevaux seraient plus adroits, avec la liberté de leurs mouvements, que sous le joug de- moyens contre nature ; mais...
Page 585 - SAUT DE PIE, c'est un petit mouvement du cheval qui imite le saut d'une pie. Rien ne dénote le cheval mal monté comme de le voir, tous les cinq ou six temps de pas, se contracter, tendre ses jambes de devant, et faire ce petit saut. Ce défaut, car c'en est un, est pour l'ordinaire un signe de faiblesse chez le cheval , et d'une irrécusable maladresse chez le cavalier, qui recherche mal à propos son coursier, sans consulter ses moyens.
Page 443 - CRU (monter à), monter à poil, c'est monter un cheval sans selle ni couverture. Quelques instructeurs de cavalerie s'imaginent donner plus de solidité à leurs soldats en les faisant ainsi monter à cru; ils sont dans l'erreur : les conformations bizarres de certains chevaux, qui ont l'échiné saillante , ou qui sont bas du devant , rendent la position du cavalier difficile et défectueuse. A défaut de selle, il vaut mieux encore prendre une couverture pliée en quatre, qui force l'élève à...
Page 57 - ... et le flattera de la main sur le chanfrein et sur l'encolure, puis, avec la main gauche, il saisira les rênes de la bride, à 16 centimètres des branches du mors, en soutenant le poignet avec assez d'énergie pour présenter autant de force que possible dans les instants de résistance du cheval. La cravache sera tenue à pleine main...
Page 596 - Pour l'intonation, il faut aider au sens des paroles par des mouvements de corps plus ou moins vifs, en raison des allures que vous lui commandez : ainsi , marchez plus vite quand il est au galop, plus doucement quand il va le trot, et ralentissez encore pour l'allure du pas. Bien que vous soyez à une grande distance du cheval, il n'en aura pas moins les yeux sur vous, et suivra plus facilement la mobilité de votre corps, qu'il n'obéira à des paroles qu'il ne comprendra que par les indications...
Page 597 - ... à son épaule ; si , après avoir répété ce mouvement autant de fois qu'il marquera de l'hésitation, il vient franchement à vous , marchez pour entretenir son action , et le conduire sur la piste opposée. Les changements de main s'obtiendront plus facilement encore, le cheval cherchant toujours à s'éloigner de son instructeur. Pour obtenir ce changement , vous vous porterez un peu en avant , du côté vers lequel il marche , en lui montrant la chambrière. Le reste de défiance qu'il...
Page 596 - ... suivra plus facilement la mobilité de votre corps, qu'il n'obéira à des paroles qu'il ne comprendra que par les indications accessoires. Le cheval ayant été habitué d'avance à s'approcher au mot : A moi! accompagné d'une retraite de corps, prendra aisément des changements de direction par le moyen suivant : diteslui: Doublez! s'il hésite^ la chambrière et le caveçon feront leurs fonctions pour l'amener jusqu'à vous; puis vous le conduirez jusqu'à l'extrémité de la ligne du doublé...
Page 432 - Supposons que le cavalier soit à main droite, à deux pas du coin d'un des grands côtés: il part de deux pistes comme pour le changement de main ; mais, au milieu de la ligne, on reporte, le cheval à l'autre main, pour reprendre le mur, à peu près à deux pas de l'angle opposé du même côté.
Page 201 - Pourquoi faut-il un mors doux pour tous les chevaux, quelle que soit leur résistance? R. Parce que le mors dur a toujours pour effet de contraindre et de surprendre le cheval, tandis qu'il faut l'empêcher de faire mal et le mettre à même de bien faire.
Page 547 - Malheureusement la manière de conduire un cheval tient le plus souvent au caractère du cavalier, et les principes sont inefficaces; la réflexion seule opère à cet égard. METTRE DANS LA MAIN. Le cheval dans la main est celui qui, soumis à la moindre opposition de main et de jambes, soutient son encolure, place sa tête, et dispose son corps de manière à être dans un équilibre parfait. La liaison intime entre la force de chaque partie peut seule donner à leur action prestesse et régularité....

Informations bibliographiques