deux mondes

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 145 - Que quoique le pape ait la principale part dans les questions de foi, et que ses décrets regardent toutes les Églises et chaque Église en particulier, son jugement n'est pourtant pas irréformable, à moins que le consentement de l'Église n'intervienne.
Page 728 - Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ; Que ce soit aux rives prochaines. Soyez-vous l'un à l'autre un monde toujours beau. Toujours divers, toujours nouveau ; Tenez-vous lieu de tout, comptez pour rien le reste.
Page 145 - Que la plénitude de puissance que le Saint-Siège apostolique et les successeurs de saint Pierre, vicaires de Jésus-Christ, ont sur les choses spirituelles, est telle...
Page 145 - ... encore qu'ils fussent clercs, ne sont tenus leur obéir pour ce regard. La seconde, qu'encore que le pape soit reconnu pour suzerain es choses spirituelles, toutefois en France la puissance absolue et infinie n'a point de lieu, mais est retenue et bornée par les canons et règles des anciens conciles de l'église reçus en ce royaume.
Page 145 - Qu'ainsi il faut régler l'usage de la puissance apostolique, en suivant les canons faits par l'Esprit de Dieu et consacrés par le respect général de tout le monde : que les règles, les mœurs et les constitutions reçues dans le royaume et dans...
Page 857 - Sous l'herbe haute et sèche où le naja vermeil Dans sa spirale d'or se déroule au soleil, La bête formidable, habitante des jungles, S'endort, le ventre en l'air, et dilate ses ongles. De son mufle marbré qui s'ouvre, un souffle ardent Fume ; la langue rude et rose va pendant ; Et sur l'épais poitrail, chaud comme une fournaise, Passe par intervalle un frémissement d'aise. Toute rumeur s'éteint autour de son repos. La panthère aux aguets rampe en arquant le...
Page 395 - Comme les grands déserts ont plus d'une oasis, Paris a donc lui-même un abri pour ses fils, Où leurs larmes parfois s'épanchent moins amères, Où ceux qui sont en proie aux fiévreuses chimères De la gloire naissante et des jeunes amours Trouvent, non sans douceur, l'oubli des mauvais jours; Et, grâce à l'art des vers, là leurs mélancolies Par des cœurs éprouvés se sentent accueillies.
Page 857 - Devant la lune errante aux livides clartés, Quelle angoisse inconnue, au bord des noires ondes, Faisait pleurer une âme en vos formes immondes? Pourquoi gémissiez-vous, spectres épouvantés? Je ne sais; mais, ô chiens qui hurliez sur les plages, Après tant de soleils qui ne reviendront plus, J'entends toujours, du fond de mon passé confus, Le cri désespéré de vos douleurs sauvages ! LA RAVINE SAINT-GILLES.
Page 765 - ... à Stockholm les instructions les plus expresses pour qu'agissant en confidence et d'un commun accord entre eux, ils travaillent de concert à prévenir tout ce qui pourrait altérer la susdite constitution du royaume de Suède et entraîner la nation dans des mesures contraires à la tranquillité du Nord. Si toutefois la coopération de ces ministres ne suffisait...
Page 438 - ... mais elle conçut un incroyable désir de savoir. Toutes les facultés sérieuses de son esprit , brusquement éveillées, entrèrent en travail , et l'on crut reconnaître que l'oisiveté où elle avait vécu avait centuplé ses forces. Son esprit ressemblait à ces terres incultes du nouveau monde qui n'attendent qu'une poignée de semence pour révéler leur inépuisable fécondité. Ignorante comme elle l'était, tout lui parut nouveau, tout piquait sa curiosité ; elle ne dédaignait rien,...

Informations bibliographiques