Images de page
PDF
ePub

peler , comme il le dit lui-même, « les féeries de la charité et de l'amour. » N'appliquons pas le verre grossissant de l'analyse critique à ces simples et gracieuses choses, écrites en se jouant, par un homme de ceur, d'imagination et de sens, pour le délassement des esprits honnêtes.

Le Chalet d'Auteuil' met en æuvre quelques émotions dramatiques plus fortes; mais si la légende menace de tourner à la tragédie par l'imprudence d'un personnage lancé sur la pente fatale d'une faute, le petit livre ne se fermera pas sur un sentiment de pitié ou de terreur; les héros seront heureux, sans affaiblir l'effet d'une leçon de morale.

Sous le titre de la Trêve de Dieu?, M. de Saint-Germain nous offre les « souvenirs d'un dimanche d'été. » Après l'activité plus ou moins fiévreuse de la semaine, on a bien droit à un jour de repos. L'auteur le consacre tour à tour à la religion, aux cuvres de charité, aux arts, à la lecture et surtout aux promenades dans les champs. Il a un vif sentiment de la nature, de ses harmonies secrètes, du langage que les rochers, les eaux, les plantes, les fleurs savent parler au cæur de l'homme. La vie des champs lui paraît si douce, au milieu même de ses labeurs, que la semaine du paysan compte à ses yeux sept dimanches. Heureux les hommes qui ont encore, dans notre société compliquée, assez de loisirs, de goût, de jeunesse d'âme pour se faire par semaine un dimanche comme l'auteur de la Trêve de Dieu le conçoit !

A la littérature gracieuse et moralement irréprochable, ou même édifiante, appartiennent en général les livres de prose ou de poésie de M. Alfred des Essarts. Les qualités de ce genre et ses faiblesses aussi se retrouvent toutes

1. Jules Tardieu, pet. in-18, 174 pages. 2. Même librairie, pet. in-18, 176 pages.

dans le recueil de petits récits intitulés : les fêtes de nos pères'. L'auteur, jetant un coup d'æil sur le passé, regrette ce vieux temps de naïveté, de foi, de meurs immuables, où chaque province de France, chaque ville, chaque village même avait son histoire à part dans l'histoire du pays, ses usages, ses institutions, ses traditions héréditaires. La Révolution française a passé le niveau sur tous ces éléments de diversité; elle a absorbé l'existence propre de la commune dans l'unité nationale, comme elle est en train d'absorber la vie individuelle sous les envahissements de la centralisation. La physionomie originale de chaque cité se manifestait surtout dans des fêtes locales dont il ne reste plus aujourd'hui que des imitations imparfaites ou de simples souvenirs. M. A. des Essarts entreprend d'en mettre en action un certain nombre; il en déroule les magnificences ou les singularités; il les replace dans leur jour historique et, pour animer le tableau, il y mêle avec réserve l'élément dramatique. Les recueils littéraires, moraux et religieux destinés à l'éducation offrent à leur auditoire peu de récits qui satisfassent mieux aux exigences et aux conventions de leur tâche délicate.

Dans le même cadre il faut faire rentrerun second volume de M. Alfred des Essarts, les Récits légendaires', composés dans les mêmes conditions de moralité et de style, mais où l'intérêt historique ne rachète plus les fadeurs de la mythologie ascétique. Les Larmes de sainte Rosalie, l'Ame pesée, la Première Messe, la Chevauchée de la sainte Vierge, le Moine Emerand, et tant d'autres souvenirs de la légende dorée ne peuvent nous intéresser que comme peintures d'une société et d'un temps qui n'est plus. Et il faut que cette peinture soit d'autant plus vive que les naïvetés d'une foi ou d'une superstition évanouie sont moins dignes de regret.

1. Librairie parisienne, in-18 (Dupray de la Maherie et Cé), 370 p. 2. Mérne librairie, même format, 324 pages.

Sous une étiquette un peu scabreuse, les Contes Pompadouri, du même auteur, n'offrent rien qui soit de nature à réjouir les lecteurs amoureux du scandale. Ce sont des récits qui nous reportent tous à l'époque élégante et frivole de Louis XV, où l'on jouait également avec les passions et avec les idées ; où la philosophie et la galanterie marchaient de front, où l'incrédulité n'empêchait pas la superstition. M. Alfred des Essarts, passant du boudoir des favorites au laboratoire du magicien, effleure sous ses principaux aspects cette époque romanesque par excellence, qui a fourni et fournira encore longtemps une mine inépuisable aux romanciers.

La fantaisie dans le roman : la fantaisie passionnée.

MM. P. J. Stahl, L. Enault.

P. J. Stahl soutient sa réputation de charmant conteur dans un nouveau recueil de nouvelles, les Bonnes fortunes parisiennes 2. C'est une suite de récits intéressants et gracieux, touchants et honnêtes, dont la moralité douce s'insinue dans l'âme mieux qu'un sermon. On y trouve du sentiment, de la gaieté, de l'humour, dans la mesure que comporte l'esprit français, et cette pointe de malice satirique qui, sans déchirer personne, est une satisfaction pour le bon sens.

Les Bonnes fortunes parisiennes forment le début d'une sorte de Décaméron. Dix voyageurs sont réunis par le hasard d'une nuit d'orage dans un des sites les plus sauvages des bords du Rhin. Ce sont pour la plupart des Parisiens inconnus les uns aux autres, mais résolus également de tromper, à force d'esprit, l'ennui de leur situation.

1. Dentu, in-18, 284 pages. 2. Collection Hetzel, in-18, 280 pages.

Ils entreprennent de se dire mutuellement des histoires d'amour.

Dans l'invention de ce prétexte à récits, P. J. Stahl se rencontre avec M. Ch. Didier, qui a conçu et exécuté comme nous l'avons vu, le même plan dans les Amours d'Italie', avec le Grand-Saint-Bernard pour théâtre. Le présent volume de contient, outre une introduction pittoresque, la Bastei, que trois premières nouvelles : 1° Histoire d'une opticienne et d'un lieutenant de dragons ; 22 Appartement de garçon à louer ; 3° les Amours d'un pierrot. Ce dernier récit, sous son titre qui paraît scabreux, n'est pas le moins moral des trois. Mais gardons-nous de gåter par une sèche analyse ces aimables relations, déjà si courtes, et bornons-nous à souhaiter que P. J. Stahl, l'auteur pseudonyme des Bonnes fortunes parisiennes, fournisse bientôt à l'éditeur Hetzel, son alter ego, les sept autres histoires que le public attend. Pour l'un et pour l'autre, un tel début n'est qu'une promesse.

M. Louis Enault ne laisse guère passer d'année sans donner à la Bibliothèque des Chemins de fer quelqu'un de ces gracieux et intéressants récits destinés à abréger encore par le plaisir de l'esprit le temps abrégé déjà par la vitesse. Nos lecteurs connaissent assez sa manière, élégante et facile, par les divers romans que nous leur avons signalés depuis cinq ans. Aujourd'hui M. Louis Enauit s'associe un collaborateur, M. de Châtillon, et donne avec lui le roman de Franz Muller :

C'est l'histoire d'un dévouement bien mal récompensé, inspiré à un pauvre artiste par l'amour d'une grande dame. La duchesse a plus d'imagination que de cour, plus de perfs que de sensibilité vraie. Le pauvre virtaose s'épuise pour élever une fille, qu'elle a abandonnée; quand la fille a grandi et est devenue, grâce à tant de sacrifices, la femme d'un grand seigneur, elle méconnait son père adoptif. Celui-ci est venu, comme musicien, mendiant à Wiesbaden, où le hasard le met en présence avec son enfant : cette reconnaissance le tue. M. Louis Enault a fait suivre ce roman, qui offre des parties touchantes, d'un petit conte de fée, le Rouet d'or, qui a l'air d'une traduction de légende septentrionale, et d'un petit poëme en prose, Axel, traduit du suédois d'Esaïas Tegner. C'est dans les régions froides et mélancoliques du Nord que le romancier-voyageur aime à aller chercher ses inspirations, quand il ne les trouve pas dans cette société aristocratique, cosmopolite, et plus ou moins mêlée dont les villes d'eaux sont le rendez-vous.

1. Voy. t. II de l'Année littéraire, p. 142-144. 2. Hachette et Cie, in-18, 324 pages.

Le roman de caractères et la peinture des meurs actueles.

MM. A. Achard et Audeval.

C'est une chose rare que de trouver des romans qui aient vraiment une portée morale sans sacrifier l'intérêt littéraire. Nous sommes heureux de recommander à ce double point de vue Noir et blanc, de M. Amédée Achard'. Le titre nous promet des contrastes; le récit tient cette promesse

et nous développe l'opposition perpétuelle de deux caric· tères. Le héros est un jeune artiste de vocation, honnête et plein de foi dans l'art. Issu d'une famille noble mais ruinée, il se déhat contre l'ambition de sa mère, qui avait juré de refaire par ses mains l'édifice de sa fortune. Malgré tous les sacrifices qu'il s'impose pour elle, en refusant de servir son humeur hautaine, il passe pour un fils dénaturé. Par

1. Hachette et Cie, in 18, 326 pages.

« PrécédentContinuer »