Images de page
PDF
ePub

CAUSSEROUGE, du Journal de Bordeaux.
DELÉCLUZE, du Journal des Débats.
PERSONNEAU, de l'Écho d'Oran, du Courrier de Tlemcen et de la

Seybouse.
PENARD, du Travailleur.
CUREL (DE), de la Gazette de France et du Journal des Chas-

seurs. BERGEON (J.), de la Revue critique de législation et de jurispru

dence, de la Revue du Droit français et étranger. ADRIEN PASCAL, du Journal des Haras. SIMON DATTIER, de la Tribune du Peuple. VIALLES, de l'Indicateur de l'Hérault. CLERC-LASSALLE, de la Sentinelle des Deux-Sèvres. PIPEREY (DE), de l'Impartial de Rouen. JUILLET, du Droit. PATIN (Léon), du Progressif. FEUILLET (Alp.), des Tablettes des Deuce-Charentes. HENRY (B.), du Courrier du Nord. BARRAU (H. DE), de la Gazette du Rouergue. DAUNASSANS, de la Gazette du Languedoc. GAUDE-DUMESNIL, du Moniteur d'Orthez. AUDIFFRED (H.), du Moniteur des Arts. CAPO DE FEUILLIDE, de la Presse, du Figaro, de la Tribune, da

Bon Sens. SAUREY (Joseph), du Temps et de la Revue des Deux Mondes. CHAMPSEIX, du Peuple, de Limoges. BAUME, du Patriote de Toulon et du Var. BARET (Paul), de l'Industriel alsacien.

Concours et prix académiques.

Académie française. — L'Académie française, dans la séance publique annuelle du 23 juillet, a décerné les prix d'usage et rappelé le programme des prix proposés,

Voici les prix décernés :

Prix d'éloquence. — L'Académie avait maintenu au concours,

pour sujet du prix d'éloquence : Une étude littéraire sur le génie et les écrits du cardinal de Retz.

Le prix a été partagé également entre :

1° Le discours inscrit sous le n° 12, portant pour épigraphe : « L'envie de parler de nous, et de faire voir nos défauts du côté que nous voulons bien les montrer, fait une grande partie de notre sincérité. » (LA ROCHEFOUCAULD, Maxime 383.).

L'auteur est M. Topin, receveur de l'enregistrement et des domaines à Aigues-Mortes (

Gard). 2° Le discours inscrit sous le n° 15, portant pour épigraphe : < Retz jeta dans la langue française la verve et le mouvement de son imagination impétueuse. » (M. VILLEMAIN.)

L'auteur est M. Michon, docteur ès lettres, docteur en médecine, licencié ès sciences.

Deux mentions honorables ont été accordées :

1° Au discours inscrit sous le n° 16, portant pour épigraphe : « Si aliqua contempsisset, si non parum concupisset, si non omnia sua amasset. » (QUINTILIEN, Inst. orat., liv. X, chap. I.)

L'auteur est M. Belin, répétiteur au lycée Charlemagne.

2o Au discours inscrit sous le n° 26, portant pour épigraphe : « Cet homme singulier s'est peint dans ses mémoires avec un air de grandeur, une impétuosité de génie et une inégalité qui sont l'image de sa conduite. » (VOLTAIRE, Siècle de Louis XIV.)

Prix de poésie. — L'Académie avait proposé, pour sujet du prix de poésie à décerner en 1863 : la France dans l'extreme Orient.

Le prix a été décerné à la pièce de vers inscrite sous le no 30, et portant pour épigraphe : « De la lumière de la lumière I encore plus de lumière! » (Dernière parole de GOËTHE.)

L'auteur est M. le vicomte Henri de Bornier, conservateur à la bibliothèque de l'Arsenal.

Prix destinés aux ouvrages les plus utiles aux mœurs. L'Académie française décerne deux prix de 3000 fr. :

1o A M. Paul Janet, pour son ouvrage en un volume in-80 intitulé : Philosophie du bonheur;

2o A l'ouvrage de feu Mlle Eugénie de Guérin, intitulé : Journal et lettres, 1 vol. in-80.

Six médailles de 2000 fr. chacune : 1° A M. Ferraz, professeur de logique au lycée impérial de

Strasbourg, pour son ouvrage intitulé : de la Psychologie de saint Augustin, 1 vol. in-8°;

20 A M. l'abbé Blampignon, docteur en théologie et docteur ès lettres, pour son ouvrage intitulé : Etude sur Malebranche, d'après des documents inédits, suivie d'une correspondance inédite, 1 vol. in-8°;

3o A M. Mastier, ancien élève de l'École normale, docteur ès lettres, pour son ouvrage intitulé : Turgot, sa vie et sa doctrine, 1 vol. in-8°;

4o A M. Charles de Mouy, pour son ouvrage intitulé : Dot Carlos et Philippe II, 1 vol. in-80;

5° A M. François de la Jugie, pour sa traduction en vers, les Psaumes d'après l'hébreu, 1 vol. in-12;

60 A M. le marquis de Belloy, pour son ouvrage intitulé : Théâtre complet de Térence, traduit en vers, 1 vol. in-12.

Prix fondé par M. le baron Gobert. — Ce prix, conformé ment à l'intention expresse du testateur, se compose des neuf dixièmes du revenu total qu'il a légué à l'Académie, l'autre dixième étant réservé pour l'écrit sur l'Histoire de France qui aura le plus approché du prix.

Les ouvrages couronnés conservant, d'après la volonté du testateur, les prix annuels jusqu'à déclaration de meilleurs ouvrages, et aucun n'ayant, au jugement de l'Académie, paru dans l'année qui puisse disputer le premier prix à celui qui l'avait obtenu précédemment:

Le premier prix de la fondation Gobert demeure décerné à M. Camille Rousset, auteur de l'ouvrage intitulé : Histoire de Louvois et de son administration, etc.

L'Académie décerne le second prix de la même fondation à M. Charles Caboche, auteur d'un ouvrage intitulé : les Memoires et l'histoire en France, 2 vol. in-8°.

Prix fondé par M. Bordin. — Le prix spécial de 3000 francs, fondé par feu M. Bordin, a été décerné, cette année, à M. Ferdinand Béchard, auteur des ouvrages intitulés : Droit municipal dans l'antiquité, 1 vol. in-8; Droit municipal au moyen áge, 2 vol. in-8°.

Prix fondé par M. Lambert. – Par décisiori de l'Académie, la récompense honorifique fondée par feu M. Lambert, pour rémunération de travaux littéraires, a été décernée, cett

année, à M. Léopold Laluyé, auteur de plusieurs ouvrages dramatiques.

Prix fondé par M. Achille-Edmond Halphen. — Le prix triennal de 1500 francs, provenant de la fondation faite par feu M. Achille-Edmond Halphen, pour l'auteur d'un ouvrage que, selon les termes de l'acte de fondation, l'Académie jugera à la fois le plus remarquable au point de vue littéraire ou historique, et le plus digne au point de vue moral, est attribué, cette année, à l'ouvrage de feu M. Huguenin, intitulé : Histoire du royaume mérovingien d'Austrasie, 1 vol. in-8°.

Voici le programme des prix proposés par l'Académie française :

Prix d'éloquence pour 1864. — L'Académie rappelle qu'elle a proposé pour sujet d'un prix d'éloquence à décerner en 1864, l'Eloge de Chateaubriand.

Les ouvrages envoyés à ce concours seront reçus jusqu'au 1er mars 1864. Ce terme est de rigueur. Ils doivent parvenir francs de port.

Prix Montyon pour 1864. — Dans la séance publique annuelle de 1864, l'Académie française décernera les prix et les médailles provenant des libéralités de feu M. de Montyon, et destinés par le fondateur à récompenser les actes de vertu et les ouvrages les plus utiles aux mœurs qui auront paru dans le cours des deux années précédentes.

Prix extraordinaire pour 1865. – L'Académie française avait proposé pour sujet d'un prix extraordinaire de 3000 fr., qu'elle devait décerner en 1863, la question suivante :

« De la nécessité de concilier, dans l'histoire critique des lettres, le sentiment perfectionné du goût et les principes de la tradition avec les recherches érudites et l'intelligence historique du génie des divers peuples. »

Le prix n'a pas été décerné, et l'Académie a maintenu la question au concours; le prix sera décerné en 1865; les ouvrages manuscrits présentés à ce concours devront parvenir francs de port, au secrétariat de l'Institut, avant le 15 décembre 1864. Ce terme est de rigueur.

Prix fondé par feu M. Lambert. – L'Académie a décidé que le revenu annuel de cette fondation serait, dans les limites de la pensée du testateur, convenablement affecté, chaque année, à tout homme de lettres, ou veuve d'homme de lettres, auxquels il serait juste de donner une marque d'intérêt public.

Prix fondé par feu M. Achille-Edmond Halphen. — L'Académie décernera, pour la troisième fois, en 1866, le prix triennal de 1500 fr. fondé par feu M. Achille-Edmond Halphen, et se composant des arrérages de trois années d'une rente de 500 fr., pour être attribué à l'auteur de l'ouvrage que, selon les termes de l'acte de fondation, l'Académie jugera à la fois le plus remarquable au point de vue littéraire ou historique, et le plus digne au point de vue moral.

Académie des inscriptions et belles-lettres. — L'Académie des inscriptions et belles-lettres voit aussi la presse donner une grande publicité à ses concours. Cette année c'était son tour de désigner à l'Institut, pour le grand prix biennal de l'Empereur, l'æuvre ou la découverte qui lui paraissait la plus propre à honorer ou à servir le pays. Elle s'est occupée surtout de deux auvres : le déchiffrement des inscriptions cunéiformes de Babylone et de Ninive, dû à M. Jules Oppert, et les fouilles, si riches en résultats, exécutées en Egypte par M. Auguste Mariette. Dans la séance du 3 juillet, le vote a eu lieu. Après plusieurs tours de scrutin contestés, M. Oppert a obtenu, sur 31 votants, 16 voix ; 14 ont été données à M. Mariette, et il y a eu un bulletin blanc.

En conséquence, M. Jules Oppert sera désigné à l'assemblée plénière des cinq Académies pour le prix biennal de l'Empereur.

Voici maintenant le programme des prix ordinaires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, et d'abord celui des prix décernés :

Prix ordinaire de l'Académie. – L'Académie avait proposé en

« PrécédentContinuer »