Œuvres complètes d'Augustin Fresnel: Phares et appareils d'éclairage

Couverture
Henry Hureau de Sénarmont, Émile Verdet, Léonor François Fresnel
Imprimerie impériale, 1870
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

PAUCKPBM Pi8
xviii
A NOTE SUR LA THÉORIE DES COULEURS QUE LA POLARISATION
xix
PAB1GB1PHKS
xx
Note sur le calcul des teintes que la polarisation
xxii
XXIV A Fresnel à M Soleil père
xxiv
runino u
xxv
PAftieilPHBS
xxvii
PiAieiMPHES PACK
xxx
raUGBPUS PiCIç
xxxi
riBAGRirHis
xxxii
riiicfeiru pues
xxxiv
Mesures de divergence peu différentes de celles de Biot Cette théorie
xxxix
dérations sur ses causes dont lauteur ne sest pas complètement
xliii
PlIAfllUPUES PIGES
xlvii
Moyen que fournit cet appareil pour déterminer le rapport entre le
l
LVH RAPPORT VERBAL SUR LA THÉORIE DES COULEURS
lv
a Note de Henri de Senarmont sur les débuis scientifiques dAugustin
5
Pour faire concorder cette génération des anneaux transmis avec lhy
7
Le même caractère serait donné au phare de 2e ordre de Yîk de Sein 9 36
9
Lettre dAugustin Fresnel à M Robert Stevenson Méthode expéri
10
Note tendant à démontrer que lexplication des phénomènes dattraction
11
En plaçant à 45 degrés les axes des deux lames on produit trois
13
On conçoit daprès cette nouvelle idée sur les vibrations lumineuses
15
Le principe des interférences et plus généralement celui de la superposi
17
Le principe établi par lauteur nonseulement explique la loi de Des
18
A laide du principe précédent vérifié par de nombreuses observa
28
Explications à ce sujet
30
Pour plus de simplicité le point de mire est supposé placé dans lin
31
quement fondée sur le principe des interférences et sur le principe
33
C Lettre de M Sganzin à Augustin Fresnel 6 septembre 1819J a
37
Le genre daction réciproque des molécules auquel lauteur attribue
43
Phénomène dinterférence produit en pressant lun contre lautre deux
45
Mêmes effets intermédiaires obtenus en faisant varier les intensités rela
46
pas son Optique mais son immortel ouvrage des Principes 48
48
Nécessité de placer les deux miroirs presque dans le même plan pour
56
a Note de léditeur aur cette comparaison spécialement relative au réflec
57
Espacement des feux en raison de leur portée Cas dexception a
58
SECOND MEMOIRE sur léclairage des phares Fragment 1820
65
PROJET dun phare à feux tournants dans lequel les réflecteurs seraient
78
Circonstances dans lesquelles un rayon de lumière polarisée traversant
80
a Note explicative sur ce procèsverbal Il fixe la date du premier essai
91
en résulte que les deux faisceaux produits par la double réfrac
96
B DÉTAIL ESTIMATIF DUN RÉVERBÈRE CATADIOPTRIQUE
97
Pour démontrer que dans les milieux élastiques que lon considère
99
Feuprovisoire entretenu pendant les trois nuits précédentes
108
Young sest borné à démontrer que la coloration résultait de Yinterfé
119
des ondes derrière un obstacle La conséquence nouvelle déduite
166
RENOUVELLEMENT DE LAPPAREIL DÉCLAIRAGE DU PHARE DE CORDOUAN
167
Grands éclats vus par les pilotes jusquà la distance de 8 à 9 lieues
170
A Notice sur lappareil dioptrique dit lenticulaire imaginé par Augustin
181
3g Celte solution conduit à celle de tous les autres cas
289
C Seconde expérience ai janvier 1837 j
307
i5 Loi des vitesses à déduire de lexpérience Elle paraît rigoureuse
317
maindœuvre de la taille des verres
381
Lettre dAugustin Fresnel à M Becquey Organisation de latelier
383
Lettre dAugustin Fresnel à son frère Leonor Essai de lappareil
391
lhuile 5 août i8a3
397
Lettre dAugustin Fresnel à M SaintAubin ingénieur à Bordeaux
434
a Lettre dAugustin Fresnel à M A Desforges Service du nouvel appa
443
J Lettre dAugustin Fresnel au comte Turpin de Crissé inspecteur général
458
Commencer par les expériences les plus simples en comparant dabord
464
est résulté de cette expérience que les nouvelles mèches de Locatelli
468
h De la noninterférence des rayons polarisés à angle droit reconnue dès 1816
490
Expérience directe pour démontrer contrairement à la théorie
535
a Notepréliminaire dE Verdet Pour les paragraphes ai à 39 ren
538
Règle générale relative à la détermination de limage pour laquelle ilfaut
548
faut dans le cas général mener un plan tangent à chacune
564
PREMIER MÉMOIRE SUR LA DIFFRACTION DE LA LUMIÈRE
566
PRINCIPES ÉTABLIS PAR LES EXPÉRIENCES RAPPORTÉES DANS CE MÉMOIRE
582
jointe à celle qui a été donnée pour la lumière polarisée dans
591
a Note dE Verdet sur la question relative li la perte dune demiondula
603
Figure explicative et développements
606
Appendice Eloge historique dAugustin Fresnel par Arago tijit
609
Cette règle déduite des faits explique pourquoi deux faisceaux
618
polarisation RECTiLiGNE désignera celle que présente le spath
621
De la réflexion et de la réfraction
622
Dès le mois de septembre 181G Fresnel avait reconnu que les phéno
629
Rappel des considérations théoriques sur le poli plus ou moins parfait
631
Pourquoi linterférence des deux systèmes dondes ordinaires et extra
634
Priorité du docteur Young quant à lénoncé de la possibilité des vibra
636
a Note dE Verdet qui fait observer que si lon connaissait la date
637
Note sur laccord des expériences de MM Bior
659
signalée antérieurement dans lagate par M Brewster
660
Construction pour la détermination des vitesses dans un plan tangent
661
ai Construction daprès léquation t2 a2 cos2 X H 62 cos2 Y + c2cosZ
670
3o octobre i8a6
694
Expérience dinterférences pour résoudre la question On a fait inter
709
ni
712
La Commission des phares discute le Système général déclairage
718
XXIV18 A Fresnel à M Becquey
734
XXIV12 A Fresnel à M Bontemps
735
Deuxième Mémoire sur lÉclairage des phares
741
XXIV24 A Fresnel à M Bontemps
747
Faire alterner par les phares de 1 ordre les feux fixes et leseur tour
748
Appendice
764
Ancien mode déclairage des côtes maritimes avec des foyers de bois
767
Dans le cas de lincidence perpendiculaire v r indice
774
m
803
EsSIIS SUR LAPPLICATION DU GAZ À LILLUMINATION DES APPAREILS LENTICULAIRES
809

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 507 - ... obscures un peu plus loin; mais la vitesse de leur lumière changera avec la distance, et si deux de ces astres sont très-diversement éloignés de la terre, leurs rayons nous arriveront avec des vitesses dissemblables. N'est-ce donc pas contre le système de l'émission une objection formidable que cette parfaite égalité de vitesse, dont toutes les observations font foi?
Page 130 - L'anneau sur lequel la mèche est fixée s'assemble à baïonnette sur celui-ci ; en sorte qu'on peut l'enlever et le replacer à volonté. De cette manière, on a supprimé les petits tuyaux qu'on adapte ordinairement aux becs pour contenir la tige qui porte l'anneau. Dans les becs à mèches concentriques, où la température est toujours très-élevée, ces petits tuyaux remplis d'huile avaient l'inconvénient de laisser dégager une trop grande quantité de gaz, et de diminuer en outre le passage...
Page 508 - ... la vitesse de translation de la terre est comparable à celle de la lumière, qu'elle en est la dix-millième partie. Observer d'abord une étoile vers laquelle la terre marche et ensuite une étoile que la terre fuit, c'est avoir opéré sur des rayons dont les vitesses diffèrent entre elles de un cinq-millième. De tels rayons doivent être inégalement réfractés. La théorie de l'émission fournit les moyens de dire en nombres à combien l'inégalité s'élèvera , et l'on peut voir ainsi...
Page 508 - ... soit vers l'astre d'où ce rayon émane, soit vers la région diamétralement opposée. Dans le premier cas , c'est comme si la vitesse du rayon se trouvait accrue de toute celle de notre globe; dans le second, le changement a numériquement la même valeur, mais la vitesse primitive est diminuée. Or, personne n'ignore que la vitesse de translation de la terre est comparable à celle de la lumière, qu'elle en est la dix-millième partie. Observer d'abord une étoile vers laquelle la terre marche...
Page 481 - ... quelquefois tenues par esprit de corps. Toute confraternité cessait pour lui , malgré les similitudes de titres et d'uniformes, dès qu'on n'avait pas une probité à l'abri du soupçon. Dans ces circonstances, la douceur habituelle de ses manières disparaissait, pour faire place à une raideur, je dirai même à une âpreté qui, dans ce siècle de concessions, lui attira de nombreux désagréments. Les opinions purement spéculatives d'un homme de cabinet, concernant l'organisation politique...
Page 129 - ... l'autre peut s'élever ou s'abaisser à l'aide d'une crémaillère. De cette manière, on fait varier à volonté la hauteur de la cheminée lorsque la lampe est allumée. On la tient basse dans les premiers instants pour faciliter le développement des flammes, et on élève ensuite la partie mobile de la rallonge pour modérer la combustion. La robe qui porte la cheminée peut aussi s'élever ou s'abaisser, comme dans les lampes de Carcel, afin de placer le coude de la cheminée à la hauteur...
Page 524 - ... confrères, l'un des plus grands géomètres de ce siècle, enfin les pressantes démarches de M. Becquey qui , en toute occasion, traita Fresnel avec la bienveillance d'un père, avaient aplani divers obstacles. Le ministre de qui la place dépendait, s'était, dans sa jeunesse, occupé de l'étude des sciences d'une manière distinguée et il en avait conservé le goût ; il désira voir notre confrère, et dès ce moment sa nomination nous parut assurée; car les manières réservées de Fresnel,...
Page 484 - Je ne sais « ce qu'on entend par polarisation de la lumière ; priez « M. Mérimée, mon oncle, de m'envoyer les ouvrages « dans lesquels je pourrai l'apprendre. » Huit mois s'étaient à peine écoulés et déjà d'ingénieux travaux l'avaient placé parmi les plus célèbres physiciens de notre époque. En 1819, il remportait un prix proposé par l'Académie sur la question si difficile de la diffraction. En...
Page 477 - Fresnel, dont le nom de famille (Mérimée) devait aussi un jour devenir cher aux arts et aux lettres, était douée des plus heureuses qualités du cœur et de l'esprit ; l'instruction solide et variée qu'elle avait reçue dans sa jeunesse, lui permit de s'associer activement pendant huit années consécutives aux efforts que faisait son mari pour l'éducation de leurs quatre enfants. Les progrès du fils aîné furent brillants et rapides. Augustin, au contraire, avançait dans ses études avec...
Page 516 - Il n'est pas moins désirable que les divers feux qu'on allume dans une certaine étendue des côtes ne puissent pas être confondus, et qu'à la première vue de ces signaux hospitaliers, le navigateur qu'un ciel peu favorable a privé pendant quelques jours de tout moyen assuré de diriger sa route, sache, par exemple, en revenant d'Amérique, s'il doit se préparer à pénétrer dans la Gironde, dans la Loire ou dans le port de Brest. A cause de la rondeur de la terre , la portée d'un phare dépend...

Informations bibliographiques