Histoire des sciences occultes: depuis l'antiquité jusqu'a nos jours

Couverture
E. Dentu, 1860 - 536 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 457 - Amis, Maîtresses, Rois, Chefs, Bienfaiteurs, et tout Être quelconque à qui vous aurez promis foi, obéissance, gratitude ou service. « Nommez le lieu qui vous vit naître, pour exister dans une autre sphère, où vous n'arriverez qu'après avoir abjuré ce globe empeste, vil rebut des Cieux.
Page 504 - Mme la duchesse de Bourgogne, ni M. le duc de Berry, lui demanda si elle ne voyait point des figures de telle et telle façon. Elle répondit constamment que non, et répéta celles qu'elle voyait. C'est ce que M. le duc d'Orléans ne pouvait comprendre et dont il s'étonna fort avec moi, et en rechercha vainement la raison. L'événement l'expliqua. On était lors en 1706.
Page 502 - ... propre. Ils s'amusèrent donc à vouloir savoir ce qui se passait alors même dans des lieux éloignés, et la petite fille voyait, et rendait ce qu'elle voyait à mesure. Cet homme prononçait tout bas quelque chose sur ce verre rempli d'eau, et aussitôt on y regardait avec succès. Les duperies que M. le duc d'Orléans avait souvent essuyées l'engagèrent à une épreuve qui pût le rassurer. Il ordonna tout bas à...
Page 457 - Patrie et aux loix ; jurez de révéler au nouveau Chef que vous reconnaissez ce que vous aurez vu ou fait, pris, lu ou entendu, appris ou deviné et même de rechercher, épier ce qui ne s'offrirait pas à vos yeux. « Honorez et respectez l'Aqua Toffana, comme un moyen sûr, prompt et nécessaire de purger le globe par la mort ou par l'hébétation de ceux qui cherchent à avilir la vérité ou à l'arracher de nos mains.
Page 457 - Etre quelconque à qui vous aurez promis foi, obéissance, gratitude ou service. « Nommez le lieu qui vous vit naître, pour exister dans une autre sphère, où vous n'arriverez qu'après avoir abjuré ce globe empesté, vil rebut des Cieux. « De ce moment vous êtes affranchi du prétendu serment fait à la Patrie et aux...
Page 361 - L'âme ne sait alors ce qu'elle fait; elle ignore même si elle parle ou si elle se tait, si elle rit ou si elle pleure : c'est une heureuse extravagance; c'est une céleste folie dans laquelle elle s'instruit de la véritable sagesse d'une manière qui la remplit d'une inconcevable consolation. Peu s'en faut...
Page 456 - Ainsi l'Initié demeure vingtquatre heures dans ce ténébieux asyle, au milieu d'un silence glaçant. Un jeûne sévère a déjà affaibli sa pensée. Des liqueurs préparées ont déjà commencé par fatiguer et finissent par exténuer ses sens. A ses pieds sont placées trois coupes, remplies d'une boisson verdâtre. Le besoin les approche des lèvres, et la crainte involontaire les en repousse. Enfin, paraissent deux hommes qu'on prend pour des Ministres de la Mort. Ils ceignent...
Page 505 - ... peinture, avec une couronne fermée sur la tête. Elle n'était ni de France, ni d'Espagne, ni d'Angleterre, ni impériale. M. le duc d'Orléans, qui la considéra de tous ses yeux, ne put jamais la deviner ; il n'en avait jamais vu de semblable.
Page 456 - Il reçoit un crucifix de cuivre de la longueur de deux pouces (observez que ce sont des Luthériens et des Réformés qui font usage de ces images et reliques, si sévèrement proscrites dans leur culte). On suspend à son col des espèces d'amulettes, revêtues d'un drap violet.
Page 362 - Peu s'en faut qu'elle ne se sente alors entièrement défaillir; elle est comme évanouie; à peine peut-elle respirer; toutes les forces corporelles sont si affaiblies qu'il lui faudrait faire un grand effort pour pouvoir seulement remuer les mains. Les yeux se ferment d'eux-mêmes, et s'ils demeurent ouverts ils ne voient presque rien...

Informations bibliographiques