Bulletin de la Société d'agriculture, sciences et arts de la Sarthe

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 96 - ... à nous tous qui ne pouvions nous rassasier de le voir, de l'entendre , de le bénir, de goûter l'onction et de sentir la bonne odeur de Jésus-Christ qui était en lui ; il semblait nous dire: Maintenant me voilà, je sais que vous ne verrez plus ma face. Nous l'avons vu qui venait de mesurer la terre entière ; mais son cœur, plus grand que le monde , était encore dans ces régions si éloignées. L'Esprit l'appelait à la Chine; et...
Page 95 - Nous l'avons vu cet homme simple et magnanime , qui revenoit tranquillement de faire le tour entier du globe terrestre. Nous avons vu cette vieillesse prématurée et si touchante , ce corps vénérable , courbé non sous le poids des années , mais sous celui de ses pénitences et de ses travaux ; et il...
Page 568 - Il faut que le procès on vuide , Et qu'on adjuge le laurier A qui mieux, d'un docte gosier A beu de l'onde Aganippide. S'il faut espelucher de près Le vieil artifice des Grecs , Les vertus...
Page 96 - Allez donc saint vieillard , traverser encore une fois l'Océan étonné et soumis ; allez au nom de Dieu. Vous verrez la terre promise; il vous sera donné d'y entrer, parce que vous avez espéré contre l'espérance même. La tempête, qui devait causer le naufrage , vous jettera sur le rivage désiré.
Page 499 - Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement , Et les mots pour le dire arrivent aisément.
Page 328 - Bordeaux; sur les mémoires de la Société impériale des Sciences, de l'Agriculture et des Arts de Lille (1853, —supplément) ; sur ceux de la Société des Antiquaires de Picardie; sur ceux de l'Académie impériale des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon (2.* série, tome IV.
Page 569 - La tienne pour mille ans ne s'amortira pas. Où que tu marcheras, sous tes pieds de la terre Puisse t'encourtiner le verdoyant lierre, Pour l'honorable prix de ta grave chanson. Garnier, sois honoré (s'il reste dans la France Pour les rares ouvriers honneur et recompance) Comme des Muses sœurs le plus cher nourriçon.
Page 329 - Annales de la Société d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département d'Indreet-Loire.
Page 329 - Journal d'agriculture pratique et d'économie rurale pour le midi de la France, publié par les Sociétés d'agriculture de la Haute-Garonne et de l'Ariége.

Informations bibliographiques