Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

n'étoit pas souvent interrompue par

· des révolutions particulières , on ne

voit pas où elle pourroit s'arrêter.

Chez les anciens , les peuples corrompus étoient punis par la perte de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

barie même remontent les mœurs ; . on fait de nouveaux efforts, & l'on parcourt encore le même cercle : les variations de la Cour modifient aussi

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

: - Il faut avouer que les meilleurs ouvrages ne peuvent arrêter tout-àfait la décadence des mœurs ; mais le zèle des Ecrivains qui s'élèvent contre la corruption n'est pas pour cela inutile ; ils en retardent du moins le progrès; & fi l'influence de leurs † ne se fait pas sentir dans le gros de la Nation; combien de particuliers échappent à la contagion générale ? combien de jeunes gens § prémunis contre laféduction de l'exemple ? eombien de citoyens honnêtes, mais foibles & peu éclairés, sont par ce moyen soutenus & fortifiés dans

leurs principes ? Et quand le livre

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

· manière que le triomphe ou la chute

devoient avoir de nombreux témoins : j'étois du nombre , & entouré des amis & des ennemis de l'Auteur ; car il paroît qu'il a beaucoup des uns & des autres : je n'étois , en vérité, ni l'un ni l'autre ; je tâchois d'oublier les Gens de Lettres, & je désirois véritablement que sa Tragédie fût bonne.

« PrécédentContinuer »