Histoire des Mongols, depuis Tchinguiz-Khan jusqu'à Timour Bey ou Tamerlan, Volume 2

Couverture
F. Muller, 1852
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 233 - Dieu, l'empereur de tous les hommes (i). Deux années après la mort de Couyouc, il arriva à la cour de sa veuve, qui exerçait encore la régence, une ambassade de la part de saint Louis. Ce prince se trouvant , en...
Page 240 - ... et tous les avons mis à l'espée. « Si te mandons que tu nous envoies tant « de ton or et de ton argent, chascun an, que « tu nous retieignes à amis ; et se tu ne le fais « nous détruirons toy et ta gent aussi comme « nous avons fait ceulz que nous avons devant
Page 294 - ... portant des os d'épaule de « mouton brûlés au feu et noirs comme charbon, dont « je fus fort étonné , et leur ayant demandé depuis ce « que cela voulait dire, ils m'apprirent que jamais en ce « pays-là rien ne s'entreprend sans avoir premièrement « bien consulté ces os. Quand le Khan veut faire quelque « chose, il se fait apporter trois de ces os, qui n'ont pas « encore été mis au feu , et les tenant entre les mains , « il pense à l'affaire qu'il veut consulter , si elle se...
Page 190 - ... naturel entre la race des opprimés et celle des oppresseurs ; il se trouva placé près de Tchingkis et de son successeur comme une providence protectrice des peuples vaincus, et sa vie se consuma tout entière à plaider auprès de la barbarie triomphante la cause des lois , du bon ordre, de la civilisation et de l'humanité. On ne saurait compter les millions d'hommes qui lui durent la vie et la liberté.
Page 62 - L'empereur annonça l'intention de se mettre à la tète de l'armée, qui devait marcher à la conquête des pays situés au nord de la Mer Caspienne et de la Mer Noire; mais plusieurs des princes de sa famille lui représentèrent, qu'élevé au rang suprême, il devait s'affranchir des fatigues de la guerre, et passer sa vie dans les douceurs du repos ; sinon, que lui servirait d'avoir tant de parents et de généraux auxquels il (i) Kang-mou, trad. par Hyacinthe, pag.
Page 291 - Batou s'éten« daient en tous lieux; que pour notre or et « notre argent il n'en avait que faire. Jusque « là, j'entendis aucunement notre interprête; « mais du reste je ne pus rien comprendre « autre chose, sinon qu'il était bien ivre, et, « selon mon opinion, que Mangou même était « un peu chargé. — Après^ cela il nous fit « asseoir, et au bout d'un instant, nous sortî
Page 228 - cet ordre, en vertu duquel, si tu veux « conserver ta terre, ton eau, ton patri« moine, il faut que toi, pape, tu te rendes « en personne auprès de nous, et que tu « ailles ensuite te présenter devant celui qui « est le maître de toute la terre. Et si tu * n'obéis pas au commandement de Dieu et « de celui qui domine sur la terre, nous ne « savons ce qui en adviendra, Dieu seul le
Page 284 - Dieu, de qui tous biens procèdent et qui « vous a donné tous ces avantages temporels, « qu'après cela il lui plaise vous donner « aussi les célestes, d'autant que les uns sont « inutiles et vains sans les autres. Vous devez « savoir , mon seigneur , que vous n'aurez «jamais ces dernières, si vous n'êtes chré« tien ; car Dieu a dit lui-même : Qui croira et « sera baptisé sera sauvé ; mais qui ne croira
Page 290 - ... nous permettre de nous arrêter en son pays; d'autant que nous étions obligés, par les statuts de notre ordre , d'enseigner aux hommes comment il faut vivre selon la loi de Dieu. Que Sartach sur cela nous avait envoyés vers son père Baatu , et Baatu , vers sa majesté impériale , à laquelle puisque Dieu avait donné un grand royaume sur la terre , nous le suppliions aussi bien...
Page 288 - ... mes. Ce lieu était tout tapissé de toiles d'or; « au milieu il y avait un réchaud plein de « feu, fait d'épines et de racines d'absinthe, « qui croît là en abondance ; ce feu était allumé « avec de la fiente de bœuf. Le grand khan « était assis sur un petit lit, vêtu d'une riche « robe fourrée et fort lustrée, comme la peau « d'un veau marin. C'était un homme de « moyenne stature, d'un nez un peu plat et « rabattu, âgé d'environ /p ans. Sa femme, K qui était jeune et...

Informations bibliographiques