Lettres chinoises ou correspondance philosophique, historique et critique, entre un chinois voyageur à Paris et ses correspondans à la Chine, en Moscovie en Perse et au Japon, Volume 3

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 242 - ... pourtant lequel est le plus utile à un Etat, ou un seigneur bien poudré qui sait précisément à quelle heure le roi se lève, à quelle heure il se couche, et qui se donne des airs de grandeur en jouant le rôle d'esclave dans l'antichambre d'un ministre, ou un négociant qui enrichit son pays, donne de son cabinet des ordres à Surate et au Caire, et contribue au bonheur...
Page 242 - Roi fe leve, à quelle heure il fe couche , & qui fe donne des airs de grandeur en jouant le rôle d'efclave dans l'Antichambre d'un Miniftre ; ou un Négociant qui enrichit fon Pays , donne de fon cabinet des ordres à Suratte & au Caire , & contribue au bonheur du monde.
Page 185 - On dit qu'un habile médecin avait proposé de se servir en France de ces livres à la place de l'opium : au lieu de faire avaler trois grains de cette drogue à un malade, on lui eût lu six vers français composés par un poète de Lausanne et quatre par un de Neuchâtel. Les apothicaires s'opposèrent vivement à cette nouveauté, qui leur était, selon eux, très désavantageuse.
Page 240 - tes de prendre Turin , il fallut que le prince Eugene marchât du fond de l'Allemagne au fecours du duc de Savoie.
Page 147 - Continued se bornent à ces détails peu instructifs. Pour un qui entre dans le génie des Nations qu'il a parcourues, qui développe leurs mœurs, leur croiance, les idées qu'elles ont. du culte divin, les intrigues & les cabales de leurs Prêtres, l'étendue de leurs...
Page 225 - Japonais portent des hauts-dechausses fort larges qui vont en rétrécissant pour couvrir les jambes, et qui sont fendus des deux côtés pour y faire entrer les extrémités de leurs longues robes, qui sans cela les incommoderaient beaucoup en marchant ou en allant à cheval. Il y en a qui...
Page 240 - Savoie. 11 n'avoit point d'argent, „ fans quoi on ne prend, ni ne défend les „ vil* Voltaire, Ltttresfur les Anglois.
Page 241 - Avec ce., la il délivra Turin, battit les François» , , & écrivit à ceux qui avoient prêté cette 3, fomme, ce petit billet. Meflieurs, j'ai s, reçu votre argent, & je me ftatte de l'a„ voir emploie à votre fatisfaffkion.
Page 225 - Jarges, qui vont en étrecifTant pour couvrir les jambes, & qui font fendues des deux côtés pour y faire entrer les extrémités de leurs longues robes , qui les incommoderoient beaucoup en marchant, ou en allant à cheval..

Informations bibliographiques