Revue des études historiques, Volumes 2 à 3

Couverture
1835
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 221 - Archives historiques et littéraires du nord de la France et du midi de la Belgique , par MM. Leroy et Dinaux; du numéro d'avril du Bulletin de la Société de géographie ; d'un Essai de Paléographie, de M.
Page 135 - Ministre du travail et de la prévoyance sociale, après avis des Chambres de commerce et des Chambres consultatives des arts et manufactures et...
Page 83 - Mémoires de la Société royale et centrale d'agriculture, sciences et arts du département du Nord, séant à Douai, année 1829-1830.
Page 267 - Pragmatique pour maintenir dans son royaume « le droit commun et la puissance des ordinaires, selon les conciles généraux et les institutions des saints Pères ». Ne demandez plus ce que c'est que les libertés de l'Église gallicane.
Page 6 - J'espère que vous ne serez point tourmenté ; en tous cas je crois que vous auriez des défenseurs à Caen. J'ai pris pour défenseur Gustave Doulcet : un tel attentat ne permet nulle défense ; c'est pour la forme. Adieu, mon cher papa, je vous prie de m'oublier, ou plutôt de vous réjouir de mon sort; la cause en est belle. J'embrasse ma sœur que j'aime de tout mon cœur ainsi que tous mes parents; n'oubliez pas ce vers de Corneille : Le crime fait la honte et non pas l'échafaud.
Page 124 - Heu de ramener dans les voies de la sagesse ces mûmes députés sur lesquels il avait un ascendant extreme, il rejeta cette pratique comme immorale ; et lorsque l'ambassadeur de Suède, Staël, son gendre, lui demanda si, d'après l'usage des gouvernemens représentatifs, il s'était assuré d'une majorité dans les trois chambres pour faire prévaloir les projets qu'il avait médités, il lui répondit : Je n'ai d'autre parti que celui de la justice et de la vérité, paroles belles dans la bouche...
Page 267 - Les libertés de l'église gallicane , dont nos pères ont été si justement et si saintement jaloux, ne consistent pas seulement à ne pas recevoir des lois contraires à nos mœurs, mais encore à ne point suivre d'autres lois que les nôtres dans ce qui regarde la police et la discipline.
Page 268 - Penser peu, parler de tout, ne douter de rien ; n'habiter que les dehors de son âme, et ne cultiver que la superficie de son esprit; s'exprimer heureusement; avoir un tour d'imagination agréable, une conversation légère et délicate, et...
Page 191 - Saint-Riquier ) devait à l'abbaye, chaque année, une pièce de tapisserie de la valeur de cent sous d'or ; et la rue des Ouvriers en fer, tout le ferrement nécessaire à l'abbaye. La rue des Fabricants de boucliers...
Page 267 - Elle lui montre dans la pureté des anciennes mœurs les fondemens de ces usages , qui , bien loin d'être des privilèges singuliers , ne sont que la simple et fidèle observation du droit commun. Elle lui découvre par quel secret progrès d'ignorance et de relâchement, la nouveauté est, pour ainsi dire , devenue ancienne , et l'antiquité a porté quelquefois le nom odieux de nouveauté ; et, au milieu du monde ébloui par ce changement, elle lui présente une seule nation saintement jalouse...

Informations bibliographiques