Images de page
PDF
ePub

dans quatre sorties différentes , les avaient contraints à se renfermer dans la place. Le malaise devait y être grand; car déja plusieurs familles mahométanes en étaient sorties après avoir traité particulièrement avec les stratarques chrétiens, qui leur avaient accordé des sauf - conduits pour se rendre dans l'Elide.

Malgré ces symptômes, avant-coureurs d'une capitulation, Mavrocordatos songeait à l'accélérer, en mettant le siége devant Lépante et le château situé sur le cap Antirrhion de l'Étolie Épictète (i). On s'occupa aussitôt des préparatifs de cette entreprise, qui était au moment d'être mise à exécution, lorsqu'un décret émané du gouvernement de la Grèce occidentale, annonça qu'à partir du ^-janvier, on imprimerait à Missolonghi un journal intitulé la Chronique Hellénique, destiné à éclairer le monde civilisé sur des évènements trop longtemps défigurés par les ennemis de la Croix.

Le conseil exécutif venait, de concert avec le sénat législatif séant à Argos, de décréter l'envoi de trois mille soldats à Psara, ou ils étaient demandés par l'amirauté de cette île belliqueuse qui soupirait après la réduction de l'île d'Eubée, afin d'y établir sa population exposée en première ligne, ainsi qu'une foule de réfugiés de Chios et de l'Asie-Mineure. Des secours plus considérables

(i) Ce projet ne fut pas mis à exécution, par suite des dissensions qui se réveillèrent dans la Grèce après la campagne de i8a3.

avaient mis à la voile pour se rendre en Crète. On utilisait ainsi soixante mille guerriers qui se trouvaient trop à l'étroit dans le Péloponèse. On se proposait de voter bientôt un printemps sacré, en envoyant un grand nombre de montagnards en Thessalie, pour se réunir aux Magnésiens, afin de transporter en 1824, le théâtre de la guerre sur les bords de l'Axius, en posant éventuellement les limites de la confédération à Thessalonique.

On avait, en attendant, le projet d'établir un hôtel des monnaies à Tripolitza, où l'on batterait des espèces d'or et d'argent au titre et au coin du sultan. Cette mesure qui aurait donné un bénéfice net de plus de soixante pour cent, portait un coup plus funeste à l'empire ottoman que toutes les pertes qu'il avait éprouvées jusqu'alors. Ainsi tombait le colosse aux pieds d'argile, auquel il en avait déja trop coûté pour remettre sous le joug des sujets, qu'il serait plus facile d'exterminer que de subjuguer; parce qu'il est aussi absurde de vouloir régner sur des cœurs ulcérés, que de prétendre, comme on l'a fait pendant long - temps, que les terres découvertes par Colomb ont été créées de de toute éternité pour être une dépendance de l'Europe.

O Providence! la Grèce et l'Amérique asservies au commencement du quinzième siècle, se retrouvent au commencement du dix-neuvième en présence de leurs dévastateurs!... Mais sans nous perdre dans des considérations étrangères au sujet qui nous occupe, prions ce Dieu que les Hellènes invoquaient au jour solennel de leur insurrection, de leur apprendre l'usage qu'ils devront faire de l'indépendance qu'ils ont acquise, et de les aider à soutenir le poids de leurs prospérités. Elles perdirent leurs ancêtres, égarés par Thémistocle dans la route qu'il leur ouvrit. Maîtres de la mer, les Hellènes peuvent tout oser contre un ennemi qui a des vaisseaux et point de matelots, mais qu'ils n'oublient pas que si la marine d'Athènes fut son salut, elle ne tarda pas à devenir la cause de son ambition et de sa perte (i). Ils savent qu'ils ne doivent plus attendre les barbares sur le terrain de la Hellade, et que pour paralyser leurs efforts, il suffit de menacer l'Asie-Mineure. Ils peuvent oser davantage!., l'empire ottoman tombe en lambeaux. Il faut saisir la fortune dans son vol rapide, et ne pas abuser de ses faveurs pour surprendre des villes sans défense, ou ravager des terres abandonnées, espèce de guerre (2), qui apprend a calculer ses forces, à prendre la fuite sans rougir, et qui en donnant aux soldats les vices des pirates, les conduit (3) h dominer au sénat et à faire passer l'autorité aux mains du peuple, ainsi qu'il arrive presque toujours dans un état la marine est florissante.

Tels sont les conseils de l'expérience que les sages de la Grèce ont légué à leurs neveux; puissent-ils être écoutés!

Pour moi, satisfait d'avoir fait connaître les souf

(i) Aristot. de Rep., lib. v, cap. 3.

(2) Isocrat. de Pac., t. x , p. 3g3.

(3) Plat, de Leg., 1. iv. t. 2, p. 706.

frances des Hellènes, leurs mémorables actions et la barbarie des Turcs, au monde occupé des événements de l'Orient, je me croirai assez récompensé si j'obtiens un jour des fils de Dorus un rameau de l'olivier aux belles couronnes, qui ceignit le front d'Hérodote aux fêtes d'Olympie.

Je borne ici ma carrière et mes vœux!.... et toi, Muse sévère de l'Histoire, à qui je dédie le fruit de mes veilles, Clio, chaste sœur d'Apollon, daigne protéger mon ouvrage, et reçois pour jamais mes adieux.

[graphic]

TABLE

DES CHAPITRES

CONTENUS DANS LE TOME QUATRIEME.

LIVRE HUITIÈME.

CHAPITRE Ier. Rhourchid tourne ses armes contre Souli.
— Prise de Régniassa. — Douleur des Souliotes. — Pu-
nition de deux de leurs capitaines Plan de défense des

Grecs.— Affaire du 29 mai Combat du 3o.— Anxié-
tés des chrétiens. —Combat du 3i ; ils perdent leurs po-
sitions. — Prise du village de Souli par les Turcs; —-
ils sont repousses à Samoniva.—Traits particuliers d'au-
dace. — Fidélité admirable d'un vieux Osmanli. — Ma-
nière de combattre des parties belligérantes. — Choc
du ier juin. —Arrivée de Rhourchid à l'armée.— Né-
gociations — Assaut du 7 juin. — Résolution terrible des
Souliotes. — Courage de leurs femmes, — qui s'orga-
nisent militairement. — i0 juin, reprise des hostilités.—
i2 juin, victoire des Grecs; — s'emparent du cheval de
bataille d'Omer Brionès; — ses regrets. — Injures mu-
tuelles des combattants. —Déroute des Turcs. — Osman-
lis prisonniers. — Retour de Rhourchid à Janina. —
Son entrevue avec l'archevêque Gabriel. — Son départ
et son arrivé à Larisse. - Page

CHAPITRE II. Souhait remarquable de Henri IV. — Pa-
roles du trône dans la session de i822. — Réponse de
deux orateurs français à l'accusation portée contre le
ministère français. —, Préparatifs des Turcs contre le

« PrécédentContinuer »