Images de page
PDF
ePub

ni eau ,

falloit gravir. Arrivé sur le sommet, le

1148–49. général , ne trouvant

ni fourrage , attiré d'ailleurs par l'aspect riant d’un vallon qui s'étend sous ses pieds , y descend tranquillement. Les Sarrasins sortent aussitôt de leurs retraites, s'emparent du poste que l'imprudent avoit abandonné, fondent avec impétuosité sur l'arrière-garde qui montoit, et renversent les soldats les uns sur les autres.

Dans ce désordre le roi est séparé des siens , et poursuivi par un groupe d'ennemis

qui

s'attachent à lui. Il s'adosse contre un arbre , et reçoit la décharge de leurs traits, que la bonté de son armure rend inutiles. Dans un moment de relâche il trouve même la facilité de monter sur cet arbre. Là , comme dans un donjon , il repousse avec son bouclier ceux qui tentoient de l'escalader, et fait voler à grands coups de cimeterre les mains , les bras, les têtes, des plus avancés. Las de sa résistance, et ne le connoissant pas, les assaillans l'abandonnent. Il descend de son arbre rencontre

cheval sans maître, s'en saisit , erre toute la nuit dans les détours de la montagne, et arrive enfin au point du jour à son armée qui s'étoit réunie.

un

[ocr errors]

et

11,8-49. Après bien des marches et contre

marches dont on attribue les erreurs à la trahison des guides que les Grecs fournissoient , les Français arrivent dans la Pamphilie , près d'une petite ville sur la mer, appartenant à l'empereur Manuel. Le gouverneur conseille au roi d'achever son voyage par mer, lui offre des vaisseaux ; mais quand il fallut s'embarquer, il ne s'en trouva pas assez. Louis fut obligé de laisser une grande partie de ses troupes qui le rejoignirent par terre, et arrivèrent fort harrassées et très diminuées à Antioche.

L'armée campa hors de la ville. L-Tarçais

Le prince qui y régnoit se nommoit à Anticche.

Raymond de Poitiers; il étoit oncle de la reine Eléonore, bien fait, spirituel, et point encore éloigné de l'âge qui permet la galanterie. La réception fut brillante, accompagnée des démonstrations les plus Matteuses d'estime et de reconnoissance : telle qu'elle devoit être pour un monarque qui venoit de si loin visiter les fils, les frères, les parens, les alliés des anciens vassaux

de sa couronne. Rekur du

On pourroit trouver le fond d'un roman dans le

peu que

l'on sait de ce qui se passa á Antioche, pendant quelques mois de séjour ; la reine

roi.

[ocr errors]

y

Eléonore en seroit l'héroïne. Elle

1104-6. fut, dit-on , en commerce de tendresse avec un jeune sarrasin, appeléSaladin, et même accusée de répondre à la passion que lui marqua Raymond , son oncle. Les témoignages en parurent si peu ménagés que le mari conçut plus que des soupçons. Le prince d'Antioche avoit espéré de l'arrivée du monarqué et des troupes qui l'accompagnoient , des secours contre les Musulmans, ses voisins, avec lesquels il étoit perpétuellement en guerre, et se flattoit , par ce moyen , d'une augmentation de ses petils états. A ce sujet il faisoit auprès du monarque des instances assez vives qu'appuyoit Eléonore, et qui donnèrent à Louis, sur son épouse le soupçon de quelque collusion qu'il jugea à propos de rompre brusquement. Il !a fait sortir elandestinement d'Antioche pendant la nuit, se retire avec elle dans son camp, et la mène àJérusalem, où ils s'acquittent en semble des devoirs du pélerinage. L'empereur Conrad s'y étoit rendu de Consa tantinople. Louis a la complaisance de s'engager avec lui dans une entre prise contre Damas. Elle ne réussit pas'

. Le roi quitte alors la Palestiné, court encore quelques dangers sur mer , et rentre enfin dans son royaume, avce

Croisés.

1149-50. autant de gloire qu'on peut en acqué

rir dans une expédition très-malheureuse: telle en a été la conduite militaire,

Par ce qui vient d'être dit, on peut mocanduite juger quelle a été la conduite morale.

Les relations du temps nous apprennent que peu de croisés eurent des intentions purement religieuses ; ou s'ils en eurent, elles se corrompirent en route. Il n'y a point de crimes alroces, de brigandages, d'actions honteuses qu'on ne leur reproche. Saint Bernard , qui avoit promis des succés, s'appuya sur les témoignages de cette dissolution trop conpue , pour se disculper des revers; il en prit même occasion d'exhorter les peuples à se

la réforme des mæurs dignes d'une autre croisade. x

Loạis trouva son royaume en bon état , grâces aux soins de Suger abbé de Saint-Denys. On croit qu'il avoit présidé à l'éducation du roi dans ce monastère. Il conserva toujours auprès de lui un crédit mérité, et s'opposa fortement à la croisade, ou du moins à ce que le roi s'y engageât luimême ; mais le goût du temps,

le souvenir déchirant du massacre de Vassy, et l’éloquence de saint Bernard l'emportèrent,

rendre, par

[ocr errors]

1

Il
y
avoit alors deux hommes, qui

115, 52. de leurs disciples auroient pu former

St. Bernard une armée, saint Bernard et Abai- et Abailard. lurd. Le premier

Le premier, outre les deux cents moines rassemblés dans les déserts de Clairveaux, pouvoit mettre sur pied tous ceux dont le nombre n'est pas connu, habitans de cent soixante monastères répandus tant en France qu'en Allemagne, qu'il vit élever sous ses yeux. Abailard compta à Paris jusqu'à deux mille disciples , et étoit souvent accompagné d'une multitude peu inférieure dans les autres lieux où ses malheurs le conduisirent. Il enseignoit la dialectique avec des subtilités et des raffinemens qui parurent porter atteinte à la pureté des dogmes de la religion. Plusieurs conciles le condamnèrent sur la dénonciation de saint Bernard. Heureusement ces deux hommes, qui auroient pu armer tant de mains, se contentèrent de combattre par des argumens. On connoît les amours infortunés d’Abailard et d'Héloïse qui se retira comme lui dans un monastère. Il mourut dans un âge avancé. Son corps fut porté au Paraclet, dont Héloïse étoit abbesse , et le même tombeau a renfermé les deux

amans.

« PrécédentContinuer »