Images de page
PDF
ePub

et souffrir que ses principales villes fussent démantelées. Pour sûreté de '227–29. ces conditions, Blanche exigea que la jeune comtesse seroit amenée à la Cour de France, afin d'y

afin d'y être élevée sous scs yeux; et cet otage n'empêcha pas le comte de se rendre et de rester prisonnier dans la tour du Louvre jusqu'à l'entier accomplissement de la partie du traité qui concernoit les restitutions et autres clauses onéreuses. Il ne faut pas oublier que, comme fauteur des hérétiques Albigeois , et hérétique lui-même, il fut condamné aux cérémonies humiliantes de la pénitence publique, et qu'il la subit ainsi qu'avoit fait son père.

Ce dur traitement avertissoit les Conduite de conjurés de ce qu'ils avoient à craindre. la reine aree Ils prirent des mesures , qu'ils crurent comte de mieux concertées que les premières , et Chain pagne, se donnèrent un chef qui fut Engué- confédérés. rand de Couci. On dit même qu'ils avoient dessein de le faire roi. Les plus considérables d'entre eux, étoient Philippe, comte de Boulogne, oncle du jeune roi, déjà évince de la régence et Thibault , comte de Champagne. La reine n'eut besoin , contre ces deux confédérés , que d'adresse. Elle détacha d'eux Philippe ; en lui remontrant

[ocr errors]

sans es

qu'il n'avoit rien à gagner, puisqu'ils 1227-29

venoient de mettre à leur tête le sire de Couci ; qu'il seroit par conséquent bien impolitique à lui de travailler contre son neveu pour

les autres pérance d'avantages pour lui – même. Quant à Thibault, il avoit toujours ressenti pour Blanche une passion dont il ne se cachoit pas. On a encore de lui, en son honneur, des vers aussi tendres que galans. La reine s'en amusoit du vivant de son mari, et lui marquoit quelques égards, dont il se contentoit alors ; mais voyant qu'il n'obtenoit pas plus de la veuve que de l'épouse, on croit que ce fut le dépit d'un amour mal reconnu , qui le jeta dans le parti des mécontens. Foible ennemi pour Blanche ! Une lettre gracieuse le ramena à ses pieds. Non-seulement il abandonna ses amis, mais il révéla leurs secrets à la dame de ses pensées, comme s'exprimoient alors les chevaliers. Elle en gagoa encore d'autres

par présens ou par promesses. Sa politique. Elle négocia d'ailleurs les armes à la

main , et tira de la tour du Louvre, pour

lui donner le commandement de ses armées, ce Ferrand donné en spectacle aux Parisiens après la bataille de Bouvines. Ferrand, brave soldat, et

وا

capitaine expérimenté , justifia la .con

1227-29 fiance de sa libératrice. La régente avoit reconnu par expérience la nécessité de ces mesures de sûreté. Peu auparavant, le roi avoit pensé être enlevé, se rendant à Vendôme ou les mécontens étoient convoqués pour lui exposer leurs griefs. Ils lui avoient tendu une embuscade sur le chemin. Blanche en fut avertie par le comte de Champagne qui, pour l'amour d'elle, trahissoit son parti. Elle n'eut que le temps de se jeter avec son fils dans Mont-l'Héri et de faire savoir aux Parisiens le danger que couroit le roi. A cette nouvelle ils sortirenten foule pour

voler à son secours et le ramenèrent en triomphe dans leurs murs. La guerre alors changea de face : on

Secondée prit d'autres prétextes. Les révoltés

rage de son blièrent qu'ils s'étoient armés

non fils Louis IX. pour attaquer le roi, mais pour forcer Thibault à rendre à Alix, reine de Chypre , le.comté de Champagne, qu'ils prétendoient usurpé sur elle. Elle éloit née dans l'Orient de Henri II, comte de Champagne et roi de Jérusalem, frère aîné de Thibault 111, père de Thibault, et par conséquent le comté, après la mort de son père, devoit lui appartenir ; mais elle avoit été évincée, en vertu de la loi salique. La querelle que les mécontens Tom. III.

K

[ocr errors]

pu- par le cou.

Le comte

[ocr errors]

firent au comte au sujet de sa parente, n'é1227–29. toit qu'un moyen imaginé pourpunir avec

une espèce de justice leur infidèle confident. La régente prit sa défense et envoya son fils faire contre eux ses premières armes. Il leur présenta bataille. Hs la refusèrent par respect, dirent-ils , pour

leur souverain ; et cette déférence amena des négociations.

On donna à Louis , quoiqu'il n'eût Tubault cea de tout ce que que quinze ans, l'honneur d'avoir dis

la régente cuté lui-même les droits réciproques ; exige.

mais s'il prit connoissance de l'affaire ce fut, sans doute , sous l'inspection de sa mère. Il paroît qu'elle songea dayantage aux intérêts de son fils, qu'à ceux de l'amoureux Thibault. n'fut confirmé dans son comté, mais condamné à assurer une rente de deux mille livres à sa consine, et à lui en donner quarante mille comptant , pour les frais de son voyage d'Asie en Europe. Quarante muille livres comptant ! et il n'avoit point d'argent. On ne trouvera certainement pas une grande correspondance de tendres sentimens dans la manière dont Blanche le tira d'embarras. Il possédoit les comtés de Blois, de Sancerre, de Chartres et de Châteaudun : elle offiit de les acheter et de lui en compter le prix qui serviroit à le

[ocr errors]

libérer envers Alix. Il hésitoit , la ré--

1227-29 gente le pressa. Enfin, dit Mézerai , ce pauvre prince rendit derechef les armes à l'amour, et après un grand soupir , Madame, lui dit-il, mon coeur, mon corps , et toutes mes forces sont à votre commandement. Après ce sacrifice il se retira tout pensif, emportant dans son coeur, pour tant de belles terres dont il s'étoit dépouillé, le souvenir de sa dame , qui se changeoit en tristesse, quand il venoit à penser qu'elle étoit si honnête et si vertueuse qu'il n'en auroit jamais que des rigueurs.

La ligue n'étoit pas toute dissipée. Les révolElle avoit encore en Bretagne un con- mettent, fédéré, d'autant plus dangereux, que em decode Henri III, roi d'Angleterre, l'appuyoit. Bretagne. Le duc, nommé Pierre Mauclerc , 1230-33. arrière-petit-fils de Louis - le - Gros, loin de se soumettre , ce qui lui auroit obtenu , comme à beaucoup d'autres, une paix supportable , appela à son secours le roi d'Angleterre. Le monarque vint, débarqua une armée ; mais au lieu de la mettre aussitôt en action il se renferma dans la ville de Nantes, oi il passa l'hiver en fêtes et en plaisirs. Pendant ce temps Louis tenoit la campagne. Sa mère l'accompagnoit. Il y eut un liver très-rigoureux. Blanche

tés se sou

à

« PrécédentContinuer »