Histoire des diocèses de Besançon et de Saint-Claude, Volume 1

Couverture
Librairie ecclésiastique de Cornu, 1847 - 1193 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 217 - Le roi n'en porte que le nom et la couronne; il ne peut choisir pour évêques que ceux qui sont élus par les grands. N'ayant presque rien à lui , il vit aux dépens des prélats : encore ne peut-il les tirer des embarras qu'on leur suscite. Aussi, les évêques de Bourgogne sont-ils obligés d'obéir aux puissants comme à leur roi, et d'acheter la paix à ce prix. Le prince...
Page 343 - ... impérieux qui n'en laissent pas d'autres dans l'âme, il alla prendre sur l'autel toute la puissance de la Religion. Lorsque, sortant de, son désert, il paraissait au milieu des peuples et des Cours , les austérités de sa vie ; empreintes sur des traits où la nature avait répandu la grâce et la beauté, remplissaient toutes les âmes d'amour et de respect. Eloquent dans un siècle où le pouvoir et...
Page 215 - Votre Eglise, que vous avez fondée dans les temps anciens, que vous avez élevée en l'honneur de saint Jean et de votre martyr saint Etienne, est assise dans la tristesse, et il n'est personne que vous pour la consoler et la délivrer.
Page 219 - ... partie d'un château. Je ne dégraderai pas les vignes, je ne les arracherai pas ; je ne vendangerai que dans celles qui m'appartiennent. Je n'attaquerai ni ne dépouillerai ceux qui, sur des chars ou des barques, conduisent du vin, des vivres ou d'autres choses. Je ne détruirai...
Page 210 - Odilon , du consentement et & la prière de tous les frères de Cluny, que comme dans toutes les églises on célèbre la fête de tous les saints le premier jour de novembre, de même chez nous on célébrera solennellement la commémoration de tous les fidèles trépassés qui ont été depuis le commencement du monde jusqu'à la fin en cette manière.
Page 194 - Ignorez-vous, lui dirent -ils, » avec quelle dureté l'abbé Bernon traite les religieux? » Les réprimandes sont suivies de coups de fouet; il » charge de chaînes, il exténue de jeûnes ceux qu'il a fait •» fustiger; encore ne peut-on espérer, en souffrant ces » mauvais traitements, de recouvrer jamais ses bonnes
Page 219 - Je n'attaquerai ni le clerc ni le moine désarmés, ni ceux qui les accompagnent sans armes ; je n'enlèverai point sans cause légitime ce qui leur appartient. Je ne me saisirai point du bœuf, de la vache, du porc, du mouton, de l'agneau, de la chèvre, de l'âne, de l'ânesse d'autrui, ni du fardeau dont ils sont chargés.
Page 343 - ... et la beauté , remplissaient toutes les âmes d'amour et de respect. Eloquent dans un siècle où le pouvoir et le charme de la parole étaient absolument inconnus, il triomphait de toutes les hérésies dans les conciles ; il faisait fondre en larmes les peuples au milieu des campagnes et des places publiques; son éloquence paraissait un des miracles de la religion qu'il prêchait. Enfin, l'Église, dont il était la lumière, semblait recevoir les volontés divines par son entremise.
Page 306 - Saint-Jean jouissait de celte prérogative et SaintEtienne arguait d'une possession antérieure qu'il prétendait n'avoir perdue que par suite d'un incendie. « Cette querelle divisait la ville entière, et chacun des partis se défendait à l'aide de toutes les ruses de la chicane, d'où résultait un grand scandale (2).
Page 85 - ... de la perfection du moine. Touchant la nourriture, il dit - : « Les moines ne prendront leur repas que vers le soir, leur nourriture doit être grossière et jamais assez abondante pour les rassasier ; elle consistera en légumes, en un peu de farine détrempée d'eau, avec un petit...

Informations bibliographiques