Images de page
PDF
ePub

des Troupes suffisamment pour tenir une Armée de l'autre côté du Rhin, S. M. est résolue d'employer encore avec ce qu'Elie a de Troupes jointes à celles de S. A. E., la meilleure partie de l'Armée qu'Elie auroit sur le Rhin, & de fortifier S. A. E. de maniere qu'EUe soit en état de porter la Guerre dans YEmpire, avec la supériorité qu'il convient pour soutenir la gloire de ses Armes, & maintenir son Allié; & cette augmentation pourroit aller à 30 Bataillons, & au moins à autant d'Escadrons. Mr. le Comte de Marfin peut travailler avec certitude sur ce plan, & concerter de bonne heure avec S. A. E. les Opérations de la Campagne

des réflexions,& après avoir communiqué au Roi les vues qu'ils peuvent avoir, de pouvoir être informés des sentimens de

Mr, de Marsin à Mr. de Chamillart, à Ausbourg, le 31 Man1704.

J'arrivai fort tard hier à Munich, Monteur, où j'étois allé ainsi que j'avois ea i'iionneur de vous le mander parmapré

[graphic]

- 1 r c

:haine , afin d'avoir le loisir à'y faire eédente, pour communiquer à Mr. l'Electeur de Baviere le Mémoire du 11 Janvier, qui n'est enfin parvenu jusqu'à moi, que le c6 Mars. Après en avoir conféré à fond avec lui, quelque répugnance qu'il ait à s,éloigner de son Pays, à caisse qu'il est ouvert presque de tous côtés ,. & ses Frontieres dépourvues de bonnes Places, il sut si frappé de l'importance de la Jonction du secours , que le Rot veut bien lui envoyer, qu'il ne balança pas un moment à prendre le parti de s'a<vancer lui-même jusqu'à Wilitngen^ & la hauteur de eette Place, à la rencontre de ce Renfort y à la tête de l'Armée dû Roi, à laquelle il joindra 15 Bataillonscomplets de 600 hommes au moins, & 36 Escadrons de 130- Maîtres chacurt. de ses Troupes; le tout ensemble composera un Corps de 29 à 30000 hommes effectifs, & très bons. II n'y peut pas mener un peu plus grand nombre des siennes, après avoir pourvu raisonnablement , à la sûreté de ses,Etats dont'il s'éloigne considérablement par cette Marche. La maniere aisée avec laquelle il s'y est déterminé m'a fait connoître encore mieux que jamais fa bonne volonté, & la droiture de ses intentions pour le. bien de la cause commune.

[graphic]
[graphic]

Pour obéir à l'ordre que vous me donnez, Monsieur, dedire ma pensé sur ce que contient le dit Mémoire du n Janvier, j'y réponds à chaque Article par le Mémoire ci-joint. Je ne manquerai pas de me servir de l'adresse, que vous nTindiquez de Mr. de Bemage, qui est bonne, comme toutes celles dont je vous ai envoyé le Mémoire, le Sr. Jean Quichet étant un Banquier d'Ausbourg, comme ceux que je vous ai indiqués par mes Lettres précédentes. Quand je me servirai de lui pour en faire passer, je ne manquerai pas de vous les adresser fous ce nom, à Mr. Pelegrin Marchand à Anduze, comme vous me le marquez, & vous serez mettre, s'il vous plait, la souscription de celles que vous me serez l'honneur de an'écrire, en Allemand, à Mr. Samuel Qberilorff Marchand à Ausbourg. Le Sr. Jean Quichet est informé que c'est pour moi, & pour l'engager à mieux servir, je lui ferai ici les petits plaisirs qui dépendront de moi. Que cela ne vous empêche pas, s'il vout plait, Monsieur, de vous servir des autres adresses que je vous ai marquées ci-devant, en ne se servant pas trop fou, vent de la même pour qu'elle ne coure pas risque d'être bientôt découverte, & il faut en avoir plusieurs pour envoyer de*

Duplicata ; je ne signerai point déformais mes Lettres; mais il faut compter que, guand les Ennemis les ouvrent, ce qui arrive à tout propos , & qu'ils les trouvent chiffrées-, ils ne les laissent point passer; la voie du Sr. Fricz , Marchand de Zurich, est assez bonne jusqu'à présent; c'est par son Correspondant que j'ai reçu vos dernieres lettres des 2, 6 & 11 Mars.

J'ai déjà eu l'honneur de vous mander par plusieurs de mes précédentes, que les seules des vôtres, Monsieur, qui étoient parvenues jusqu'à moi, depuis, mon arrivée ^Ausbourg, étoient des- 28 & 29 Décembre; & du 12 Janvier contenant le Cartel & rien de plus, que Mr. de Thungen m'envoya ouverte; des 20 & 28 Janvier; &desii,i6&2i Fevrier; voiia tout & depuis je n'ai reçu que le 26 Mars les deux Duplicata du Mémoire du ii Janvier» & deux jours après les l.çt,tres susdites des 2, 6 & u Mars*, auxquelles je réponds par celle-ci. Je n'ai pas manqué de m'acquiter de la commission, dont vousm'avez fait l'honneur de me charger, auprès de S. A. E. & je puis vous assûrer, Monsieur, qu'Elie reçoit toujours avec.beaucoup de plaisir, de reconnoissance, & avec une distinction particuliere, toutes les honnêtetés

qui lui viennent de votre part. Quoique vous me marquiez, Monsieur, par votre Lettre du 11 Mars, que vous y joigniez l'état des Officiers-Généraux, que le Roi a faits dans cette Armée, je ne l'y aì point trouvé. Vous pouvez juger, Monsieur, quelle émotion cela doit donner à ceux qui peuvent espérer d'avoir part à la pjomotion; & je vous avoue ingénuement que comme je m'intéresse vivement à la satisfaction de tous ceux qui ont Thonneur de bien servir le Roi, je l'at* tends avec beaucoup d'impatience.

Comme je ne reçois que dans l'instant la dépêche de Mr. l'Electeur, avec le 'Mémoire des Munitions de Guerre qu'il a en Baviere, où vous trouverez, Monsieur, que la poudre est bien rare, & peu d'espérance d'en avoir suffisamment, pour la petite quantité qui s'en fait dans ses Etats, si vous n'en envoyez avec les Recrues; je ne puis faire partir le Sr. du Bois que demain matin. Je suis, &c.

[graphic][merged small]
« PrécédentContinuer »