Images de page
PDF
ePub

de Marfin, qu'il croyoit qu'on pourroit signer le Cartel, sans y ajouter le mot de Domination, & que Mr. le Comte d'Arce y auroit également trouvé fa sûreté.

Les Ennemis font tous descendus des environs du Lac de Confiance, & se sont assemblés depuis,Laukerk jusqu'à Ravensbourg, pour être en état de s'opposer aux mouvemens, qu'ils ne doutent pas que nous ne fassions bientôt.

L'Armée s'assemblera près d'UItn , lè jour du 5 ou 6: je tâcherai de servir cette Campagne mieux que je n'ai fait l'autre. Je ne vous parlerai plus du triste état de mes affaires, & de celles de ma Femme, re» mettant ma fortune entre vos mains; je ne vous dirai rien non plus de la dépense que j'ai faite à l'occafion du Cartel, ni de tout l'argent que j'ai donné à plusieurs Messagers chargés de Lettres pour vous* Monseigneur; je continuerai cependant d'avoir l'honneur de vous rendre compte de tout ce qui viendra à ma connoissance»

Jamais les Troupes du Roi n'ont été lî belles, ni si bien rétablies qu'elles le font; aussi Mrs. d'AubuJson, de BiJJy, d'Haute» sert, du Bourdet, & MontboiJJièr y ont eu une application extrême; la Garnison de Kempten n'est pas en moins bon état, & par les bons ordres qu'a donnés Mr» le

Tom. I. H

Maréchal de Marfin, & son désintéressement, il ne sera presque rien du aux Troupeá de leurs Quartiers-d'Hiver; quoique dans mon département partie des Ennemis y ayent pris les leurs. Je ne crois pas exagérer quand je vous dirai, Monseigneur, que dans vingt lieues de Pays, dont les Troupes du Roi n'en occupoient que quatorze, on a tiré plus de dix millions, quoique les deux Armées y ayent passé la Campagne derniere.

Cela vous prouvera, Monseigneur, ce que j'ai eu î'honneur de vous écrire de Wolfembuttel, qu'il n'y pas de Pays dans le monde si bon à faire la Guerre que l'AHemagne, & on le verra bientôt quand on passera en Franconie & en Autriche; car c'est là, Monseigneur, qu'il faut établir le centre de la Guerre, suivant mes petites lumieres, pour obliger l'Empeleur à faire la paix. La Guerre que l'on a. fait ici la Campagne derniere s n'attaque point vivement l'Empereur, ni ses Ministres. II faut leur faire craindre pour leurs Jardins, & surtout dans la concurrence des Affaires de Hongrie, où les Mécontens remportent tous les jours des avantages.

Puisque vous réordonnez, Monseigneur , par la Lettre dont vous m'avez honoré le 12 Février, que je n'ai reçu qu'avant-hier, par l'Exprès que le Sr. du tó m'a adressé, d'auprès de St. Gall. pour faire passer ces Lettres à Mr. le Maréchal de Marsin, de rectifier les nouvelles des Marchands: je vous dirai que, ces grands avantages que les dernieres Gazettes disent que les Ennemis ont remportés sur les Troupes du Roi, consistent en la prise de Mr. Dtttièr, Lieutenant-Colonel au Régiment de Montmain, & 11 Cavalièrs de celui de Mr. le Prince Charles de Lorraine, qui Fefcortoient revenant á'Ausbourg, plus prés de.cette Vilie que d'ici. II est vrai que les Hussards se promenant beaucoup dans mes derrieres, passant l'Iller à la nage en plein hiver, je leur ai rendu ces courses souvent avec quelques succès; mais surtout pour les avoir obligés à renforcer leur Quartier, où ils ont été fi mal que très souvent la Cavalerie manquoit de pain.

Mr. le Maréchal de Marsin laisse pour Commandant dans la Ville deMemmingen9 le Sr. Desgarmont, qui commande le second Bataillon du Régiment de Ncttan* court; c'est un Officier d'un mérite distingué, & qui en a donné des preuves à la Défense de Landaus, où il entra pendant k Blocus. J'ai l'honneur, #c

MO I S DE MAI.

Mr. de Marsin à Mr. de Chamillart., à Weissenhorn, le 4 Mai 1704.

jfe n'ai l'honneur de vous écrire, Monsieur, que pour vous accuser la réception de votre Lettre du 16 Avril, que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, par le retour du Sr. du Bois, & de son Duplicata que j'ai reçu l'un & l'autre les 27 & 28 Avril. J'ai fait part à S. A. E. des choses, dont il convenoit qu'Elie fût présentement informée, me réservant de lui rendre compte du reste en tems & lieu, comme vous me l'ordonnez. J'ai reçu dans le même tems la réponse de Mr. le Maréchal de Tallard, à la Lettre que je lui avois écrite par le dit Sr. du Bois; & depuis il m'en est venu encore d'autres de lui, qui répondent aux miennes du 15 Avril, que je lui ai envoyées par deux Exprès. Je vois qu'il souhaiteroit que je lui mandasse le jour précisément , que Mr. l'Eiecteur arrivera à JViU lingen avec l'Armée, ce que je ne puis lui marquer qu'à deux jours près, par le« obstacles que les Ennemis peuvent très, facilement opposer à notre Marche, qui pourroient bien causer au moins ce petit retardement. Comme nous verrons plus clairement le parti qu'ils auront pris, à mesure que nous nous porterons en avant, je pourrai peut-être dans peu l'informer, plus précisément, du jour fixe du Rendezvous; & pour cet effet je tâche de me pourvoir ici de quelque Exprès sûr, que je puisse lui dépêcher, que j'espere trouver. Mais après tout, comme cela-ne roule vraisemblablement que du 16, air 1-7, ou 18 de ce mois, cela ne doit pas faire un grand embarras , lui ayant mandé que, comme nous marchions accompagnés de Vivres, & que je ne craignois pas d'en manquer à quelques jours près, j'aimois mieux l'attendre deux jours aa Rendez-vous, que de l'y laisser attendre une heure. Mr. l'Electeur de Baviere s'est mis en Marche avec l'Armée le premier de ce mois, & arrive aujourd'hui à portée d'ici, comme j'avois eu l'honneur de vous le marquer par mes précédentes,. ©ù il est venu dîner, pour faire cet aprèsmidi la Revue de ses Troupes. J'ai l'honneur de vous envoyer ci-joint une Lettre de S. A. E. pour le Roi, que je crois.

« PrécédentContinuer »