Images de page
PDF
ePub

Montaigu, avec le chevalier Edouard Newill, & avec Carew grand écuyer & chevalier de la jarre- A N. 1538. tiere , & qu'il se servoit pour cela d'un prêtre & d'un macelor; Henri fit arrêter & mourir tous ces accusez.

La comtesse de Sarum ou Salisbery , mere de Polus ne fut pas plus épargnée. On lui fit un crime d'avoir reçû des lettres de fon fils, & quoiqu'elle fût déja avancée en âge , & que la faintcré Sender. ut fupr de sa vie lui attirât la veneration des peuples , elle de banimirom.do fur arrêtée , & on lui crancha la tête dans cette Sander, même année 1538.

Cette persecution fut suivie du pillage & de la LXVI. destruction des églises des monasteres, de la pro- Supplice de plus

sieurs religieux fanacion des images & des reliques des saints, de en Angleterre. l'enlevement des châsses & des ornemens ecclesia- Șander. de schifo. stiques, de la prison & de la mort des prêtres et des moines qui vouloient s'opposer à ces desordres. Plusieurs religicux de faine François qui languiffoient depuis long temps dans les prisons,.& dont la faveur de Thomas Urishey conseiller d'état avoit fait differer jusqu'alors le fupplice, furent demandez à la mort par ceux qui favorisoient Henri dans fes crimes ; & il répondie qu'il eûc bien voulu les perdre cous, mais que la crainte du blame & le credic de Urisley le recenoir. On ne laisfa pas d'étrangler Antoine Brorb:y. Ou fic mourir de faim dans la prison Thomas Belchiam. Thomas Corcus d'une naissance illuftre iyourut dans son cachos. L’on tira trente deux religieux chargez de chaiaes, de leur prison, & on les envoïa dans des lieux éloignés pour s'en défaire avec moins de bruic &

lib. 1. p. 168

Il dispute contre

anentaire, & le fait mourir.

- de scandale. Jean Forest religieux du même ordre, AN. 1538. qui avoir été confesseur de la reine Catherine, fut

exposé le vingt-troisiéme de Mai dans une place à Londres, on l'éleva en l'air & après l'avoir attaché par les bras à deux fourches, on alluma un feu Ient sous ses pieds, dont il fut miserablement consumé. Il fit couper la tête à Nicolas Carey general de la cavalerie & chevalier de la jarretiere. Leonard Gray viceroi d'Irlande reçut aussi un pareil

traitement. LXVIII. · Ce prince n'épargnoit pas non plus les héretiLambert Sacra- ques , quand ils contrevenoient à ses ordres. Un

nommé Lambert aïant été déferé à la justice comBurnet hit. de la me Sacramentaire, Henri convoqua une grande reform. d'Angle assemblée dans la salle de Westminster, & il vouterre liv. 3. pag.

lur disputer lui même publiquement contre l'accuSanderus ut fuprà p. 170.

sé. La partie n'étoit pas égale, Lambert étoit seul
sans aucun secours, & le roi étoit environné d'une
foule de gens qui applaudissoient à ses argumens,
& qui les trouvoient invincibles, au lieu que per-
sonne n'osoit ouvrir la bouche pour approuver ce
que Lambert opposoit. La dispute finit par l'alter-.
native que le roi donna à Lambert, ou d'abjurer
ses sentimens ou d'être brûlé. Lambert choisir la
mort & fue executé dans la place de Smithfield.
On le suspendit au-dessus d'un feu qui n'étant pas
assez grand pour le consumer tout d'un coup , ne
brûla que ses jambes & ses cuisses : deux des offi-
ciers le leverent sur leurs hallebardes, vivant en-
core & invoquant Jesus-Christ. Après cela ils le
laisserent comber dans le feu où il fut bien-tôt ré-
duit en cendres. Il avoit composé dans sa prison

346. tom. 1.

AN. 1538.

Continuation de

Angleterre. On y

n- ref. liv. 3. p. 331

un livre pour la défense de ses sentimens qu'il dé. dia au roi Henri.

Henri écoutoit tout ce qu'on lui rapportoit au L.XIX. préjudice des catholiques & sur-tout des prêtres & la persecution en des moines, & ainsi la persecution loin de dimi-brise publique nuer, augmentoit chaque jour. Peu content de la me

. ment les images

Burnet hift. de la fuppreflion qu'il avoit déja faite d'un grand nombre en nie bre de monalteres, sous le faux prétexte de désor- á Suiv. dres qui souvent n'étoient pas réels, ou qui ne se trouvoient que dans quelques particuliers , il entreprit sous les mêmes couleurs de faire main-basse fur la plûpart des autres maisons religieuses qu'il avoit épargnées jusqu'alors. Les évêques qui s'étoient rangez de son côté le fortifioient dans cette résolution & l'animoient à l'executer , en calomniant les religieux auprès de lui , & en les faisant passer dans son esprit pour des rébelles dont les intrigues étoient à craindre, & qu'ils devenoient plus puissans à proportion de la veneration que les peuples avoient pour eux. Henri ordonna donc encore une visite des monasteres, & ceux qui en furene chargez lui presenterent un long memoire des abus & des désordres vrais ou faux, & toujours exaggerez, qu'ils disoient avoir trouvez dans ces _maisons. On auroit pû aisement découvrir la calomnie si l'on eut voulu envoïer des gens définteresscz & judicieux, mais on n'avoit pas dessein de voir si clair, & l'on ne cherchoit qu'un prétexte pour ôter tout appui à la religion catholique en Angleterre, & pour satisfaire la haine du prince, & l'avarice insatiable de ses ministres : on se hâta donc d'en venir aux effets : Cromwel fit briser:

Henri VIII. fait

Thomas de Cantorbery, .

de Sanderus, tom. 2. p. 196.

- toutes les images de la Vierge, & des saints qui An. 1598. étoient reverées à Wallingham, Ipsuic, Vigorne,

I.XX. c. Cautarbery, & ailleurs ; il s'empara de toutes les 1 rúler les us de s. richesses que la pieté des catholiques y avoient con

Can- sacrées ; il pilla les tombeaux des marcirs, & en Burner hit. de la profana les reliques. Mais la fureur des Anglois Le Grand défense schismatiques parut encore plus marquée sur les

m. precieuses reliques de saint Thomas Becquet arche

vêque de Cantorbery, qui avoit souffert le martyre en l'année 1170. Henri VIII. avoit conçû une si grande aversion pour ce faint donc toute la conduite semblɔit lui reprocher les excez qu'il avoit commis contre l'autorité du pape & les libertez de l'église , qu'il entreprit de faire le procès à sa memoire , & de condamner au moins ce qui restoie de son corps au feu. Il envoïa piller d'abord cous les trésors de la cathedrale, où avoit été son siége & piller son combeau ; & l'on chargea vingt-six chariots de toutes ces saintes dépoüilles consacrées au culce de ce grand saint. L'or seul qui environnoit la châsse remplit deux coffres que huir hommes fort robustes curent de la peine à

emporter. Godwin in annal. Le roi par une extravagance qui acheva de le

16: décrier dans l'opinion de ceux qui doutoient enco

re s'il étoit tout-à-fait insensé, fit ajourner le saint devant son tribunal,le condamna comme criminel de leze-majesté, ordonna qu'il seroit raïé du catalogue des saints de l'église Anglicane, défendit à tous ses sujets sur peine de la vie de solemniser le jour de la fête , de réclamer son intercession, de yiliter son tombeau, & d'avoir même sur soi ni

calen

Sleidan. in comm. ad hunc ann. lib. 12. P. 383.

bulle d'excommu

Henri VIII.

Pallavic. hift.

[ocr errors]

cap. 7.

Extat b«ll. i. 1,

calendrier ni almanach où se trouvât son nom ; il • fit aussi brûler ce qui restoit de ses reliques dans la A N. 1538. châsse & en fit jetter les cendres au vent. Cette action aigrit tellement ceux qui avoient encore quelque attachement à l'ancienne religion, qu'ils écrivirent à Rome contre le roi d'une maniere trèsvive, le comparant à tout ce qu'il y avoit jamais cu de fameux tyrans dans le monde.

Le pape Paul III. indigné de tous ces excez, - LXXI. folut de faire executer la sentence qu'il avoit pro- Lc pape publie la noncée contre lui le trentiéme d'Août 1535. & nication contre dont il avoit jusqu'alors differé la publication. Il fit donc afficher la bulle qui contenoit cette fen- conc. Trid. lib. 4. tence non seulement à Bruges, à Tournay & à Ciac.t. 3. P. 534. Dunkerque, villes de la domination d'Elpagne , conftitur. Pauli mais encore à Boulogne & à Calais villes Françoi. 111.conft. 2. fes, à Carlisle & à saint André, qui appartenoient au roi d'Ecosse. Le pape dit dans cette bulle que comme vicaire de Jesus-Christ, pour déraciner & détruire suivant les paroles de Jérémie , il se sentoit obligé d'avoir recours aux corrections, puisque les voïes de douceur ne produisoient aucun effet. Qu'Henri aïant abandonné la foi dont il avoir été auparavant un zéle défenseur, aiane chalsé la femme légitime contre les défenses du saint siége , pris en la place une nommée Anne de Boulen, fait diverses ordonnances dangereuses & impies, entrepris d'ôter au pontife Romain la qualité de chef de l'église, usurpé ce titre lui-même, contraint ses sujets sur peine de mort de le lui donner, & faic mourir l'évêque de Rochester , qui s'opposoic à ces héresies, s'étoit rendu indigne par tous Tome XXVIII.

Cc

« PrécédentContinuer »