La mélodie volée du Maréchal: L'incroyable histoire de Casimir Oberfeld, compositeur (malgré lui) de l'hymne pétainiste

Couverture
Archipel, 24 janv. 2018 - 200 pages
Qui sait que la mélodie de « Maréchal, nous voilà » a été « volée » à un compositeur juif polonais, qui allait mourir en déportation ?Casimir Oberfeld (1903-1945) fut un compositeur de musiques de films et de chansons durant l'entre-deux guerres. Il a composé certains des succès d'Arletty, de Mistinguett (« C'est vrai »), de Fernandel (« Félicie aussi ») et de Maurice Chevalier (« Paris sera toujours Paris »).En 1933, il compose la musique du film « La Margoton du bataillon ». Victime de son succès, cette mélodie devient en 1937 la chanson officielle du Tour de France sous le titre La fleur au guidon, puis en 1938 un hymne militant pour le parti socialiste, Le chant de l'avenir ! En 1941, le troisième plagiat est plus grave : le refrain de « Maréchal nous voilà », chanté dans toutes les écoles de France durant l'Occupation, recopie une nouvelle fois l'oeuvre de Casimir Oberfeld.Jean-Pierre Guéno a reconstitué le parcours de ce compositeur avec le concours de son fils Grégoire Dunant, dont le livre évoque aussi l'itinéraire singulier.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques