Ronsard

Couverture
Lecène, Oudin, 1897 - 238 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 225 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir.
Page 209 - Ronsard, qui le suivit, par une autre méthode, Réglant tout, brouilla tout, fit un art à sa mode, Et toutefois longtemps eut un heureux destin. Mais sa muse, en français parlant grec et latin, Vit dans l'âge suivant, par un retour grotesque, Tomber de ses grands mots le faste pédantesque.
Page 87 - QUAND vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle, Assise auprès du feu, dévidant et filant, Direz chantant mes vers, en vous esmerveillant : Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle.
Page 88 - Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle, Desja sous le labeur à demy sommeillant, Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant, Benissant vostre nom de louange immortelle. Je seray sous la terre, et fantôme sans os Par les ombres myrteux je prendray mon repos ; Vous serez au fouyer une vieille accroupie, Regrettant mon amour et vostre fier desdain. Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain : Cueillez dés aujourdhuy les roses de la vie.
Page 64 - Sur ta cime il fait son ny Tout uny De mousse et de fine soye, Où ses petits esclorront, Qui seront De mes mains la douce proye. Or vy, gentil...
Page 62 - Mignonne, allons voir si la rose, Qui ce matin avoit desclose Sa robe de pourpre au soleil, A point perdu cette vesprée Les plis de sa robe pourprée, Et son teint au vostre pareil.
Page 59 - Car malin, celer je ne puis A la race future De combien obligé je suis A ta belle verdure : Toy, qui sous l'abry de tes bois Ravy d'esprit m'amuses...
Page 14 - Trois jours devant sa fin je vins à son service ; Mon malheur me permeit qu'au lict mort je le veisse, Non comme un homme mort, mais comme un [endormy, Ou comme un beau bouton qui se panche à demy, Languissant, en avril, alors que la tempeste Jalouse de son teint luy aggrave la teste, Et luy chargeant le col le fanist contre-bas, Ensemble prenant vie avecques le trespas.
Page 31 - ILS ont menty, d'Aurat, ceux qui le veulent dire, Que Ronsard, dont la Muse a contenté les Rois, Soit moins que le Bartas, et qu'il ait par sa voix Rendu ce tesmoignage ennemy de sa lyre.
Page 104 - Pour piller un butin de bien peu de valeur, Combien de feux, de fers, de morts, et de détresses Mérites-tu, meschant, pour tuer nos Déesses?

Informations bibliographiques