Histoire littéraire de la France: ouvrage commencé par des religieux bénédictins de la Congrégation de Saint Maur, et continué par des membres de l'Institut (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)., Volume 16

Couverture
Imprimerie nationale, 1892
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 245 - Chez nos dévots aïeux le théâtre abhorré Fut longtemps dans la France un plaisir ignoré. De pèlerins , dit-on , une troupe grossière * En public à Paris y monta la première; Et , sottement zélée en sa simplicité , Joua les Saints , la Vierge, et Dieu , par piété.
Page 237 - Icelle est la très-mignote Note, K'amors fait savoir. Avoir Ke puet belle amie, Mie Nel' doit refuser. User En doit sans folie. Lie Est la paine à fins amans. Mais d'ordinaire on ne s'imposait pas tant d'entraves, et l'on prenait au contraire beaucoup de licences pour adoucir le joug de la mesure et de la rime. On allongeaitou l'on abrégeait les mots, on altérait les syllabes, on modifiait à volonté l'orthographe et la prononciation.
Page 151 - Riquier, de 1260 à 1270, contiennent ces vers : L'autre jorn m'anava Per una ribeira Soletz delichan, Qu'amors me menava Per aital maneira Que pesses de chan, Vi guaya bergeira Bell' e plazenteira Sos anhels gardan..
Page 245 - Paris, y monta la première ; Et, sottement zélée en sa simplicité, Joua les saints, la Vierge, et Dieu par piété. Mais Boileau confond ici deux époques qu'il ne lui importait pas de distinguer, la fin du treizième siècle et celle du quatorzième. Ces troupes de pèlerins se désunissaient en parvenant au terme de leurs voyages et n'établissaient aucun théâtre fixe ni à Paris ni ailleurs. Ce fut une association d'un tout autre genre, et purement profane, qui se forma vers la fin du règne...
Page xxvi - Apologie pour Hérodote , ou Traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes , par Henri Estienne. Nouvelle édition faite sur la première : augmentée de tout ce que les postérieures ont de curieux , et de remarques , par M.
Page 202 - Crescimbeni, la première stance est en roman, la seconde en toscan, la troisième en français, la quatrième en gascon, la cinquième en espagnol, et la sixième en ces cinq idiomes mélangés. Nous ne croyons pas que cette observation soit juste : en lisant cette pièce, bien déplorable encore quant au fond des idées, nous n'y apercevons que du provençal, entremêlé d'expressions empruntées à d'autres langues, à peu près comme dans les poèmes macaroniques où la phrase latine est parsemée...
Page 211 - Espèce de petit poème lyrique fort court, qui roule ordinairement sur des sujets agréables , auquel on ajoute un air pour être chanté dans des occasions familières , comme à table . avec ses amis , avec sa maîtresse, et même seul, pour éloigner quelques instants l'ennui, si l'on est riche , et pour supporter plus doucement la misère et le travail , si l'on est pauvre.
Page 150 - A son bon Seigneur LOOYS , filz du roy de France , par la grâce de Dieu roy de Navarre, de Champaigne et de Brie conte Palatin, J EH A> sire DE JOINVILLE, son Seneschal de Champaigne , salut et amour et honneur et son servise appareillé.
Page 587 - Amaury ne craignit donc pas de la renouveler : un être simple, disait-il, est celui qui n'a ni quantité ni qualité; tel est Dieu, telle est aussi la matière première. Mais y at-il deux êtres simples? Non, car ils ne seraient distincts que par des qualités ou des parties que l'un aurait de plus ou de moins que l'autre. Or ces parties, ces qualités, ce plus ou ce moins, répugnent à la nature de l'être simple.
Page xxx - Tableau des révolutions de l'Europe depuis le bouleversement de l'empire romain en occident, jusqu'à nos jours ; précédé d'une introduction sur l'histoire , et orné de cartes géographiques , de tables généalogiques et chronologiques.

Informations bibliographiques