Images de page
PDF
ePub

DE

MOLIÈRE

NOUVELLE ÉDITION

REVUE SUR LES PLUS ANCIENNES IMPRESSIONS

ET AUGMENTÉE

de variantes, de notices, de notes, d'un lexique des mots et locutions remarquables,

d'un portrait, de fac-simile, etc.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

و •

28755

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

NOTICE.

LE Registre de la Grange nous apprend que le Médecin malgré lui fut joué pour la première fois le vendredi 6 août 1666, sur la scène du Palais-Royal. Cette date, comme nous l'avons dit dans la Notice de la pièce précédente', réfute Grimarest, lorsqu'il prétend que Molière, dès la quatrième représentation de son Misanthrope (il faudrait que ce fût dès le 11 juin 1666), fut obligé de le soutenir par les scènes facétieuses du Fagotier. Les deux comédies, si peu comparables, ne parurent l'une à côté de l'autre que le 3 septembre : alors la première avait été déjà représentée vingt et une fois ; mais on a trouvé piquant de nous montrer Alceste, lorsqu'il ne pouvait plus se tenir sur son trop haut brodequin, allant chercher Sganarelle pour qu'il lui prêtât l'épaule. L'un obtenant grâce pour l'autre, « c'est peut-être à la honte de la nature humaine, a dit Voltaire 2. Honte ou non, il aurait fallu commencer par vérifier le fait.

Tout ce qu'il serait permis de croire, si l'on voulait abso-lument que le Médecin malgré lui eût été comme appelé par le Misanthrope, ce serait que Molière, après avoir contenté le goût des plus délicats, aurait jugé que cela même l'obligeait de travailler, presque en même temps, pour celui de la foule. C'était l'intérêt de son théâtre ; mais il pouvait ici y satisfaire sans pénible sacrifice; car fort naturellement son génie avait fait adoption égale des deux comédies, de celle dont le mas-que sourit, de celle qui rit aux éclats. Aussi doutons-nous beaucoup qu'il ait voulu se venger d'un froid accueil fait à sa

1. Voyez au tome V, p. 361 et 364. 2. Voyez ci-après, p. 32.

« PrécédentContinuer »