Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

DES PÈRES, MARTYRS

ET AUTRES PRINCIPAUX SAINTS,

TIRÉES DES ACTES ORIGINAUX ET DES MONUMENTS LES PLUS AUTHENTIQUES,

AVEC DES NOTES HISTORIQUES ET CRITIQUES.

OUVRAGE TRADUIT LIBREMENT DE L'ANGAIS

D'ALBAN BUTLER,

PAR L'ABBÉ GODESCARD, CHANOINE DE SAINT-HONORÉ.

NOUVELLE ÉDITION

EYTIÈREMENT REVUE ET AUGMENTÉE D'UN GRAND NOMBRE DE NOTES ET NOTICES NOUVELLES

PAR

M. le chanoine P. F. X. de Ram,

RECTEUR MAGN. DE L'UNIVERSITÉ CATII. DE LOUVAIN, MEMBRE DE L'ACADÉMIE ROYALE DES SCIENCES,

DES LETTRES ET DES BEAUX-ARTS DE BELGIQUE.

TOME III.

BRUXELLES,

IMPRIMERIE DE M. VANDERBORGHT, LIBRAIRE,

MARCHÉ-AUX-POULETS, N° 26.

1847

DES PÈRES, DES MARTYRS

,

ET DES AUTRES PRINCIPAUX SAINTS.

jer MAI.

que le Messie attendu pút sortir de Nazareth; mais Philippe lui dit de le suivre, de venir voir par lui

même ce qui en était. Il était persuadé qu'il n'auSAINT PHILIPPE, APOTRE.

rait pas plus tôt vu Jésus, qu'il le reconnaîtrait surPREMIER SIÈCLE.

le-champ pour le Fils de Dieu. Nathanaël fit ce que

son ami exigeait de lui. Jésus le voyant approcher, Saint Philippe était de Bethsaïde en Galilée. Le dit : Voilà un vrai Israélite, dans lequel il n'y a ni Sauveur l'appela, et lui dit de le suivre (1), le lende- déguisement ni artifice. Nathanaël, surpris de ce que main de la vocation de saint Pierre et de saint An- | Jésus l'appelait par son nom, lui demanda comment dré (2). L'état du mariage dans lequel il était en- il pouvait le connaitre. Jésus lui répondit : Je vous gagé (3) ne l'avait point empêché, selon la remarque ai vu avant que Philippe vous appelåt, lorsque vous de saint Chrysoslôme, de méditer assidûment la loi étiez sous le figuier. Nathanaël, ainsi que l'expliet les prophètes. Par cette méditation, il s'était pré- quent les Pères, se rappelant alors qu'il avait été paré à reconnaître le Messie dans la personne de dans un lieu si retiré qu'aucun homme n'avait pu Jésus-Christ; aussi ne balança-t-il point, après cette le voir, confessa que Jésus était le Fils de Dieu, le précieuse découverte, d'abandonner tout pour s'at-Roi d'Israël, ou, ce qui revient au même, le Messie tacher à lui. Il devint un de ses plus zélés disciples, prédit par Moise et par les prophètes. et il fut le compagnon inséparable de son ministère Trois jours après cet événement, Philippe se et de ses travaux.

trouva aux noces de Cana, où Jésus avait été invité Philippe n'eut pas plus tôt connu le Messie, qu'il avec ses disciples. L'année suivante, il fut mis au s'empressa de partager le bonheur dont il jouissait, nombre des apôtres par le Sauveur, lorsqu'il forma avec Nathanaël son ami. Nous avons trouvė, lui le sacré collége. dit-il, celui dont il est parlé dans la loi de Moïse et On voit par plusieurs passages de l'Évangile qu'il dans les écrits des prophèles, Jésus de Nazareth, fils était particulièrement chéri de son divin Maître. de Joseph. Ces paroles ne firent pas d'abord beau- Ainsi, par exemple, nous lisons que Jésus-Christ coup d'impression sur Nathanaël : il ne croyait pas étant sur le point de multiplier les pains pour nour

(1) Joan. 1, 43.

unes d'entre elles, dit Clément d'Alexandrie, Strom. I. 3, (2) Clément d'Alexandrie rapporte comme un fait avéré p. 428, embrassèrent l'état du mariage. Deux vécurent dans que saint Philippe étail celui qui, ayant été appelé à la suite le célibat, moururent fort âgées, et furent enterrées à Hiéde Jésus-Christ, demanda la permission de retourner aupa-raple, comme nous l'apprenons de Polycrate, cilé par Euravant dans sa maison pour ensevelir son père, et auquel le sebe, Hist. I. 2, c. 31. On lit dans Sozomène, l. 7, c. 27, qu'une Sauveur répondit : Suivez-moi, et laissez aux morts le soin de ces saintes vierges ressuscita un mort. Papias, qu'Eusébe d'ensevelir leurs morts. Jésus-Christ, par celle réponse, ne cite dans son bistoire, 1. 3, c. 39, parle aussi de celte résurprétendait pas condamner ceux qui rendent aux morts les reclion; mais il ne dit point qu'elle ait été opérée par aucune derniers devoirs, il voulait seulement faire entendre à son de ces saintes vierges; il dit seulement qu'il avait appris le nouveau disciple, qu'étant appelé aux fonctions sublimes miracle de leur propre bouche. Polycrate fait mention d'une d'un ministère tout spirituel, elles devaient avoir la préfé- autre fille de saint Philippe, que la sainteté éminente de sa rence sur les æuvres corporelles de miséricorde.

vie rendit fort célèbre à Éphèse, où elle fut enterrée. Il ap(3) Saint Philippe était père de plusieurs filles. Quelques- pelle ces trois sæurs les lumières de l'Asie.

T. III.

1

« PrécédentContinuer »