Images de page
PDF
ePub

On trouve encore plusieurs sujets dont on ne connait pas la jonction, et entre autres :

Reginon d’ALBIGNAC, qu'on voit faire montre, en 1387, parmi les écuyers de Bernard d'Armagnac , fils de Jean, comte de Rodez;

Bermond D'ALBIGNAC, damoiseau du château de Castelnau de Levezou, auquel son cousin Jean-Deodat d'Albignac, damoiseau, seigneur de Comiès, vendit un mas situé dans la mouvance du même château , par acte de l'année 1350, reçu par P. Rossaldi, notaire de Castelnau de Levezou. De ce Bermond parait être descendu :

Astorg D'ALBIGNAC, co-seigneur de Castelnau de Levezou , qualifié noble et puissant homme. Il épousa Hélène de Mellet, qui veuve de lui, épousa en secondes noces Jean de Prudhomme, damoiseau. Elle avait eu de son premier mari :

Bertrand d’ALBIGNAC, institué héritier d'Hélène de Mellet, sa mère, conjointement avec Pierre de Prudhomme, fils du second lit de cette dame, par son testament du 10 mai 1414.

On trouve ensuite :

Bernard d'AlBIGNAC, seigneur des Barbuts, au diocèse de Nismes, dont la fille, Isabeau d' Albignac, fut mariée, le 31 janvier 1531, avec Durand Bringuier, seigneur des Barbuts et co-seigneur de Lionne;

Hugues d’ALBIGNAC, religieux de l'abbaye de Conques. Il fut prieur de l'abbaye de Caparrous, au diocèse de Pampelune. Ayant résigné ce bénéfice en laveur d'un aragonais, sans le consentement de Catherine de Foix, reine de Navarre, cette princesse écrivit, le 24 novembre 1484 , à l'abbé de Conques, pour le prier de pourvoir de ce bénéfice Gui Arnaud d'Aranceta , qu'elle avait présenté. Il parait que Hugues d'Albignac mourut en possession de son prieuré vers la fin de la même année, car la reine renouvela sa demande après sa mort, le 28 mars 1485.( Titres en idiome béarnais, abbaye de Conques, t. 11, fol. 271, 275.)

Aimeric d'ALBIGNAC, camérier du monastère de

DE CASTELBOUE :

Sainte-Enimie, au diocèse de Mende. Il fut témoin, le 28 janvier 1499 (v. st.), au contrat de mariage de Claude de Malbosc, seigneur de Miral, avec Amphelise de Gabriac. (Titres de la maison de Malbosc.)

Plusieurs branches de la maison d'Albignac se sont continuées jusqu'à nos jours. La principale, celle des marquis et comtes du Triadou, comtes d’Albignac de Montal et de Castelnau, a fait ses preuves de cour en 1772, et justifié d'une filiation non interrompue depuis :

I. Pierre D'ALBIGNAC, Ier du nom, seigneur de Comies, de Montlebous, de Fraxin et d'Alayrac , marié, vers 1310, avec noble Catherine DE CASTELBOUC, de laquelle il eut, entre autres enfants :

II. Jean Deodat D'ALBIGNAC, damoiseau , seigneur des mêmes terres. Il fut témoin, le 3 juillet 1339, avec Jean d'Arpajon, vicomte de Lautrec, seigneur de Calmont de Plancage et de Castelnau de Levezou, Raimond de Roquefeuil, seigneur de Salmiech, Gui de Vialard, Gui d’Aigueperse, Claude de Périgord , Jaume de Ségur, etc., tous chevaliers, à un accord passé entre le roi Philippe de Valois et Geraud, par la grâce de Dieu vicomte de Fezensaguet, au sujet du péage du vieux pont de la ville de Milhau Archives de l'hôtel consulaire de cette ville), Jean-Deodat d'Albignac habitait au château de Mostuejouls, au diocèse de Rodez, lorsqu'il épousa, par contrat du 12 janvier 1355 (v. st.), passé dans la ville de Florac, au diocèse de Mende, devant Jean Lequepeis, clerc public du château de Sévérac, Justine De ROCHEBLAVE, fille de noble Louis de Rocheblave, seigneur du château de dau 3 rocs d'e.

chiquier d'or. Rocheblave au diocèse de Mende, et de feu noble Marie de Carbonnières. Elle eut en dot 700 livres tournois et sept habillements de noces fourrés. Jean-Deodat fit son testament au château de Mostuejouls, le 4 mai 1380, devant Raimond Imbert, clerc, notaire public du lieu d'Aguessac. Il prescrivit sa sépulture en l'église de Saint-Pierre de Mostuejouls, au tombeau des feus seigneurs ses géniteurs et parents. Il y nomme ses deux fils :

DE ROCHERLAVE :

1° Astorg, dont l'article suit :
2° Aimeric d'Albignac, auquel son père légua 100 moutons

d'or.

III. Astorg d'ALBIGNAC, damoiseau du château de Mostuejouls, puis chevalier, institué héritier universel de son père le 4 mai 1380, assista comme témoin à un acte passé au château de Vezins, au diocèse de Rodez, le 3 avril 1404, devant Pierre du Pont, clerc du lieu de Bozène, notaire royal, par lequel Vesian, seigneur de Vezins, damoiseau, donna quittance de la dot de Cebelie ou Sybille de Mostuejouls, sa femme, à Gui, seigneur des châteaux de Mostuejouls et de Liaucous, son beau-frère (sororius). Il est nommé dans l'acte d'une vente d'héritages situés dans la mouvance du château de Mostuejouls et confrontant cum terris dotalibus nobilis Astorgii de Albinhaco domicelli, faite par Déodat Daguès, originaire du château de Mostuejouls, à Jean Revelhon, prêtre du même château; cet acte, reçu par Vesian de Born, notaire public de l'autorité impériale et de celle du seigneur de Mostuejouls en toutes les terres de sa juridiction, le 10 mai 1431. Astorg d'Albignac est rappelé avec la qualité de dominus (chevalier) dans le testament de Bertrand , son fils, de l'année 1450. Il en avait eu deux, outre deux filles :

1° Gui d'Albignac, damoiseau du château de Mostuejouls ,

mentionné dans des actes des 26 novembre 1438,12 novembre 1441, 28 mars 1443, avril 1446,19 avril 1468 etc. Il avait épousé noble Almois de la Roche, laquelle fit son testament le 2 janvier 1469 (v. st. ), en sa maison sise au château de Mostuejouls, devant Jean de Born, notaire, et demanda à être inhumée dans l'église paroissiale de Saint-Pierre de Mostuejouls, au tombeau des parents de son mari, dont elle avait eu quatre filles : A. Antoinette d'Albignac, mariée, en 1468, avec no

ble Pierre de Fraxin . Sa mère l'institua son héri

tière universelle ; B. Jeanne d'Albignac, mariée avec Jean de Maillaç,

seigneur d'Albizac; C. Barrane d'Albignac ;

D. Souveraine d'Albignac;
2° Bertrand, qui a continué la postérité ;
3o Jausionde d’Albignac, mariée avec Hugues Eralh. Elle fut

légataire de Bertrand d’Albignac, son frère, en 1450, et
son mari donna une quittance à son autre frère, Gui d’Al-

bignac, le 28 octobre 1467;
4° Jeanne d'Albignac, épouse de Pierre Cassanh. Son frère,

Bertrand d’Albignac, lui fit aussi un legs en 1450.
IV. Bertrand D'ALBIGNAC, damoiseau du château de
Mostuejouls, mentionné comme témoin d'un acte
de Gui, seigneur de Mostuejouls, chevalier, du 18 dé-
cembre 1441, fit son testament dans ce château le 19
avril 1450, devant Pierre Boysset, notaire public de
Liaucous, en présence de nobles Bertrand de Mostue-
jouls, Guillaume de Capluc et Gui d'Albignac. Il de-
manda à être inhumé dans l'église de Saint-Pierre de
Mostuejouls, au tombeau de monsieur (domini ) son
père. Il fit un legs à son frère Gui, qu'il substitua à ses
enfants, et laissa la jouissance viagère de tous ses biens
à Dauphine, sa femme, tant qu'elle vivrait en viduité.
Il en avait eu trois fils et trois filles :

po Pierre, Ile du nom, dont l'article suit ;
2° Jean d'Albignac;
3. Bertrand d'Albignac, vivant le 2 janvier 1469;
40 Hélène d'Albignac, mariée, en 1479, avec Guillaume de

Roquefeuil, seigneur de Versols ;
5° Souveraine d’Albignac,mariée , par contrat passé, au chá-

teau de Mostuejouls, le 7 janvier 1474 (v. st.) avec noble
Aimeric de Serre, fils de feu noble Rodolphe de Serre, sei-
gneur

du

mas de Serre, dans la paroisse de Sainte-Marie de Versols au diocèse de Rodez ; 6° Marguerite d’Albignac. Elle, sa soeur Hélène et Pierre d'Albignac, leur frère, furent légataires de Souveraine d'Escars, épouse d’Aimeric, seigneur de Mostuejouls, le 5 octo

bre 1479. V. Pierre D'ALBIGNAC, IIe du nom, damoiseau du château de Mostuejouls, épousa Flore De Caploc. En faveur de ce prochain mariage, Louis de Capluc, frère de la future épouse, vicaire perpétuel de l'église paroissiale de Saint-Cirice de Bourran, au diocèse de

[ocr errors]

Vabres, lui fit donation de la moitié de tous ses biens
par acte passé au château de Liaucous le 11 juillet 1479.
Depuis cette époque, Pierre d'Albignac habitait au
château de Peyrelau. Il paraît dans divers actes des
1er mars 1481, 16 février et 9 mars 1438 (v. st.),
30 mars 1489 et 24 décembre 1501. Flore de Capluc
lui survécut et fit son testament à Peyrelau, le 15 mars
1517, devant Antoine Boysset, notaire. Elle en avait
eu deux enfants dont on va parler, et qui du vivant
de leur mère portèrent le nom de Capluc par substi-
tution, Flore étant l'ainée des enfants de feu noble
Guillaume de Capluc et d'Orable Guitard :

f. Jean, dont l'article suit;
go Catherine d’Albignac, dite de Capluc, mariée avec Jean

de Durand, du lieu de Saint-Romain du Tarn.
VI. Jean D'ALBIGNAC, seigneur du Triadou, au dio-
cèse de Vabres, habitant du château de Peyrelau, pa-
roisse de Saint-Sauveur du Rosier, au diocèse de
Mende, légataire d'Orable Guitard, son aïeule mater-
nelle, le 24 décembre 1501, et institué héritier uni-
versel de sa mère, qui le pomme Jean de Capluc dans
son testament du 15 mars 1517, épousa, par contrat
du 12 janvier 1523, passé dans le cloitre du monastère
du Rosier, devant Barthélemi Barbut et Antoine

Boysset, notaires royaux, Catherine JEAN, fille d'Aid'or, à la tour de sable accompagnée meric Jean, seigneur du château de Roquelongue et 3 étoiles de ques: de Dolmières, et de noble Louise de Rocheblave. Jean

d'Albignac acquit de son beau-père une rente annuelle de 20 setiers de froment, mesure de Milhau, par acte du 12 juillet 1524. Il fit son testament au château de Peyrelau, devant Aimeri Boysset, clerc, notaire royal du chåteau de Liaucous, le 13 décembre 1528, et demanda à être inhumé dans l'église paroissiale de SaintSauveur du Rosier, au diocèse de Mende, au tombeau des feus seigneurs ses géniteurs, (quondam dominorum genitorum ineorum ), institua son héritier universel Pierre d'Albignac, son fils, et fit un legs à l'enfant posthume dont sa femme était enceinte (1).

(0) 0 parait s'être formé à cette époque ou peu antérieurement

Jeis:

les.

« PrécédentContinuer »