Images de page
PDF
[graphic]
[ocr errors][merged small]

pour les concerts, ceux-ci couvriront impudemment toutes les affiches des théâtres.

Nous parlions tout à l'heure de la mise en scène luxueuse qui fait dans ces concerts-spectacles une si grande concurrence aux théâtres de genre — n'oublions pas, pour appuyer notre dire, de rappeler que leurs artistes-étoiles qui forment une véritable pléiade, touchent des cachets qui contre-balancent ceux que gagnent nos étoiles dramatiques des deux sexes. Exemples : Paulus est engagé pour quatre années encore à la Scala à raison de trois cents francs par jour, l'errin, Libert, Bourges; MMTM" Bonnaire, Duparc et dix antres gagnent entre cent et deux cents francs par soirée. — Le café-concert se aontre beaucoup moins généreux pour ses fournisseurs littéraires et lyriques. Il est heureusement, avant tout, tributaire de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, dont M. Victor Souchon est le très intelligent et très habile agent général à la satisfaction unanime de tous ses clients. C'est à lui, c'est à son énergique intervention que les paroliers et les musiciens de tous ces cafés chantants et rafraîchissants, doivent l'augmentation notable de leurs droits qui, pour le dernier trimestre, ont atteint le chiffre de cent quatre vingt-sept mille huit cent soixante francs treize centimes. Dieu sait s'il y a eu des grincements de dents et des résistances pour arriver à ce résultat; mais M. Souchon, calme et imperturbable, a laissé passer l'orage sur sa tête en se contentant de murmurer comme Mazarin: « Ils chantent, ils payeront! »

Le grand art et même le moyen n'ont rien h voir au café-concert, ce qui n'empêche qu'en dépit des critiques de toute sorte qu'on lui a décochées et qu'on lui décoche encore, il se porte mieux que vous et nous. Que dis-je, vous verrez qu'il fera rage longtemps encore, car ses amateurs enragés deviennent aussi nombreux que les fausses notes de ses chanteurs. Oui, quoique vous puissiez dire et écrire au nom sacré de la moralité, du bon goût en décadence, vous ne changerez de longtemps l'ordre de choses existant. Je vous parie une loge à l'Ambigu contre un titre de 1,000 francs de rente du nouvel emprunt que si le théâtre national de l'Opéra-Comique, par exemple, restant avec sa troupe et ses ouvrages d'élite tel qu'il est, servait des grogs américains à la Vanzandt, des cigares et des pipes à son publie, avec le prix des places abaissé au prix des fauteuils de l'Eldorado, il ne ferait pas le quart des recettes qu'encaisse cet établissement surnommé l'Opéra de la Chansonnette.

Vous ne réussiriez pas davantage à ramener la jeunesse intelli LA RAGE DU TOC

[blocks in formation]

gente des écoles aux saines aspirations et récréations du grand art, de préférence aux turpitudes du café-concert, si, aujourd'hui pour demain, vous serviez également des bocks, des mazagrans et des cigares à la Comédie-Française, et que vous en missiez les fauteuils au prix unique de un franc cinquante, comme aux Folies-Rambuteau — Molière, Racine, Corneille, Casimir Delavigne, Alfred de Musset, Victor Hugo et vingt autres classiques auraient encore le dessous à vouloir lutter contre les immortels poètes de l ' Amant d'Amanda, la Sœur de l'emballeur, Descends donc de ton cheval, feignant, etc. Pour nous résumer et prouver que nous n'avons pas exagéré nos appréciations à propos du flot toujours montant qui, à un moment donné submergera le théâtre en France, voici un relevé des cafés-concerts de Paris et de la banlieue.

*
* *

Cafés-concerts ouverts l'été.

Alcazar (Champs-Elysées), Ambassadeurs (Champs-Elysées), Pavillon de l'Horloge (Champs-Elysées), Ba-ta-clan (fermé de juillet à août seulement), Bateaux-Mouches (au Point-du-Jour), du Cadran (au Point-du-Jour), du Commerce, Eden-Concert, Eldorado, concert de l'Epoque, concert Européen, Folies-Belleville, Folies-Bobino, FoliesRambuteau, Folies-Rochechouart, Goguette française, concert du Prado, concert des Ternes, concert de la Villetle.

» »

Cafés-concerts tl'hiver.

Alcazar (faubourg Poissonnière), Ba-ta-clan, Eden-concert, Eldorado, Epoque, Européen, Folies Bobino, Folies de Belleville, Folios Rambuteau, Gaité-Rochechouart, Gaité-Montpai nasse, concert de la Pépinière, Grand Concert parisien, concert du Prado, La Scala. concert des Ternes, concert de la Villette.

[blocks in formation]

Cafés-concerts de 3e et 4e ordre.

Alcazar d'Italie (barrière d'Italie), concert d'Austerlitz, concert des Bords du Rhin (?), concert Cluny, concert de la Chanson, concerts des Familles, concert Fontaine, concert de la Gaîté (Belleville), concert du Globe, concert des Omnibus, concert du Progrès (!), concert Rabelais, Tivoli, du Gros-Caillou, plus cinquante-quatre cafés recevant des sociétés lyriques.

»
• »

Dans la banlieue nous avons:

Café-concert au théâtre d'Asnières, les Folies-Marcel à Courbevoie, les Folies-Fontainebleau à Gentilly, le casino Galleron et le concert national à Puteaux, le concert du Parc à Sceaux, le concert Berger.

Enfin, il est rare qu'un directeur de café-concert fasse faillite, mais plus rare encore aujourd'hui qu'un directeur de théâtre devienne millionnaire.

[graphic]
[graphic][ocr errors]

Le vrai seul est aimable.
Boileau.

Que de gens avec leur rage de paraître et de jeter de la poudre aux veux sont obligés de sacrifier au toc. Il n'est pas donné à tout le monde d'avoir 30,000 francs de.revenus— oh non!— Et le moyen de se faire 3000 francs de rente, une misère de nos jours, en élevant des lapins est usé. — Ces dames en sont un peu cause. N'est-ce pas par tocomanie que nos femmes et nos sœurs passent la journée à courir de magasin en magasin à l'affût d'un bon marché, d'un solde ou d'une prime que l'industriel offrira gratis à ses charmantes visiteuses. — Il aura beaucoup dépensé en réclames et en annonces déguisées, de leur côté les acheteuses se seront ruinées en frais de voiture, et leurs emplettes seront toutes où presque toutes du toc. Ne l'oubliez pas, un grand philosophe, à moins que ce ne soit un simple bourgeois, a dit : ce qui est bon marché est cher.

A ce propos j'ai connu une brave dame qui allait tous les matins à la halle avec sa bonne pour faire ses provisions. Elle marchandait, elle marchandait et ces dames de la halle trouvaient le moyen de lui glisser du poisson et des légumes d'une fraîcheur douteuse. Elle était joyeuse d'avoir payé moins cher que chez la fruitière du coin, elle économisait trois francs, mais elle oubliait de compter cinq francs de voiture.

Le toc me met en fureur et je ne saurais trop le répéter : le vrai seul est aimable ! Vo>ez cette femme à la tournure exagérée et posant pour la Vénus Callipyge, — c'est du toc! Au théâtre que d'actrices n'ont que des bijoux et des appas en toc. Dans la vie réelle c'est aussi la même toquade aussi bien au foyer domestique que dans les milieux interlopes (se rappeler les Lionnes pauvres). —■ Les demoiselles qui ont un culte tout particulier pour la liberté sont les adeptes les plus ferventes du toc. La danse de la Goulue c'est assez toc, quand

« PrécédentContinuer »