Correspondance avec M. d'Alember

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 234 - Il ya quelque chose de si lâche à calomnier les morts, il ya tant d'indignité à noircir la mémoire des hommes de mérite, il ya quelque chose...
Page 170 - ... car, dans l'homme-machine même, la crainte d'une part, et de l'autre l'intérêt , sont les deux grands régulateurs , les deux roues principales qui font aller la machine : or de ces deux: régulateurs , le premier...
Page 238 - Voltaire , à propos de philosophie , pour l'engager à ne point s'acharner sur les morts, ni sur les vivans qui sont censés morts , et qui devraient l'être pour lui par le peu de mal qu'ils peuvent lui faire. Hélas , sire! il ya long-temps que j'ai pris la liberté de lui donner ce conseil, et votre majesté voit quel en est le fruit. Il faut gémir sur le sort de l'humanité , qui ne permet pas qu'un seul homme ait à la fois tous les...
Page 238 - ... qui devrait pourtant le permettre, ne fût-ce que pour dédommager la terre de porter tant d'hommes qui n'ont ni talens , ni vertus. Cependant je ferai encore un nouvel effort d'après les représentations de votre majesté...
Page 15 - Elle me fait trop d'honneur de vouloir faire baptiser en mon nom cette nouvelle planète ; je ne suis ni assez grand pour être au ciel le satellite de Vénus , ni assez bien portant pour l'être sur la terre ; et je me trouve trop bien du peu de place que je tiens dans ce bas monde, pour en ambitionner une au firmament.
Page 105 - Ah ! mon bon d'Alembert, si vous étiez roi d'Angleterre, vous essuieriez bien d'autres brocards, que vos très-fidèles sujets vous fourniraient pour exercer votre patience. Si vous saviez quel nombre d'écrits infâmes vos chers compatriotes ont publié contre moi pendant la guerre, vous ririez de ce misérable folliculaire. Je n'ai pas daigné lire tous ces ouvrages de la haine et de l'envie de mes ennemis, et je me suis rappelé cette belle ode d'Horace : Le sage demeure inébranlable.
Page 188 - Je n'ai pas même osé aller jusqu'au bout de la Provence , parce que les vents affreux qui y régnent, et dont j'avais déjà éprouvé le mauvais effet dans le bas Languedoc, m'ont fait craindre que cet effet n'empirât. Me voilà enfin, sire , de retour chez mes dieux pénates, jusqu'à présent plus fatigué que guéri, mais me trouvant cependant soulagé, ayant acquis quelques forces , et n'étant pas sans espérance de me rétablir cet hiver avec beaucoup de régime et d'exercice. M. Mettra...
Page 212 - ... de cette proposition , que Dieu n'est autre chose , suivant votre majesté, que la matière, en tant qu'intelligente , et je ne vois pas qu'on puisse y rien opposer , puisqu'il est certain d'une part qu'il ya du moins une portion de la matière qui est douée d'intelligence, et qu'on est très-libre de donner le nom de Dieu à la matière , en tant que douée de cet attribut.
Page 252 - Je connois quelques philofophes qui ont pris en pitié ces pauvres confédérés, qu'ils croient bonnement ne combattre que pour la liberté de leur pays; s'ils...
Page 39 - Je dois à vos soins et à votre recommandation d'avoir remplacé dans mon Académie un géomètre borgne par un géomètre qui a ses deux yeux, ce qui plaira surtout fort à la classe des anatomistes.

Informations bibliographiques