Essai sur l'idéal dans ses applications pratique aux œuvres de l'imitation propre des arts du dessin

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 319 - ... draperies : mais qu'est-elle, si on la compare à la beauté de la forme humaine?., et celui qui peut atteindre au sublime de l'art s'arrêterait à ce qu'il ya de plus commun ! » « La fidèle représentation des costumes actuels en sculpture n'est propre, » selon Quatremére de Quincy (1), « qu'à préparer des objets de ridicule non-seulement pour les siècles à venir, mais pour les temps les plus proches de nous, puisque l'effet certain de ce qu'on appelle l'esprit de mode en ce genre...
Page 319 - ... siècles à venir, mais pour les temps les plus proches de nous, puisque l'effet certain de ce qu'on appelle l'esprit de mode en ce genre est de déprimer tout ce qui ne lui est pas conforme. Ajoutons que la durée de ces modes est trop fugitive pour que leur représentation puisse intéresser l'avenir. On conçoit qu'il soit possible de trouver quelque instruction relative aux mœurs, dans les formes et les pratiques d'habillement, qui ont duré assez longtemps pour être en rapport avec les...
Page 322 - ... l'auteur du Jupiter Olympien, « serait-il celui des Grecs et des Romains, il serait déjà plus en harmonie avec l'objet qu'on se propose : d'abord comme ayant appartenu à des peuples célèbres, inventeurs de tous les arts, et qui ont répandu dans tout l'univers le plus beau langage d'imitation que les hommes aient parlé; ensuite comme participant essentiellement à toutes les propriétés du genre idéal ; enfin comme convention adoptée dans presque toute l'Europe lettrée. » Mais Lessing,...
Page 26 - Grecs par conséquent eussent associé le mot idéal au mot beau, ce mot d'idéal venant d'cidô, je vois, le nom de beau idéal, conforme aux opinions des Grecs sur l'imitation de la nature, aurait signifié le beau que l'on voyait ou qu'on aurait pu voir, le beau visible.
Page 320 - ... du peuple qui en fait le dépositaire de sa gloire. L'art de la sculpture, comme l'a dit Hemsterhuis ( i ), doit parler à la postérité la plus reculée; par conséquent il doit parler la langue de la nature. Et voilà pourquoi (continue-t-il), il lui est interdit de traiter un grand nombre de sujets qui ne tiennent qu'à des opinions passagères, à des modes locales; et de ce genre sont les habillements , qui ne sont propres qu'à quelques siècles et à quelques pays. Il doit donc y avoir,...
Page 320 - ... institutions d'une nation, et qui peuvent nous expliquer beaucoup de ces détails que l'histoire néglige. Au contraire, quel intérêt pourrait-on prendre à des modes éphémères qui naissent, meurent et se succèdent, sans laisser de traces dans la mémoire. Certes, s'il appartient à quelque art ou à quelque partie de l'imitation, de tenir registre d'aussi frivoles inventions, ce ne saurait être sans doute à l'art, que sa nature, sa durée, sa sévérité, destinent à traverser les siècles,...
Page 321 - ... qu'il faudrait, par de nouveaux suffrages, les aider à perfectionner cette sorte de langage et d'écriture universelle, dont l'usage a depuis longtemps créé les éléments. » Ce costume monumental, » dit enfin l'auteur du Jupiter Olympien, « serait-il celui des Grecs et des Romains, il serait déjà plus en harmonie avec l'objet qu'on se propose : d'abord comme ayant appartenu à des peuples célèbres, inventeurs de tous les arts, et qui ont répandu dans tout l'univers le plus beau langage...
Page 320 - ... néglige. Au contraire, quel intérêt pourrait-on prendre à des modes éphémères qui naissent, meurent et se succèdent, sans laisser de traces dans la mémoire ? Certes, s'il appartient à quelque art où à quelque partie de l'imitation de tenir registre d'aussi frivoles inventions, ce ne saurait être sans doute à l'art, que sa nature, sa durée, sa sévérité, destinent à traverser les siècles, et à porter aux âges (1) De l'idéal dans les arts du dessin, p.
Page 321 - C'est-à-dire qu'il faudrait, par de nouveaux suffrages, les aider à perfectionner cette sorte de langage et d'écriture universelle, dont l'usage a depuis longtemps créé les éléments. » Ce costume monumental, » dit enfin l'auteur du Jupiter Olympien, « serait-il celui des Grecs et des Romains, il serait déjà plus en harmonie avec l'objet qu'on se propose : d'abord comme ayant appartenu à des peuples célèbres, inventeurs de tous les arts, et qui ont répandu dans...
Page 321 - De l'idéal dans les arlt du dessin, p. 3I9. futurs le témoignage du goût, de l'esprit et des sentiments du peuple qui en aura fait le dépositaire de sa gloire. » Loin donc qu'on doive se plaindre que les artistes aient accrédité sur les médailles, et établi pour les monuments honorifiques une manière de représenter les grands personnages, sous des formes de costume et d'habillement étrangères aujourd'hui à tous les peuples, il conviendrait plutôt de les y encourager. C'est-à-dire...

Informations bibliographiques