Images de page
PDF
ePub

Il vaut mieux qu'il soit plus mal fait.

Avec un Amant de la forte
La vertu d'une fille est toûjours la plus forte;

Allons, rassure-toi mon cæur ;
Mon sang peut s'allier au sien sans deshonneur;
Le vice au fonds est seul digne de blâme,

Et j'aime mieux dans mon malheur
D'un Jardinier être la femme,
Que la Maîtresse d'un Seigneur.

Profitons du tems où mon Maître
Est occupé sans doute à recevoir

La Dame qui veut me connoître
Et qu'il doit épouser ce soir.,

Dépêchons-nous de disparoître ,
Pour m'épargner le chagrin de la voir ;
Mais je sens augmenter la terreur qui me presse,

Quelqu'un est là j'entens marcher. ..

[ocr errors]

SCENE I I.

PAMELA, MATHURIN,

MATHURIN.
JE

E ne la trouvons pas, & j'ons biau la charcher,

PA M'E' LA. Eft-ce vous Mathurin ?

MATHURIN.

.. Qui , ma belle Maîtresse.

PA ME'LA.
Ah! partons vîce , allons-nous-en.

MATHURIN.:
Accoutez, j’ons changé presque tout votre plan ;

Pour éviter tour anicroche Et pour nous épargner le risque & le reproche ,

De fuir seuls entre chien & loup, Comme des gens qui font un mauvaiş coup ; J'ai voulu pravenir Madame la Comtesse, Implorer sa bonté comme les bons avis,

Contre la malice & l'adresse

D'un Chevalier & d'un Marquis , Qui voulions à l'envi vous avoir par finesse ; Mais il faut que tous deux foient des sorciers

maudits, Je ne pis la trouver queuque

effort

3 Alle n'est plus dans le logis.

Je ne rencontrons à la place Que ce damné Marquis , qui veut maugré les gens

Eftre le maître de céans.

P A ME'L A.
Il l'est aussi, c'est lui , vous l'avourai-je ?

que je falle

Qui m'a conduite ici, sous le nom de la sour,
Il s'étoit déguisé pour séduire mon cour ,
Qui n'eut pas donné dans le piége?

MATHURIN.
Ah! queulle fourbetie! & queu larron d'honneur!

Morgué, c'est pis qi'un sortilege ,
Par le menu comptez-nous....
PAMELA,

... Mathurin.
Je vous dirai tout en chemin ,
De peur d'être surpris sauvons-nous au plus vite,
Et sans faire de bruit.....

MATHURIN.

Oui da, fin contre fin,
Faisons fi biau que le chasseur malin
Ne trouve plus la bête au gîte,

PAMEL A.
Ah ! je tremble !

MATHURIN.

Avec moi n'ayez point de frayeur,
Pour qaatre j'avons du courage,

On entend tonner.
a Mais, qu'est-ceci: vent on nous faire peur ?

Queu charivari! queu tapage!

PAMELA,
Il éclaire , & j'entens tonner.

[ocr errors]

Je fens tout mon corps frissonner !

MATHURIN.
Oui, pargué, ce n'est pas par feinte,

, Le bruit redouble , il tonne tout de bon, Tour brave que je sis, j'ons auli queuque crainte.

Sur nos têtes dans ce salon,
Il n'est

pas
naturel

que

le tonnerre gronde , Quand il fait daris la cour le plus biau tems du

monde, C'est-là quedque magie ou je ne voyons rian : Le Marquis est sorcier , & je vous le difions bian.

PAMEL A. Ciel! de phantomes noirs, qu'elle troupe effroya

ble, Au devant de nos pas, vient se jetter soudain ? Je n'éprouvai jamais une frayeur semblable.

MATHURIN.
Comment fuir , par queu chemin !..
Ah!
pour

le
coup

vla le guiable
Qui s'avance vars nous eune torche à la main.

Je lis défunt !....

SCENE II I.

PAME’L'A, MATHURIN, TROUPE DE

F AUX LUTINS..

1

UN LUTIN à Mathurin.

A Rrêre ,

Témeraire,
Laiffe-là ce tendron charmant
Tu n'es pas digne de lui plaire.
De ton audace en ce moment,

Tu vas recevoir le salaire ;
Viens , suis mes pas que je t'éclaire,
MATHURIN descendant avec lui par une trape.
Me vla ; misérable! englouti tõut vivant.

SCENE IVO
PAMEʼLA, I. LUTIN ET AUTRES,

PAM ELA.

J

E trouve , hélas, un Amane de ma sorte ,

Le seul qui m'aimoit sagement ;
Il vouloit m'épouser & le Diable l'emporte.

2. LUTIN.
Ne craignez rien pour Mathurin,

« PrécédentContinuer »