Images de page
PDF
ePub

DAMON. Je vois qu'il faut se rendre , en dépit qu'on en

ait. :
Le fort conduise à bien notre folle entreprise.

LA COMTESSE'.
Oui, ma gaité vous le promet.

SCEN E VI.. DAMON, LA COMTESSE, CRISPIN.

CRISPIN.

Excusez , li je vous dérange. Mais le Marquis arrive. ...,

DA MON.

Il arrive!
CRISPIN.

Oui , Monsieur.
LA COMTESSE.
Comment déja !

CRISPIN.

Madame , il est beau comme un Ange, Et son petit Housard est joli comme un ceur.

LA COMTESSE à Damon. Avant de nous montrer , courons à ma Toillette,

Mon Frere , en cet instant, four bien considéré : Vous n'êtes pas encore assez belle à mon grć.

Hâtons-nous, il faut que je mette

Le dernier lustre à votre éclat. Le moment eft critique, & le pas délicar.

DAMON. Qui, des plus délicats ; vraiment, je le confesse.

Si près du péril qui me presse, Tout brave que je suis , ma Sæur , le cour me bat.

LA COMTESSE. Rassurez-vous , venez vous mettre sous les armes; Contre le beau Marquis, vous devez disputer ,

D'agrémens & de charmes ;

Et si vous voulez l'emporter,
Ou des graces , du moins partager l'avantage ,

Vous n'en sçauriez trop emprunter, Ni des secours de l'art faire un trop prompt usage.

. DAMON à la Comtesse.
Allons donc rehausser l'éclat de mon visage,
Et tâcher décemment de vous représenter : -
Toi, Crispin , je te fais une défense expresse

De m'appeller ton Maîcré , ou bien Monsieur,
Je prenis l'état & le nom de ma Scur.

CRISPIN à Damon. .
Cela suffit , Madame la Comtesse,

Et Madame s'appellera :

LA COMTESSE.

Mademoiselle , ou bien Hortense Et je tiendrai le rang de simple connoissance. Garde-toi de rien dire, & reciens bien cela.

CRISPIN. Mademoiselle , & vous, Monsieur , comptez sur mon silence.

DAMON.
Monsieur

CŘISPÍN.

Madame , ah ! votre serviceur . Ne fera plus de ces méprises.

DAMON. Ayez plus de mémoire, ou, bucord vos forcises.ca

CRISPIN. Madame , & vous ; de grace , ayez plus de doue ceur.

Damon fort avec la Comteffe.

• SCÊ NÉ VII.

CRISPIN seul. Quel est donc leur dessein ? je n'y puis rien

comprendre ; . Mais le Marquis paroît lefte , vif , empressé,

T

SCENE VIII. LAUR E déguisée en Marquis , FINETTE déguisée en Housard , CRISPIN.

CRISPIN à Laure. M onsieur , dans ce Salon , Madame va se rendre,

Et vous venez d'être annoncé.
Agez , dans ce fauteuil , la bonté de l'attendre.

; LA U R E. C'est assez , je l'attens.

CRISPIN à part.

De ce jeune Housard; Les yeux mutins , & la mine friponne, Me rappellent des traits, que j'ai vûs autre part, Et sa ressemblance m'étonne.

Il fort.

SCENE IX.
LAURE , FINETTE.

- FINETTE. J E suis seule avec vous. Je puis parler sans fard.

En vérité, Mademoiselle,
Je ne vous conçois pas, dans vos hardis projets.
Je frémis de la suite , & j'en crains les effets.

LAURE
Finertę tremble ?

FINETTE,

Oui , pour vous.
LAURE.

Et pour elle.
Moi, j'augure bien du succès,
Et ce Plumet me donne une audace nouvelle.

FIN ETTE. Moi, sous ce fier bonner , j'ai presque le frisson. J'aurois plus de courage avec un de dentelle. Dites-moi , s'il vous plaît , pourquoi prendre le

nom

De votre Marquis infidele? Pourquoi , sous ces habits , venir dans la maiso..

« PrécédentContinuer »