Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

ACTEURS.

DON GARCIE, Prince de Navarre , amant de

Done Elvire. DONE ELVIRE, Princesse de Léon. DON ALPHONSE, Prince de Léon, cru Prince

de Castille , sous le nom de Don Sylve. DONE IGNÈS, Comtesse , amante de D. Sylve,

aimée par Maurégat, usurpateur de l'État de

Léon. ELISE, confidente de Done Elvire. DON ALVAR, confident de Don Garcie, amant

d'Elise. DON LOPE, autre confident de Don Garcie,

amant d’Elise. DON PEDRE, Ecuyer d'Ignès. UN PAGE de Done Elvire.

[ocr errors]

La scène est dans Astorgue , ville d'Espagne,

dans le Royaume de Léon.

AVERTISSEMENT

DE L'ÉDITEUR

SUR DON GARCIE DE NAVARRE,

OU LE PRINCE JALOUX.

Cette pièce fut jouée à Paris le 4 février 1661, trois mois après que le roi eut accordé à la troupe de Molière la salle que le cardinal de Richelieu avoit fait bâtir dans son palais.

Le début de Molière, dans ce nouvel établissement, fut bien moins heureux que celui qu'il avoit fait sur le théâtre du Petit-Bourbon.

Don Garcie de Navarre n'eut aucun succès, et l'on traita plus durement encore Molière comme acteur que comme auteur. Il suffit de vous dire, écrit le sieur de Visé dans la troisième partie de ses Nouvelles Nouvelles, page 227, que c'étoit une pièce sérieuse, et que Molière en avoit le premier róle, pour vous faire connoître que l'on ne s'y devoit pas beaucoup divertir.

Il avoit en effet encore moins de dispositions pour jouer le genre sérieux que pour le traiter ; et son obstination à s'y faire voir trop longtems, et même dans le tragique , servit toujours l'envie et la malignité de ses ennemis.

Ce premier échec de Molière leur étoit bien nécessaire , et l'on ne sauroit douter que leur humeur contre lui n'ait rendu cette disgrace plus considérable qu'elle ne devoit l'être, puisqu'il y avoit alors

peu de pièces aussi bien faites et aussi sagement intriguées que celle du Prince jaloux.

Plusieurs morceaux de cet ouvrage, qu'il a transportés depuis dans son Misantrope et dans son Amphitrion , sont peut-être la raison la plus forte qui puisse empêcher de le reproduire aujourd'hui sur notre théâtre, où les efforts de nos écrivains tendent tous à nous accoutumer au genre sérieux, toujours plus aisé à traiter que le genre plaisant.

Le caractère de Don Garcie, dont Molière s'étoit chargé, et qu'il fut obligé de céder à un autre acteur (1), a servi de modèle à tous les écrivains qui, depuis notre auteur , ont traité la jalousie sur nos théâtres; mais il leur est arrivé à-peu-près ce qu'éprouva Molière, en ne prenant point cette passion du côté du ridicule.

(1) Voyez la vengeance des Marquis , par de Villiers.

« PrécédentContinuer »