Images de page
PDF
ePub

AU.LECTEUR.

Ce n'estici qu'un simple crayon, un petit in prompta dont le roi a voulu se faire un divertissement. Il est le plus précipité de tous ceux que sa majesté m'ait commandés; et, lorsque je dirai qu'il a été proposé, fait, appris et représenté en cinq jours, je ne dirai que ce qui est vrai. Il n'est pas nécessaire de vous avertir qu'il y a beaucoup de choses qui dépendent de l'action. On sait bien que les comédies ne sont faites que pour être jouées, et je ne conseille de lire celle-ci qu'aux personnes qui ont des yeux pour découvrir dans la lecture tout le jeu du théâtre. Ce que je vous dirai, c'est qu'il seroit à souhaiter que ces sortes d'ouvrages passent toujours se montrer à vous avec les ornements qui les accompagnent chez le roi : vous les verriez dans un état beaucoup plus supportable; et les airs et les symphonies de l'incomparable M. Lulli, mêlés à la beauté des voix et à l'adresse des danseurs, leur donnent sans doute des graces dont ils ont toutes les peines du monde à se passer.

[merged small][ocr errors][merged small]

SGANARELLE, pere de Lucinde.
LOCINDE, fille de Sganarelle.
CLITANDRE, amant de Lucinde.
AMINTE, voisine de Sganarelle.
LUCRECE, niece de Sganarelle,
LISETTE, suivante de Lucinde.
M. GUILLAUME, marchand de tapisseries.
M. Josse, orfevre.
M. Tomès,
M. DESFONANDRÈS,
M. MACROTON,

médecins.
M. BAHIS,
M. FILLERIN,
UN NOTAIRE.
CHAMPÁGNE, valet de Sganarelle.

ACTEURS DU BALLET.

PREMIERE ENTRÉE. CHAMPAGNE, valet de Sganarelle, dansant. QUATRE MÉDECINS, dansants.

SECONDE ENTRÉ E.

UN OPÉRATEUR, chantant.
TRIVELINS ET SCARAMOUCHES, dansants, de la suite

de l'opérateur.

TROISIEME ENTRÉ E.

LA COMÉDIE.
LA MUSIQUE.
LE BALLET.
JEUX, RIS, PĻAISIRS, dansants.

La scene est à Paris.

LA COMÉDIE, LA MUSIQUE, LE BALLET.

LA COMÉDIE. Quitrons, quittons notre vaine querelle; Ne nous disputons point nos talents tour-a-tour,

Et d'une gloire plus belle

Piquons-nous en ce jour, Unissons-nous tous trois d'une ardeur sans seconde Pour donner du plaisir au plus grand roi du monde.

TOUS TROIS ENSEMBLE. Unissons-nons tous trois d'une ardeur sans seconde Pour donner du plaisir au plus grand roi du monde.

LA MUSIQUE. De ses travaux,plus grands qu'on ne peut croire, Il se vient quelquefois délasser parmi nous.

LE BALLET.

Est-il de plus grande gloire ?
Est-il de bonheur plus doux ?

TOUS TROIS ENSEMBLE.
Unissons-nous tous trois d'une ardeur sans seconde
Pour donner du plaisir au plus grand roi du monde.

FIN DU PROLOGUE.

« PrécédentContinuer »