Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

l'émissaire d'Ali, qui s'était échappé sain et sauf de Larisse, se présenta. Tout le monde s'enfuit à son aspect, et 'le satrape m'ayant prié de rester, j'entendis' sortir de sa bouche, agitée par un mouvement convulsif, ce rugissement: il ne m'échappera pas. Jė savais de quoi il s'agissait, sans connaître le fonds de l'intrigue, et jamais il n'avait été plus essentiel de paraître tout ignorer. Il était dangereux de rester, il y avait de l'inconséquence à sortir dans un moment pareil, car on a toujours remarqué qu'à la cour d'un despote, il faut attendre la fin d'une explication avant de s'éloigner. Il ne comprit point mơn embarras, et quelques faux-fuyants qu'il prit pour masquer son trouble, en me parlant en termes généraux de l'ingratitude de ses enfants, lui laissèrent juger, par mes réponses, que j'étais loin de pénétrer son secret. Ce qui acheva probablement de le convaincre fut de lui témoigner : que je gémissais d'une division qui semblait ne plus permettre de rapprochement entre lui et son fils Véli pacha. Cela se passera, dit-il; et nous nous ajournames au lendemain pour une des entrevue les plus orageuses de ma carrière diplomatique. : On était alors dans les nuits d'hiver de l'année 1812, et les ombres, toujours favorables aux méchants, couvrirent de leurs voiles la noyade des odalisques qui avaient été complices de l'inceste du visir. J'ai su depuis qu'il n'avait attendu que mon départ du palais, pour présider à cette exécution. Elles furent cousues dans des sacs et jetées dans le lac

van

[ocr errors]

par des Bohémiens, auxquels le tyran fit aussitôt trancher la tête dans les souterrains du château, en employant des nègres muets pour les égorger, et cette combinaison le rendit, à ce qu'il crut, maître du secret d'un crime qu'il voulait faire tourner à son profit. Quelque temps après, l'attentat tout entier fut consommé par le ministère d'une de ces infames Thessaliennes , qui possèdent un secret que l'enfer seul pouvait inventer, pour attaquer la génération humaine jusque dans sa source. Il écrivit ensuite à son fils, qu'il l'autorisait à envoyer chercher Zobéide, ainsi que deux de ses enfants retenus jusqu'alors en ôtage, et que l'innocence de celle qu'il chérissait, confondrait le délateur qui avait osé faire planer sur sa tête le plus injurieux et le plus inoui des soupçons. Pachô bey, élevé à l'école d'Ali pacha, n'avait pas attendu cette explication pour demander à son cauteleux ami la permission de résilier sa charge, et il partit sans différer pour se rendre dans l'ile de Négrepont.

Des lettres de Vilna, qui m'étaient adressées par le duc de Bassano, m'avaient prévenu dès l'ouverture de la campagne, que j'allais être spécialement en but à de nouveaux assauts, et que les intrigues, dont Janina était le foyer, prendraient une intensité extraordinaire. On m'avertissait d'être en garde, que, le salut de l'armée de Corfou reposait en grande partie sur ma sollicitude. On me tenait le même langage de Constantinople , où la fatale nouvelle de l'assassinat d'Andruzzi ne fut pas plutôt connue, que notre ambassadeur fulinina' contre son meurtrier, en

remettant une note officielle å la Porte Ottomane. A la suite de cette démarche, des reproches menaçants, accompagnés de l'ordre de se rendre en exil à Tébélen, avaient été adressés à Ali pacha , et c'était à ce sujet que nous devions avoir notre conférence du lendemain. Resté seul sur la brèche, éloigné de mon frère, que j'avais envoyé auprès du général Donzelot, pour savoir ce qui se passait dans le nord de l'Europe, je me tins prêt au combat avec plus de calme que le tyran auquel je devais résister en face.

Dès le point du jour les cahouas du visir étaient à ma porte pour m’inviter à monter au palais de Litharitza, où le visir, qui n'avait pas dormi de la nuit, me donnait rendez-vous, el je ne me fis pas attendre. «(1) Tu fus toujours mon ennemi, me dit « Ali, sans préambule, dès que tout son monde se fut « éloigné; écoute, et sois enfin satisfait. De toutes les « promesses qui m'ont été faites au nom de ton em« pereur, aucune n'a été remplie. Corfou, les Iles « Ioniennes, Parga, point insignifiant pour la France, « m'avaient été montrées en espérance, et' rien ne « m'a été accordé. Comme tu as toujours prétendu « que ces sortes d'engagements n'étaient pas venus à « ta connaissance, j'ai lieu de penser que tu as été

u nom

em

(1) J’abrège ce long entretien, en le réduisant aux termes les plus simples. Il n'y a rien que de vrai; et ceux qui m'ont vu sur le terrain, ainsi que les ministres et ambassadeurs qui ont suivi ma carrière, savent que je n'ai pas dit la moitié des dangers que j'ai courus, et que je n'ai jamais supposé de ces vains discours qui sont des moyens surannés en histoire.

« le principal obstacle à l'accomplissement de mes « désirs. Je n'en veux citer qu'une preuve. N'est-ce « pas toi qui as fait arrêter à Trieste des présents « considérables que la France m'envoyait, en écri« vant que c'était du bien perdu, si on me donnait « quelque chose ? Ce n'est pas tout; non content d'a« voir fait repousser mes agents à Tilsit, à Venise et à « Paris, tu me poursuis maintenant devant le divan, où « ton ministre m'accuse hautement du meurtre d'An« druzzi, lorsque je t'ai si loyalement rendu son fils « et son neveu. Eh bien! apprends-tout; pour prix « des services rendus à ton pays, on m'ordonne, d'as « près tęs plaintes réitérées, de quitter Janina et de « me rendre à Tébélen pour y finir mes jours. Com« mande maintenant ici: es-tu .content?»'ii.

« S'il m'était permis de répondre au visir Ali pa« cha, repartis - je avec calme, — parle --- je slui « dirais qu'il a raison de penser que je n'ai jamais eu « connaissance qu'on lui eût promis les Iles lonien« nes, parce que, n'étant pas souverain, il ne peut « posséder ni acquérir à titre de rétrocession spéciale; « un pays quelconque, sans s'élever au rang de ses « maîtres, et encourir le reproche de félonie, même « par une adjonction au territoire ottoman, faite en « son nom privé. Quant à Parga, que ton altesse, ne « cesse de réclamer, en considérant de quelle manière a tu en uses avec les chrétiens de Prévésa, je lui dirai « que, si une pareille concession était en mon pou« voir, j'aimerais mieux mourir que d'y donner mon « assentiment; que cela spit dit pour toujours.

am

« Quant aux présents que ton altesse regrette, je « conviens, qu'en voyant les Anglais aborder à Pré« vésa avec des vaisseaux chargés d'artillerie et de « munitions de guerre, j'ai eu une trop haute idée « de ton importance, pour avoir l'air de la disputer « à nos ennemis par une sorte d'enchère mercan«tile indigne de la France et de toi. » Il sourit. « J'espère donc que tu apprécieras ma délicatesse. « — Tu me pardonneras sans doute également d'a« voir éloigné, des antichambres de nos ministres, des « gens tirés de la fange, que tu transformais en am« bassadeurs. Ce n'est plus qu'à ton sublime empereur « qu'il appartient d'opérer de pareilles métamorpho« ses, en faisant d'un baltadgi ou d'un caracou« loudgi (1) un ministre plénipotentiaire, pour re« présenter ce distributeur des couronnes. Permets« moi maintenant...—Dis, dis, s'écria le visir en riant « aux éclats.- Permets-moi, sans t'irriter, de t'adresa ser quelques reproches. En quoi t'ai-je jamais manqué « pour me croire assez stupide, que d'avoir ajouté foi « au récit fabuleux de la mort d'Andruzzi, que tu com« posas avec tant d'adresse. Penses-tu que j'en ignore « les tristes détails, quand toute la ville gémit sur

[ocr errors]

(1) Baltadgi, fendeur de bois. Ce fut un homme de cette classe , attaché au service du sérail, qu'on envoya comme ambassadeur à la cour de Louis XV. Les Caracouloudgis , ou marmitons , sont des bas. officiers du corps des janissaires. En général l'orgueil mahométan ne députe guère auprès des puissances chrétiennes que des gens qu'il dédaigne, et encore croit-il compromettre sa suprématie..

« PrécédentContinuer »