La vie arabe et la société musulmane

Couverture
Michel Lévy, frères, 1869 - 590 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 53 - La loi annamite régit toutes les conventions et toutes les contestations civiles et commerciales entre indigènes et Asiatiques...
Page 528 - V, v. 92-93. — 0 croyants ! le vin, les jeux de hasard, les statues et le sort des flèches sont une abomination inventée par Satan, abstenez-vous-en, et vous serez heureux.
Page 20 - Ceux qui accuseront leurs femmes et qui n'auront d'autres témoins à produire qu'eux-mêmes, jureront quatre fois devant Dieu qu'ils disent la vérité, 7.
Page 66 - L'inférieur salue son supérieur en lui baisant la main s'il le rencontre à pied, le genou s'il le trouve à cheval. Les marabouts et les tolbas, les hommes de la religion, à quelque titre qu'ils lui appartiennent, savent concilier la fierté qu'au fond du cœur ils ont pour la sainteté de leur caractère, l'orgueil de leur caste avec leur pieuse humilité. Ils retirent vivement la main, mais ne la dérobent au baiser qu'après que le simple fidèle s'est mis en posture de le donner. Ils se prêtent...
Page 7 - Un père affligé de la mort précipitée de son fils fit faire l'image de celui qui lui avait été ravi...
Page 55 - Il peut, sur sa demande, être admis à jouir des droits de citoyen français ; dans ce cas il est régi par les lois civiles et politiques de la France.
Page 45 - En second lieu, j'ai écrit mon ouvrage pour détromper certains musulmans fourvoyés, qui, fermant les yeux sur tout ce qu'il ya de louable et de conforme aux enseignements de notre propre loi théocratique chez les peuples d'une religion différente de la nôtre, se croient, par suite d'un funeste préjugé, dans l'obligation de le dédaigner et de ne pas même en parler, et considèrent comme suspects ceux qui approuvent ce qu'il ya de bon comme système ou comme institutions chez les non-musulmans;...
Page 459 - Ce ne sont pas des dieux ; ce n'est que du bois qui est aujourd'hui et se pourrira demain ; ils ne mangent pas, ils ne boivent pas, ils ne parlent pas ; c'est la main de l'homme qui les a taillés dans le bois. Il n'ya qu'un Dieu unique que servent les Grecs et à qui ils rendent hommage ; il a créé le ciel et la terre, les étoiles et la lune, le soleil et l'homme qu'il fait vivre sur la terre. Et ces dieux qu'ont-ils fait? On les a faits euxmêmes. Je ne donnerai pas mon fils aux démons. »...
Page 66 - C'est une caresse qui ne se sent pas de la superbe des salutations qu' exigent les puissants de ce monde. Quand un inférieur à cheval aperçoit sur sa route un homme tout à fait considérable , il met pied à terre de loin pour lui embrasser le genou. Deux égaux s'embrassent sur la figure , ou, s'ils ne sont pas amis, se touchent légèrement la main droite, et chacun se baise ensuite l'index. Quand passe un chef, tout le monde se lève et le salue en se croisant les mains sur la poitrine.
Page 67 - La civilité puérile et honnête chez les Arabes. Le mot salamalek, que nous avons pris aux Arabes, suffit à montrer combien les musulmans tiennent aux formules d'urbanité, de quel prix ils estiment cette monnaie courante de la politesse, qui , suivant le mot d'un gentilhomme français , est celle qui coûte le moins et qui rapporte le plus. Personne, en effet, mieux qu'un Arabe, ne sait entourer son abord de ces caresses de langage qui facilitent l'accès et préparent un accueil gracieux et...

Informations bibliographiques