Images de page
PDF
ePub

terminer sa pièce, il introduit sur la scène le Roi et Mlle. du Tron , qui se jurent un amour éternel.

Nous citerons ici un passage, tiré des Questions sur l'Encyclopédie, par Voltaire. Voici ce qu'on trouve , dit-il, à la page 183 d'un livre intitulé : Anecdotes Littéraires. Les Amours de Louis XIV ayant été jouées en Angleterre, ce prince voulut aussi faire jouer celles du roi Guillaume ; l'abbé Brueys fut chargé par M. de Torcy de faire la pièce; mais, quoiqu'applaudie, elle ne fut pas jouée, parce que celui,qui en était l'objet,mourut sur les entrefaites. II y a, selon Voltaire, autant de mensonges que de mots dans ce peu de lignes. Jamais on ne joua les Amours de Louis XIV,sur le théâtre de Londres; jamais Louis XIV ne fut assez petit, pour ordonner qu'on fît une comédie sur les Amours du roi Guillaume; jamais le roi Guillaume n'eut de maîtresse; ce n'était pas d'une telle faiblesse qu'on l'accusait. Jamais le marquis de Torcy ne parla à l'abbé Brueys; jamais il ne put faire, ni à lui, ni à personne, une proposition si indiscrette et si puérile ; jamais enfin l'abbé Brueys ne fit la comédie , dont il est question.

AMOURS DE LYSIS et D'HESPÉRIE (les), pastorale allégorique, pour la paix des Pyrénées, par Quinault, 1660.

On pretendit que le cardinal Mazarin avait donné le sujet de cette pièce, et que M. de Lyonne y travailla avec

Çuinault ; on ajoutait que l'original, apostillé de la main de M. de Lyonne, était dans la bibliothèque de Colbert. Il ne s'y est cependant pas trouvé , lorsque le roi acheta les manuscrits de ce ministre.

AMOURS DE MARS et DE VÉNUS (les), ballet de trois entrées, avec un prologue , paroles de Danchet , musique de Campra, 1712.

[ocr errors]

Le prologue seul de cet opéra a été remis quelquefois au théâtre.

Campra , consultant le musicien Bernier sur un chour, qu'il composait pour cet opéra : je ne puis, lui dit-il, venir à bout de faire rentrer une partie ; et depuis long-tems je travaille en vain à me tirer de cet embarras. Faites un silence d'une mesure , lui dit Bernier , et certainement vous vous tirerez d'affaire. Il y réussit en effet ; comme fit autrefois Racine , qui , dans une de ses tragédies, ne pouvait trouver une rime : Boileau lui' conseilla de suspendre le sens , de mettre des points, et de recommencer une nouvelle période. Par ce petit artifice, il vainquit une difficulté qui lui avait paru insurmontable.

AMOURS DE NANTERRE ( les ), opéra-comique en un acte , de le Sage, Dorneval , etc. , à la Foire SaintGermain , 1718.

Madame Thomas , mère de Colette , veut épouser Lucas, et s'oppose au mariage de sa fille avec Valère , souslieutenant d'infanterie ; Colette feint d'aimer Lucaś, pour donner de la jalousie à sa mère, et par-là l'obliger à la marier promptement, pour se débarrasser d'une telle rivale. Lucas , persuadé et enchanté de cet amour, aime mieux être l'époux que le beau-père de Colette. Il ne s'épargne pas sur le compte de madame Thomas , qui l'écouté sans en être vue ; elle entre contre lui dans une grande colère , et ensuite elle se radoucit; máis, Lucas ayant fait la sóttise de se laisser engager dans la compagnie de Valère, on ne veut rendre l'engagement, qu'à condition que Valère épousera Colette ;, et la pièce finit par un double mariage.

AMOURS DE PROTHÉE (les), ballet en trois actes , avec un prologue , de Lafont, musique de Gervais, 1720.

avec

Pour se venger ,

Prothée , infidèle à la nymphe Théone , qui l'aime , offre ses væux à Pomone, qui les rejette. Il soupçonne Vertumne d'être son rival ; et , pour éprouver s'il est mieux traité que lui , il prend sa figure, et se présente à la déesse sous cette métamorphose. Pomone le prend pour Vertumne , et le traite une douceur qui le désespère.

il feint d'être amoureux de Théone ; et ce stratagême attire, au véritable Vertumne, des reproches vifs et de durs traitemens; it est enfin justifié par Prothée lui-même, qui, touché de la constance de Théone , lui rend son cour et fait cesser le trouble qu'il a causé.

AMOURS DE PROTHÉE (les), parodie en un acte, de le Sage et Dorneval, 1728.

Les comédiens français, le jour de la troisième réprésentation d'une pièce, qui avait été mal reçue à la première, et qui parut, par des corrections qu'on lui avait faites, vouloir se relever , aflichèrent cette pièce dans ces termes: Corrigée, revue et applaudie. Cette annonce parut si singulière , que des anteurs forains , le Sage et d'Orneval, dans les Amours de Prothée , en firent aussi l'application à une scène de la pièce. Ce Dieu promet à la Nymphe Théone , qu'il lui sera désormais fidèle , assurant que sa constance a été revue, corrigée ; Théone lui donne la main , en disant: et applaudie.

AMOURS DE RAGONDE (les), comédie-opéra , composée de trois intermèdes, de Destouches , musique de Mouret , 1740.

C'est un divertissement burlesque , composé pour la duchesse du Maine ; on y fit dans la suite quelques changemens, sans la participation de l'auteur, et on le donna à l'opéra, sous le titre des Ancours de Rugonde. Comme on ne savait de qui étaient les paroles , quelques beaux-esprits osèrent se vanter hautement d'en être les auteurs. Destouches , instruit dans sa fretraite de ce qui se passait, revendiqua son bien dans une lettre imprimée, et y désayoua les fadeurs lyriques, qu'on avait glissées dans ce petit poëme ; c'est un ouvrage extrêmement agréable dans son genre ; nous ne connaissions pas encore ces opéra bouffons italiens , qui ont fait tant de bruit parmi nous. Ragonde avait donc le mérite de l'invention et de la nouveauté.

AMOURS DES DÉESSES ( les ), ballet en trois actes précédé d'un prologue , par Fuzelier, musique de Quinault, 1729

Le prologue est entre l'Amour et l'Indifférence. La première entrée représente les Amours de Vénus et d Adonis ; la seconde, celles de Diane et d'Endyinion; et la troisième, celles de Melpomène et de Linus.

AMOURS DES DIEUX (les), ballet de quatre entrées, avec un prologue, par Fuzelier , musique de Mouret, 1727 Le prologue représente les jeux funèbres , célébrés

par les Sarmates en l'honneur d'Ovide, en reconnaissance de l'art d'aimer, que ce poëte avait apporté sur les bords glacés du Danube. La première entrée représente les Amours de Neptune et de la Nymphe Amimone; la seconde, celles de Jupiter et de Niobé; la troisième , celles d'Apollon et de Coronis ; et la quatrième, celles de Bacchus et d'Ariane.

AMOURS D'ÉTÉ (les ), divertissement en un acte, par MM. de Piis et Barré, aux Italiens , 1781.

1

de

Cette pièce offre de jolis tableaux, du naturel , de la grâce et beaucoup d'esprit; l'auteur de P Année littéraire ayant critiqué cet ouvrage , d'une manière aussi injuste qu'indécente . M. de Piis, dans une réponse pleine de gaieté et de seł, lui adressa cette épigramme, à propos d'une phrase un peu lourde, où l'on retrouve une demi-douzaine que :

Si, de nos régens du Parnasse ,
C'est-là le style régulier,
O Phébus, faites-moi la grâce
De rester toujours écolier,

Pour leur désobéir en classé. AMOURS DE TEMPÉ (lės), ballet héroïque de quatre entrées, 1752.

Ces entrées sont: le Bal, ou l'Amour Indiscret; l'Hymen, ou l'Amour Timide; l'Enchantement, ou l'Amour néreux ; les Vendanges , ou l'Amour enjoué. Les paroles ont été attribuées à Fuzelier ; la musique est de d'Auvergne.

AMOURS DE THÉSÉE ET DE DÉJANIRE (les), comédie en cinq actes , par Gérard de Vivre, 1577.

La pièce finit par le mariage de Thésée et de Déjanire ; et un acteur vient dire à l'assemblée : Messieurs, n'attendez

pas que les noces se fassent ici ,, vu que le reste se fera là-dedans.

1

AMOURS DE VÉNUS ET D'ADONIS (les ), tragédie de Visé, précédée d'un prologue, en vers libres, avec des machines, musique de Charpentier, 1670.

Tout respire, dans cette pièce, la volupté la plus molle et la plus effemince. Vénus y est représentée comme une Messaline; Adonis est un fat; Mars est in Capitan, que

« PrécédentContinuer »