Images de page
PDF
ePub

mède italien, en trois actes , de Favart, musique de Sodi, aux Italiens, 1753.

Le fonds de cette pièce n'appartient pas à Favart : ll est de Dominique et Romagnési. Des bouffons italiens représentèrent, en 1728 ou 1729, sur le Théâtre de l'Opéra, plusieurs intermèdes qui eurent du succes, et entr'autres, Baïoco et Serpilla. Les deux auteurs, que nous venons de dommer, parodièrent cette pièce, en faisant un mélange de français et d'italien. En 1753, de nouveaux bouffons d'Italie s'installèrent encore sur la scène lyrique ; et leurs succès ont fait , parmi nous, une révolution dans l'art musical. Les bouffons proscrits , il y eut un déchaînement presque général, contre la musique italienne; mais, tout en s'élevant contre cette musique, on l'imitait insensiblement; et son génie est devenu à présent le nôtre. On peut aussi rapporter, à cette époque, la naissance des pièces à ariettes. Sodi, musicien italien, saisit cette circonstance, pour faire de la musique nouvelle , sur l'ancienne parodie de Baioco et Serpilla. Mais, comme les paroles ne convenaient plus au goût actuel du théâtre, Favart reprit l'ouvrage en sous-cuvre,

et lui donna une nouvelle forme. BAISER (le), opéra-féerie en trois actes, musique de M. Champein, à la Comédie Italienne, 1782. La Fée Azurine unit son fils Alamir à la princesse Zélie;

Dalser, Zélie, celle-ci doit tomber sous la puissance de l'enchanteur Phanor, dont elle est aimée. Le fatal baiser est pris ; Phanor enlève lá princessé, et l'enferme, sur le bord de la mer, dans une tour inaccessible. La Fée, sous la figure d'une vieille magicienne, amie de Phanor, trompe l'enchanteur , s'introduit dans la tour, délivre la princesse , et la rend à fils.

[ocr errors]

son

BAJAZET, tragédie de Racine, 1692.

La première scène de la tragédie de Bajazet détruisit l'accusation de quelques pédans, qui refusaient à Racine l'intelligence des rèğles dù théâtre. Quelles lumières se rém pandent ici sur une action, qui s'est passée dans un où les meurs et les usages ont tant d'opposition avec les nôtres ! On croit n'entendre qu'Acomat et Osmin ; et c'est le poëte qui trace le plan de la pièce , éclaircit son sujet, et met tout son art à n'en pas faire paraître.Aussi la critique n'eut-elle rien s opposer aux applaudissemens , qne reçut cette tragédie.

Avant la première représentation de Bajazet, Racine avait destiné le rôle d'Atalide à mademoiselleChampmêlé, et celui de Roxane à mademoiselle d'Egnebaut. Dans la suite, il changea de sentiment, et trouva que cette dernière jouerait mieux. Atalideyn et mademoiselle Champmêlé, Roxane. Enfin, après avoir repris et redonne les rôles, il reyint à son premier avis.

Quoique Racine cait suivi exactement l'histoire en bien des points, et qu'il se soit conformé, autant qu'il l'a aux usages des Turcs , le jugement de Corneille n'est pourtant passansfondementi Onrapporte que de grand poëte, assistant à la première représentation de Bajazet, dit à Ségrais, que les personnages de cette tragédie avaient, sous des habits turcs , des sentimens français. Je ne le dis qu'à vous, ajouta-t-il; d'autres croiraient que la jalousie me

pu,

fait parler.

Racine , dit madame de Sévigné à madame de Grignan, a fait une comédie, qui s'appelle Bajazet, et qui enlève la paille. Vrāiement elle te va pas empirando, comme les autres. M. de Tallard dit qu'elle est autant au-dessus des pièces de Corneille , que celles de Corneille sont au-dessus de celles de Boyer. Voilà ce qui s'appelle louer. Il ne faut pas tenir la vérité captive : nous en jugerons par nos yeux et nos oreilles.

Nous avons été à Bajazet , disait encore madame de Sé-' vigné à la même. Ma belle-fille nous a paru la plus miraculeusement bonne comédienne , que j'aie jamais vue. Elle surpasse la Déscillets de cent mille piques ; et moi , qu'on croit assez bonne pour le théâtre, je ne suis pas digne d'allumer les chandelles, quand elle parait. Elle est laide de près ; et je ne m'étonne pas que mon fils ait été suffoqué par sa présence. Mais, quand elle dit des vers , elle est adorable. Bajazet est beau ; j'y trouve quelque embarras sur la fin; et il y a bien de la passion, mais de la passion moins folle que celle de Bérénice. Je trouve pourtant', à* mon petit sens, qu'elle pe surpassera pas Andromaque.s.

Lorsque Bajazet fut imprimé, madame de Sévigné l'envoya à sa fille, en lui disant ::si je pouvais vous envoyer la Champmêlé, vous trouveriez la tragédie meilleureza car , sans elle , elle perd la moitié de son prixá

On a prétendu que la mort de Monaldeski , que la reine Christine? fit assassiner à Fontainebleau, après lui avoir montré quelques lettres qu'il avait décrites p et lui avoir reproché son infidélité, avait fait imaginer à Racine une scène pareille, entre Roxane et Bajazet.se

Boileau disait que Racine avait, encore plusáque fuiy le génie satyrique., et citait pour preuve, ces quatre vers admirables de Bajazet :

school b).
L'imbécille Ibrahim; sans craindre: sa naissance, on: dia?
Traine, exempt de péril, une éternelle enfance.
Iudigne également de vivre et de mourir

35 3
On l'abandonne 'adx mains, qui daignent le noprrir.

SipSim10 B1. 209.11

BAI.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

BAL (le), ou LE BOURGEOIS DE FALAISE, comédie en un acte , en vers , de Regnard, 1694.

Les històriens du Théâtre Français l'ont jugée trop séw vèrement. Cette pièce est d'un bon comique, et a tous jours réussi à ses reprises.

BALADIN, danseur , farceur , qui, en agissant fait des postures de bas-comique. Ces sortes de rôles étaient fort en usage sur les Théâtres de France, aux quinzième et seizième siècles, et pendant la moitié du dix-septième. La comédie les a rejetés et abandonnés à la farce. Ces Baladins n'ont pas peu contribue à faire condamner la comédie par l'église , et par les personnes d'une humeur austère.

BAL d’AUTEUIL ( le ), comédie en un acte, en prose, avec un prólogue et un divertissement, par Boindin', aux Français , 1702,

Cette pièce roule en partie sur des incidens et des aventures de Bal ; mais au fonds", il s'agit de faire épouser Hortense à Éraste, préférablement à M. Vulpin , vieux garçon , à qui le frère d'Hortense l'a promise. Ce frère amoureux de sa femme, qu'il ne reconnaît pas sous le masque , donne dans le piége qu'elle lui tend , et consent au mariage d'Éraste , qu'elle favorise. Le déguisement de Lucinde ét de Ménine qui, réciproquement , še prennent pour ce qu'elles ne sont pas, donne lieu à quelques scènes piquantes, et à certains discours, peut-être un peu trop libres pour la comédie moderne. Au surplus, il règne dans le Bal d'Auteuil , beaucoup d'intérêt , d'enjouement et de vivacité.

Ff

الرها

[ocr errors]

Le roi fit faire , par le marquis de Gêvres, une réprimande aux comédiens , de ce qu'ils avaient joué cette pièce trop libre, qui fut interrompue après qaelques représentations. C'est depuis ce tems-là , dit-on, que les pièces de théâtre ont été soumises à un censeur, avant que d'être jouées.

BAL DE L'OPÉRA (le).

Voici des vers, qui le peignent avec des couleurs plus naturelles qu'agréables :

Extrait des Fastes de Lemière.
La nature languit encor sous les frimats ;
Un ciel encore obscur attriste nos climats :
Nous n'avons ni Zephir, ni Pomone, ni Flore;
Mais Hébé nous demeure, el sa soeur Terpsichore:
Pour elles, de Momus les grelots ont sonné :
Il ouvre, dans la nait, son cirque illuminé ,
Où le jea des archets, sur la corde harmonique
Entretient, par ses sons, l'allégresse publique ;
Et, marquant la cadence entre ce peuple errant,
Saisit d'abord l'oreille, et nous flatte en entrant.
Quelle massé, mouvante, , et quelle ardeur commune?
Est-ce un peuple de fous, descendus de la lune ?
On les prend, à les voir l'un l'autre se pressans,
Pour ce bataillon grèc, qui tournait en tout seas
Pour un visage humain, mille faces postiches;
Pagodes en vernis, ambulantes féticles,
Sous de longs nez crochus , grimaces de carton ,
Le plus jeune en vieillard, barbe blanche au menton
La plus jolie a pris la p!us laide figure ;
Balon d'aveugle en main;

Crésus

sous la bure.
Venise , vante moins les larves de tes jeux;
La politique y vient, et ce masque est faicheur.
Vive le baļ français ! jamais la gaîté folle
Ne souffre atcun intrus, dans son temple frivole.
Un fausset d'étiquette, y déguisant la vois,

[ocr errors]
[ocr errors]

est

« PrécédentContinuer »