Images de page
PDF
ePub

ciw Lue critique honnéte et rai

les articles de ce Dictionnaire Seveccoce theutrale, curieuse , intéluceite metode plaira sans doute au

ncmbre des lecteurs. Il est trop vrai que che nous l'instruction que l'amusement ivres rouseaux : le meilleur pour les what wirte, est toujours celui qui fournit le wit ves truits singuliers ,propres à faire briller ... un cercle celui qui les débite.

Yuan es veritables amis de l'Art trouveront av vans cet ouvrage , fruit d'un travail de pluWeltraş oturees, de quoi satisfaire le goût et la cev. Le Poète dramatique et le Comédien reconTacirunit à chaque page une critique décente. Cette versiere qualité est peut-étre la plus rare et la fuas nécessaire dans ce siècle , la république Literaire est divisée en próneurs aveugles et en hjustes détracteurs.

[merged small][ocr errors]

On sait

que

l’Art dramatique est une des parties de notre Littérature, où le génie français a pris le plus grand essor, déployé le plus de ressources, franchi le plus d'obstacles, et fait éclore un plus grand nombre d'excellens modèles. Nos poètes célèbres , après avoir enrichi la scène de leurs chefsd'œuvre, et conquis les suffrages de l'Europe, ont développé les mystères de leur art, prescrit les règles du Théâtre, et mis, en quelque sorte, le Public dans le secret de leur génie.

n'ont pu

Les préceptes de ces hommes illustres

être
que

le fruit d'une longue et mûre expérience : ils sont nécessaires à ceux qui veulent marcher, d'un pas sûr, dans la

carrière des Sophocle et des Térence ; ils sont utiles à quiconque veut juger les athlètes qui osent la parcourir. Composer avec sagesse , apprécier avec goût les productions d'un art, aussi difficile que brillant, n'est · point une faculté que l'on puisse devoir à la seule nature : il faut de plus des principes évidens ; il faut des règles certaines : mais ces principes et ces règles, épars dans divers auteurs, exigeraient des soins et du tems pour les réunir ; et l'on n'en a pas toujours la volonté, ni le pouvoir.

Notre but principal, en rédigeant ce Dictionnaire général des Théâtres, était d'épargner ces soins, et d’abréger ce tems au lacteur. Ainsi ce nouvel ouvrage, disposé dans l'ordre le plus commode, pour satisfaire promptement la curiosité et pour éviter les recherches, renferme tout ce qui a été dit de plus essentiel et de plus intéressant sur l'Art dramatique, et sur les règles et les modèles dans tous les genres, avec'la Description des Théâtres anciens et modernes, l'Analyse des pièces tragiques et comiques, et la Notice de la plupart des Poètes et des Acteurs de toutes les nations.

Il existe déjà plusieurs Dictionnaires des Théâtres : mais le plus moderne a paru en 1776; et presque tous n'offrent guères qu'une aride et froide nomenclature des auteurs et des ouvrages. On a cependant extrait de ces catalogues les dates et les faits indispensables, en les comparant, et les rectifiant sur les matériaux précieux, qu'on a puisés dans la Bibliothèque Impériale.

S'il est du devoir d'un historien lexicographe d'écarter les articles supersius, il doit aussi présenter les articles nécessaires, sous un jour vrai et agréable. Rien ne sert mieux à ce dernier objet que les anecdotes bien choisies : elles amusent le lecteur curieux; elles instruisent l'artiste; elles embellissent l'ouvrage. Dans l'abondante moisson que nous offraient les livres, les manuscrits et les archives du Théâtre, les journaux, les

1

mémoires et les critiques, nous avons recueilli tout ce qui nous a paru instructif, singulier et intéressant. Notre ouvrage contient un grand nombre d'analyses et de notices, exemptes de critiques amères et de jugemens hasardés : les unes seront, pour les jeunes auteurs, une mine féconde de sujets et de situations ; les autres, en conservant des poms plus ou moins connus dans les fastes de l’Art dramatique, rappelleront sa . naissance, ses progrès et sa gloire.

Toutefois, il nous a semblé au moins inutile d'enfler ce Dictionnaire des noms de poètes et de pièces justement oubliés. Il aurait été plus étendu, et n'en eût pas été meilleur. Autant le Public s'intéresse au détail de la vie et des ouvrages d'un Corneille ou d'un Molière, autant il est fatigué de la liste des productions d'un Scudery ou d'un Pradon.

Dans la seconde partie du Discours préliminaire, nous avons signalé rapidement les

« PrécédentContinuer »