Pie IX

Couverture
L. Hachette & cie, 1854 - 208 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page vii - Paris dans le cours du mois de décembre 1860, et toutes les formalités prescrites par les Traités sont remplies dans les divers États avec lesquels la France a conclu des conventions littéraires.
Page 195 - Rome pour y étouffer la liberté italienne , mais au contraire pour la régler, en la préservant contre ses propres excès, et pour lui donner une base solide, en remettant sur le trône pontifical le prince qui le premier s'était placé hardiment à la tête de toutes les réformes utiles.
Page 195 - J'apprends avec peine que les intentions bienveillantes du Saint-Père, comme notre propre action, restent stériles en présence de passions et d'influences hostiles. On voudrait donner comme base à la rentrée du pape la proscription et la tyrannie. Dites de ma part au général Rostolan qu'il ne doit pas permettre qu'à l'ombre du drapeau tricolore, on commette aucun acte qui puisse dénaturer le caractère de notre intervention. « Je résume ainsi le rétablissement du Pouvoir Temporel du pape...
Page vii - Paris dans le cours du mois de juin, et toutes les formalités prescrites par les traités ont été remplies dans les divers Etats avec lesquels la France a conclu des conventions littéraires.
Page 121 - Pour vous, pour moi, pour quiconque aime la poésie, la science, la civilisation, la Grèce et l'Italie sont deux sœurs diverses d'âge, pareilles en beauté, égales en gloire. Elles étaient mortes l'une et l'autre ; mais, depuis que la première commençait à...
Page 42 - ... après avoir traversé les âges de ténèbres et de force, le christianisme devient chez les peuples modernes le perfectionnement même de la société.
Page 196 - ... faire savoir que si la France ne vend pas ses services, elle exige au moins qu'on lui sache gré de ses sacrifices et de son abnégation. « Lorsque nos armées firent le tour de l'Europe, elles laissèrent partout, comme trace de leur passage, la destruction des abus de la féodalité et les germes de la liberté : il ne sera pas dit qu'en 1849 une armée française ait pu agir dans un autre sens et amener d'autres résultats.
Page 195 - J'ai été personnellement blessé, en lisant la proclamation des trois cardinaux, de voir qu'il n'était pas même fait mention du nom de la France, ni des souffrances de nos braves soldats. « Toute insulte faite à notre drapeau ou à notre uniforme me va droit au cœur, et je vous prie de bien faire savoir que si la France ne vend pas ses services, elle exige au moins qu'on lui sache gré de ses sacrifices.
Page 162 - ... soit inutilement versée pour ma cause. Je cède tout à ce principe. « Mais je veux, en même temps, que vous sachiez, Messieurs, que l'Europe entière sache, que je ne prends, même de nom, aucune part au gouvernement, et que je prétends y rester absolument étranger. J'ai défendu qu'on abusât de mon nom, j'ai ordonné qu'on n'eût plus même recours aux formules ordinaires. » — C'était l'abdication provisoire du Pontife jusqu'à des jours meilleurs. Les représentants des puissances...
Page 151 - En quelques mois Sa Sainteté a accompli d'elle-même une œuvre qui aurait suffi à la gloire d'un long règne , et a donné aux chefs des nations les plus nobles exemples de sagesse civile. L'histoire, impartiale et véridique , répétera , et à bon droit , en racontant les actes de ce pontificat , que l'Église , inébranlable sur ses fondements divins et inflexible dans la sainteté de ses dogmes , comprend et seconde toujours avec une admirable prudence les honnêtes changements des choses...

Informations bibliographiques