Images de page
PDF
ePub

1665, sollicitée. Ils se rendirent donc en troupe au

théâtre, résolus d'en forcer l'entrée. Le portier fit, pendant quelque temps, la meilleure contenance; mais à la fin, forcé de céder au nombre, il jeta son épée à terre en criant : Miséricorde ! Cette soumission et ses prières ne servirent à rien : outrés de la résistance qu'il leur avait opposée , les assaillans le percèrent de cent coups d'épée, et chacun en entrant lui donnait le sien. Ils cherchaient tous les comédiens, pour leur faire subir le même traitement, quand Béjart jeune, qui était habillé en vieillard pour la pièce qu’on allait jouer, se présenta sur le théâtre : « Eh! Messieurs, leur dit-il, épargnez du moins » un pauvre vieillard de soixante-quinze ans qui » n'a plus que quelques jours à vivre ». La présence d'esprit de cet acteur calma leur fureur. Molière, qui savait fort bien haranguer le parterre et qui n'en laissait pas passer les occasions, parut alors, et leur représenta très-vivement les torts qu'ils s'étaient donnés en violant les ordres du Roi. Ils sentirent la justesse de ses observations, ouvrirent les yeux sur la position où ils s'étaient mis, et se retirèrent. « Mais le bruit et les » cris, dit Grimarest, avaient causé une alarme

parmi les comédiens. Les femmes croyaient être » inortes : chacun cherchait à se sauver; surtout » Hubert et sa femme, qui avaient fait un trou

1665.

[ocr errors]
[ocr errors]

» dans le mur du Palais-Royal. Le mari voulut » passer le premier; mais, comme le trou n'était » pas assez ouvert, il ne passa que la tête et les

épaules; jamais le reste ne put suivre. On avait » beau le tirer de dedans le Palais-Royal. Rien » n'avançait et il criait comme un forcené, par » le mal qu'on lui faisait et par

la

peur qu'il avait que quelque gendarme ne vînt lui donner un » coup d'épée par derrière. Le tumulte s'étant

apaisé, il en fut quitte pour la peur; et l'on » agrandit le trou pour le retirer de la torture où il était »

La troupe alla aux voix sur le parti qu'elle avait à prendre. La frayeur porta la plupart à demander qu'on sollicitât la révocation de la défense. Molière tint bon, et leur fit observer que, puisqu'ils l'avaient poussé à demander cet ordre, et que le Roi avait daigné le leur accorder, ils en devaient subir les conséquences.

Instruit de cette scène, Louis XIV ordonna aux commandans des compagnies de sa maison de les faire mettre sous les armes; afin qu'on en pût reconnaître et punir les auteurs. Mais Molière, qui craignait qu'une mesure sévère ne fit qu'irriter les esprits et n'amenât de nouveaux désordres, se rendit au lieu de la réunion et dit aux gardes assemblés « que ce n'était point pour eux » ni pour les autres personnes qui composaient la

[ocr errors]

1665. » maison du Roi qu'il avait demandé à Sa Ma

» jesté un ordre pour les empêcher d'entrer à la » comédie; que la troupe serait toujours ravie de » les recevoir quand ils voudraient l'honorer de » leur présence ; mais qu'il y avait un nombre in» fini de malheureux qui tous les jours, abusant de » leur noin et de leur bandoulière , venaient remplir le parterre et ôter injustement à la troupe le

gain qu'elle devait faire ; qu'il ne croyait pas » que des gentilshommes qui avaient l'honneur ► de servir le Roi dussent, favoriser ces miséra» bles contre les comédiens de Sa Majesté; que » d'entrer à la comédie sans payer n'était point » une prérogative que des personnes de leur ca» ractère dussent si fort ambitionner , jusqu'à ré» pandre du sang pour se la conserver; qu'il fal» lait laisser ce petit avantage aux auteurs et aux » personnes qui, n'ayant pas

le
moyen

de dépen-
» ser quinze sols, ne voyaient le spectacle que par
» charité, s'il m'est permis, dit-il, de parler de la
» sorte. »
Ce discours produisit tout l'effet

que

Molière en espérait'. Mais Grimarest a prétendu à tort que depuis ce moment la maison du Roi n'entra plus à la comédie sans payer. Le même abus et des désordres encore plus grands nécessitèrent

1. Grimarest, p. 131 et suiv.

en 1673 une semblable ordonnance, sollicitée par 1665. la troupe de l'hôtel de Bourgogne' (31).

Un nouveau succès vint dédommager Molière de ces inquiétudes nouvelles. Demandé pour un divertissement du Roi, l'Amour médecin fut en cinq jours proposé, fait, appris, et représenté '. La cour l'applaudit le 15 septembre, la ville confirma son jugementle 22. Dans son avertissement sur cette pièce, l'auteur manifeste la crainte qu'elle ne paraisse insupportable sans les airs et les symphonies de l'incomparable Lulli : il ne nous est pas parvenu une seule note de cette partition du célèbre Baptiste; et les mots heureux dont la pièce abonde, le fameux, Vous êtes orfèvre, monsieur Josse, et une foule d'autres traits dignes de cette histoire générale des donneurs d'ayis, ne périront jamais, tant qu'il restera quelque sentiment du vrai.

On a assez généralement regardé l'Amour decin comme le premier acte d'hostilité de Molière contre la Faculté. La remarque est inexacte. Don Juan du Festin de Pierre avait déjà porté de dangereux coups aux médecins :. A la vérité.ces traits sont lancés par un personnage puni à la fin de la pièce; mais il y aurait bien de l'amour

1. Le Théatre-Français (par Chapuzeau), 1674, p. 165. 2. Avertissement de l'Amour médecin, de Molière. 3. Le Festin de Pierre , act. III. sc. 1.

1665. propre à ces messieurs à croire que ce soit cette

sorte d'hérésie qui attire sur sa tête la vengeance céleste.

On a avancé sans plus de fondement que l'acharnement dont il fit preuve contre la même profession dans cette pièce et dans plusieurs de celles qui la suivirent eut pour cause une querelle survenue entre sa femme et celle d'un médecin, querelle à laquelle les maris crurent devoir prendre part'. Ce n'est point à un aussi pitoyable motif qu'il faut attribuer de si justes attaques. Molière, à l'exemple de Montaigne, a poursuivi par une satire raisonnée des charlatans qui spéculaient sur la crédulité et l'amour de la vie, et que leur ignorance et leur entêtement entraînaient dans des erreurs non moins fréquentes que funestes à l'humanité. Molière ne parlait pas de cette science comme un homme qui bien portant la ravale, et malade y recourt; il était valétudinaire lorsqu'il disait : « Un médecin est un homme » que l'on paie pour conter des fariboles dans la » chambre d'un malade jusqu'à ce que la nature » l'ait guéri ou que les remèdes l'aient tué ?. » Portons nos regards sur la médecine d'alors et sur les hommes qui l'exerçaient, et nous acquerrons

1. Grimarest, p. 74.
2. Grimarest, p. 79.

« PrécédentContinuer »