Images de page
PDF
ePub

tragique, Note II de ce livre. Il mourut, laissant pour vingt mille francs de dettes au delà de sa succession. (Histoire du Théâtre-Français, par les frères Parfait, t. VIII, p. 406 et suiv. ; Le Théâtre-Français, par Chapuzeau , p. 188).

Dans l'édition des OEuvres de Boileau, de 1701 , au sujet de ce vers de la satire III,

Molière avec Tartuffe y doit jouer son rôle,

on lit la note suivante , qui est de Boileau lui-même : » Le Tartuffe, en ce temps-là, avait été défendu et » tout le monde voulait avoir Molière, pour le lui » entendre réciter. »

(30) « N'est-il pas extrêmement vraisemblable, a dit » M. Étienne dans sa notice sur le Tartuffe , que le » sieur de Rochemont, qui en est l'auteur, n'est au» tre que le curé de... , dont parle Molière dans son premier placet au Roi? Qu'on rapproche en effet » les passages qu'on vient de lire (ceux que nous » avons cités), des expressions mêmes du poète co» mique : « V. M. a beau dire, et M. le légat et » MM. les prélats ont beau donner leur jugement, » ma comédie, sans l'avoir vue, est diabolique, » et diabolique mon cerveau ; je suis un démon vêtu » de chair et habillé en homme; un libertin, un v impie digne d'un supplice exemplaire. Ce n'est » point assez que le feu expie en public mon offense: »j'en serais quitte à trop bon marché. Le zèle cha» ritable de ce galant homme de bien n'a garde de

» demeurer là ; il ne veut point que j'aie de mise» ricorde auprès de Dieu ; il veut absolument que je >> sois damné, c'est une affaire résolue. Ce livre, » Sire, a été présenté à V. M. , etc... »

« Si l'on compare maintenant les dates, elles offri» ront une preuve au moins aussi decisive. On ne » trouve malheureusement pas celle du placet de Mo» lière; mais il est certain qu'il fut présenté au Roi » dans l'intervalle qui s'écoula entre la représenta» tion des trois premiers actes à Versailles, et le » moment où il fut permis de jouer la pièce pour » la première fois en public, c'est-à-dire de 1664 » à 1667 ; et précisément le libelle , signé Rochemont , » a paru en 1665, et il a été imprimé par permission de M. le baillif du Palais , du 8 avril de la même an» née. Telle est à coup sûr l'époque où Molière prés senta son placet à Louis XIV.

Ce qui vient encore à l'appui de l'opinion de M. Étienne, c'est que tous les argumens de cet antagoniste de Molière portent un cachet ecclésiastique : « S'il lui restait encore quelque ombre de pu» deur, ne lui serait-il pas fâcheux d'être en butte à v tous les gens de bien, de passer pour un libertin » dans l'esprit de tous les prédicateurs, et d'entendre » toutes les langues que le Saint-Esprit anime con» damner publiquement son blasphême ; et, enfin, » je ne crois pas faire un jugement téméraire d'avan»cer qu'il n'y a point d'homme si peu éclairé des lu» miéres de la foi qui , sachant ce que contient cette » pièce (le Tartuffe), puisse soutenir que Molière,

» dans le dessein de la jouer, soit capable de la par» ticipation des sacremens , qu'il puisse être reçu à » pénitence sans une , réparation publique; ni même » qu'il soit digne de l'entrée des églises après les ana» thêmes que les conciles ont fulminés contre les au» teurs de spectacles impudiques ou sacrilèges. ».

Enfin, ce qui achève de convertir cette conjecture en certitude, c'est que ce nom de Rochemont et cette qualité d'avocat en Parlement étaient supposés. C'est ce qui semble résulter du moins de la Réponse aux observations touchant le Festin de Pierre de M. de Molière, Paris, 1665. « Mais, dit l'auteur de cette ré» ponse, en parlant de ce libelle, lorsque je vois le » livre de cet inconnu , elc... »

(31) Cette ordonnance du Roi , datée du 9 janvier 1673 « fait défense à toutes sortes de personnes » de quelque qualité, condition et profession qu'elles » soient, de s'attrouper et de s'assembler au-devant » et aux environs des lieux où les comédies sont réci» tées et représentées ; d'y porter aucunes armes à » feu , de faire effort pour y entrer, d'y tirer l'épée » et de commettre aucune violence ou d'exciter au» cun tumulte, soit au-dedans ou au-dehors, à peine » de la vie , et d'être procédé extraordinairement con» tre eux, comme perturbateurs de la sûreté et de la » tranquillité publique, » (Le Théâtre Français, par Chapuzeau, p. 253 et suiv.)

(32) Ce second enfant était une fille qui survécut à son père, et dont nous aurons occasion de parler plus tard. Elle fut nommée Esprit Madeleine ; elle eut pour

párrain le comte Esprit de Modène, et pour marraine Madeleine Béjart sa tante. (Dissertation sur Molière, par M. Beffara, p. 15.)

(33) On lit dans les Mémoires de L. Racine sur son père, Lausanne, 1747, p. 32, que lors de son premier ouvrage, il fut pris en amitié par Chapelain, « qui lui » offrit ses avis et ses services, et, non content de les » lui offrir, parla de lui et de son ode si avantageuse» ment à M. de Colbert, que ce ministre lui envoya » cent louis, et peu après le fit mettre sur l'état pour » une pension de six cents livres en qualité d'homme » de lettres. »

On ne peut justifier Racine en disant qu'il n'attaquait Chapelain que comme auteur, car outre que de semblables distinctions ne sont pas d'un cour reconnaissant, personne d'ailleurs n'était plus que lui sensible à la critique; on sait qu'il pardonna difficilement à Chapelle, qu'il sollicitait de se prononcer sur sa rénice, de lui avoir répondu en riant : Marion pleure, Marion crie, Marion veut qu'on la marie ; et la rime indécente qu'Arlequin mettait à la suite de la reine Bérénice le chagrinait au point de lui faire oublier le concours du public à sa pièce, les larmes et les éloges de la cour. (Mémoires sur Jean Racine , Lausanne, 1747, p. 90.)

(34) Bret, dans son Supplément à la vie de Molière (tom. I, p. 78 de l'édition de 1773), dit qu'en 1676 Lulli eut à soutenir une affaire horrible et criminelle contre l'intendant-général des bâtimens de S. A. Monseigneur. Nous ignorons de quelle affaire Bret veut

parler; mais nous sommes porté à croire que, quelle qu'elle fût, elle n'était ni horrible ni criminelle, puisque le 9 septembre de l'année suivante, le Roi et la Reine lui firent l'honneur de tenir son fils sur les fonts de baptême (Dissertation sur Molière, par M. Beffara , p. 15), et que Louis XIV déplora sa perte en disant qu'il avait perdu deux hommes qu'il ne recouvrerait jamais, Molière et Lulli: (Addition à la Vie de Molière, par Grimarest, p. 62.)

(35). Voltaire prétend que l'histoire du souper d'Auteuil n'est pas digne de créance, et cite à ce propos quelques amis de Chapelle qu'il avait entendus assurer qu'elle n'en méritait aucune. Mais ils ne lui avaient pas rapporté que Chapelle leur en eût parlé dans ce sens. Ils avaient probablement tiré cette conséquence de son silence à ce sujet. Mais Louis Racine a dit dans ses Mémoires sur son père (p. 119) : « Ce fameux » souper, quoique peu croyable, est très-véritable... » Mon père heureusement n'en était point... Boileau » a raconté plus d'une fois cette folie de sa jeunesse. »

(36) Quoique Corneille ne fût pas un des habitués des réunions de Molière et de ses amis, il venait cependant quelquefois le voir et souper avec lui. C'est ce que prouve l'anecdote suivante, rapportée par Brossette et consignée dans les Récréations littéraires de Cizeron-Rival, p. 68 : « Baron, ce célèbre acteur, » devait faire le rôle de Domitien dans Tite et Bérénice, » et, comme il étudiait son rôle, l'obscurité de quel» ques vers lui fit quelque peine, et il alla en deman» der l'explication à Molière, chez qui il demeurait.

« PrécédentContinuer »