Images de page
PDF
ePub

créatures. Il consentit avec peine à différer la 1661. vengeance de son amour.

Il était plein de ce sombre projet , quand Fouquet sollicita la faveur de lui donner, à Vaux, la fête dont nous avons énuméré les merveilles. Le rôle qu'on l'avait forcé de prendre lui fit un devoir de s'y rendre. Le luxe qu'il remarqua dans ce magique séjour put bien l'indisposer encore contre l’Amphitryon; mais ce qui l'irrita, ce qui le mit hors de lui-même, ce fut un portrait de mademoiselle de La Vallière qu'il aperçut dans le cabinet de son rival infortuné. Il voulait le faire arrêter sur-le-champ; mais la Reine-mère l'en détourna par ce mot bien simple, mais bien fort : Quoi! au milieu d'une fête qu'il vous donne! Un billet de madame du Plessis - Bellière , remis à Fouquet pendant cette fête même, lui apprit le danger qu'il avait couru et sa suspension momentanée. Chacun sait, et ce n'est point ici le lieu de le répéter, quel fut son sort et celui du généreux Pellisson (46).

Tels étaient les desseins, les tourmens qui agitaient les caurs de quelques spectateurs des cheux. Le Roi cependant, malgré son trouble intérieur, eut assez de présence d'esprit pour adresser à Molière un reproche d'omission. Voilà, lui dit-il après la représentation, en voyant passer M. de Soyecourt, son grand-veneur, voilà

[ocr errors]

1661. un grand original que vous n'avez point encore

copié. « C'en fut assez, dit l'auteur du Menagiana qui rapporte ce fait; cette scène fut faite et apprise en moins de vingt-quatre heures. » Et le roi eut la satisfaction, à la représentation de cette comédie donnée à Fontainebleau, le 27 du même mois, d'y voir joint ce rôle dont il avait eu la bonté de lui ouvrir les idées '

Mais une particularité non moins plaisante que la scène ajoutée, particularité que nous ne trouvons pas aussi invraisemblable qu'elle le semble à Bret, c'est que Molière, ignorant entièrement les termes de chasse, s'adressa à M. de Soyecourt lui-même, qui l'initia complaisamment au dictionnaire de la vénerie; jouant à peu près dans cette occasion le rôle que joue Arnolphe dans l'École des Femmes , lorsqu'il prête cent pistoles à Horace pour mener à bout son intrigue amoureuse : (47). M. de Soyecourt, homme fort distrait et très-peu spirituel, s'était rendu la risée de la cour par la simplicité de ses reparties; et Molière ne pouvait plus avoir de scrupules et ne courait plus le risque de le ridiculiser : on ne lui

1.

Építre dédicaloire des Fácheux.Menagiana , édit. de 1915, p.

t. 5,

24. Grimarest, p. 49. - Histoire du Théâtre français, t. IX, p. 68 et 69, notes.-Récréations littéraires, par Cizeron-Rival, p. 5. · 2. Menagiana , loco cit. – Voltaire, Vie de Molière, p. 55.

1

avait rien laissé à faire de ce côté. Madame de 1661. Sévigné, dans ses lettres, s'égaie souvent à ses dépens, et fait plus d'une fois allusion à une réponse qui le fait connaître tout entier. Il était couché dans une même chambre avec plusieurs de ses amis ; il se mit, pendant la nuit, à parler très-haut à l'un d'eux. Un autre, plus désireux de reposer que de l'entendre, lui dit : Eh! morbleu, tais-toi; tu m'empêches de dormir. Est-ce que je te parle, à toi, lui répondit le naïf M. de Soyecourt":

Nous avons dit que cette scène du chasseur avait été ajoutée à la pièce en vingt-quatre heures. La pièce elle-même, ainsi que nous l'apprend Molière dans son avertissement, fut conçue, faite, apprise et représentée en quinze jours. Rien ne prouve mieux combien Grimarest était mal instruit lorsqu'il disait que Molière composait difficilement; et combien au contraire Boileau, qui du reste ne flatta jamais son ami, était fondé à le qualifier de

Rare et sublime esprit, dont la fertile veine
Ignore, en écrivant, le travail et la peine,(48)

Craignant cependant de manquer de temps,

1 Lettres de madame de Sévigné, édit. de M. de Saint-Surin. Voir les lettres des 29 novembre 1679 et gjuin 1680.

[ocr errors]

1661. notre auteur avait prié Chapelle de composer la

scène du pédant Caritidès. Les envieux de Molière ne manquèrent pas d'attribuer à son ami le succès de la pièce; celui-ci ne s'en défendit que faiblement, « comme ces jeunes gens, a dit · Chamfort, qui, soupçonnés d'être bien reçus

par une jolie femme, paraissent, dans leur dé» saveu même, vous remercier d'une opinion si

flatteuse et n'aspirer en effet qu'au mérite de la » discrétion. » Boileau fut alors chargé par le véritable auteur de dire à Chapelle que, s'il ne démentait pas promptement les bruits que l'on répandait contre lui, Molière se verrait forcé de montrer, à qui la voudrait voir, la scène que celui-ci lui avait apportée et qu'il avait été obligé de refaire entièrement. Nous n'avons pas besoin de dire que Chapelle consentit alors à

rompre

le silence (49)

Si plus d'un trait des Fácheúx fait reconnaître le poète comique, il est une scène qui décèle le poète philosophe. Molière, concevant les services que l'auteur dramatique peut rendre à la société, şeconda dans cette pièce les efforts de son roi pour abolir la barbare coutume du duel. Les édits de Henri IV, de Louis XIII, de Louis XIV n'a

1. Bolæana , p. 95 ct 96.-Recréations littéraires, par CizeronRival, p. 21.

vaient pu détourner les Français de s'égorger pour 1661. un mot équivoque, ou même de se charger de la vengeance d'un tiers; notre auteur essaya de proscrire par le ridicule ce préjugé qui avait résisté aux lois, en faisant, dans ses Fácheux, refuser un duel par un homme d'une valeur reconnue : « Cet » exemple, dit l'auteur de l'Eloge de Molière, n'ap» prendra-t-il point aux poètes quel emploi ils » peuvent faire de leurs talens, et à l'autorité quel » usage elle peut faire du génie? ,

Que de regrets excite l'avertissement placé à la tête de cette production! « Le temps viendra, y » dit Molière, de faire imprimer mes remarques » sur les pièces que j'aurai faites. » Une mort prématurée l'empêcha d'exécuter ce travail, qui, certes, eût pu servir de poétique à la comédie. Peut-être nous eût-il révélé le secret de son art, cet immortel génie qui, depuis un siècle et demi, est resté sans rival, comme il avait été sans inodèle.

i Les Fácheux , act. I, sc. 10.

« PrécédentContinuer »