Dictionnaire patois-franca̧is: à l'usage du département du Tarn et des départements circonvoisins ...

Couverture
J.-L. Pujol, 1845 - 396 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 3 - Ainsi, on dit verser du vin dans un verre, non pas répandre du vin dans un verre : et on dit à un homme qui porte un vase plein de quelque liqueur : prenez garde de répandre, et non pas prenez garde de verser : on ne craint pas alors la transfusion de la liqueur, qui se ferait en la versant dans un vase ; on en craint la perte, qui serait infaillible si on la répandait.
Page 27 - L'effronterie marque de l'impudence. Une personne hardie parle avec fermeté; ni la qualité, ni le rang, ni la fierté de ceux à qui elle adresse le discours, ne la démontent point. Une personne audacieuse parle d'un ton élevé ; son humeur hautaine lui fait oublier ce qu'elle doit à ses supérieurs. Une personne effrontée parle d'un air insolent ; son peu d'éducation fait qu'elle n'observe ni les usages de la politesse , ni les devoirs de l'honnêteté , ni les règles de la bienséance....
Page 18 - Être allé, Avoir été. Ces deux expressions font entendre un transport local ; mais la seconde le double. Qui est allé, a quitté un lieu pour se rendre dans un autre ; qui a été, a de plus quitté cet autre lieu où il s'était rendu. Tous ceux qui sont allés à la guerre n'en reviendront pas. Tous ceux qui ont été à Rome n'en sont pas meilleurs.
Page 31 - ... du premier de ces mots,. c Faire n'est pas ici le mot propre. Il est plusieurs autres, cas. où nous employons mal-à-propos ce verbe. — Nous disons faire une grande maladie ; il faut dire AVOIR. — Nous disons faire tenir un mât; on doit dire I'ASSUJETTIR. „ Assujettir signifie en mécanique, Arrêter une chose de telle sorte qu'elle soit stable et sans mouvement/
Page 27 - Ces trois mots désignent en général la disposition d'une âme qui brave ce que les autres craignent. Le premier dit plus que le second , et se prend toujours en mauvaise part, et le second dit plus que le troisième, et se prend aussi presque toujours en mauvaise part. L'homme effronté est sans pudeur ; l'homme audacieux, sans respect ou sans réflexion ; l'homme hardi, sans crainte. La hardiesse avec laquelle on doit toujours dire la vérité ne doit jamais dégénérer en audace, et encore...
Page 10 - AIGUILLETTE, cordon, ruban, tissu, etc- , ferré par les deux bouts, „ pour servir à attacher, mais qui ne sert quelquefois que d'or
Page 167 - Être oisif, c'est ne rien faire, être sans action, sans occupation : être oiseux, c'est avoir quelque rapport à l'oisiveté, soit par goût, parce qu'on l'aime ; par habitude, parce qu'on y passe sa vie ; ou par ressemblance, parce qu'on est inutile. On doit donc appeler...
Page 292 - Mal parler tombe, selon lui, sur les choses que l'on dit ; et parler mal, sur la manière de les dire : le premier est contre la morale , et le second contre la grammaire.
Page 185 - De là vient que verser se dit d une liqueur que l'on épanche à dessein dans un vase, et répandre se dit d'une liqueur qu'on laisse tomber sans le vouloir. Ainsi, on dit verser du vin dans un verre, non pas répandre du vin dans un verre : et...
Page 207 - ... mange avidement et malproprement; si ses habits sont en lambeaux , couverts de taches , ou même d'ordures ; s'il sent mauvais : je veux dire qu'une seule de ces conditions le rend dégoûtant; car, qui les réunit toutes, est horrible. On appelle fastidieux, celui qui veut faire le plaisant mal à propos, qui rit le premier, qui parle trop , qui dit des choses frivoles, et qui s'applaudit de ses sottises; en un mot, un homme ennuyeux, importun, fatigant par ses discours, par ses manières ou...

Informations bibliographiques