Lexique roman, ou, Dictionnaire de la langue des troubadours,: comparée avec les autres langues de l'Europe latine, précédé de nouvelles recherches historiques et philologiques, d'un résumé de la grammaire romane, d'un nouveau choix des poésies originales des troubadours, et d'extraits de poëms divers

Couverture
Chez Silvestre, libraire, rue des Bons-enfants, no. 30., 1838
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 213 - D'aqui s'en son anat a un repaire, Don so mort de la guerra Ihi filh elh paire. Lai auzissatz maldire e filha e maire E maudire Girart cum se fos laire. Entre lo dol e Tira e lo maltraire, Si no fos sa molher, no visques gaire. Ela es savia e corteza e de bon aire E no paraula milhs nulhs predicaire. « Senher, laissa lo dol, si t'en esclaire: Tostemps fust orgolhos e gueregaire, Batalhiers e engres de mal a faire, E as plus ornes mortz no sabs retraire E los as paubrezitz e tôt lor aire.
Page 389 - Deis ditz don autr' era laire, Com fes de la gralha paus. Ries savis decazegutz Pus foron lare donador, Quar per agrey de folhor, Remania lur pretz nutz: E cui sens non es guidaire No sap ni pot a cap traire, Ans par a la fin bertaus. E ieu que sai sui vengutz, Bos reys, per vostra valor, E no i muov a comtador, Mas del vers, quant er saubutz, , Ves lo vostr' entier veiaire; Quar sai que ns es guitz e paire De pretz e tenetz las claus.
Page 230 - El nom' del Payre e del Filh e del Sant Esperit , Comensa la cansos que maestre Guilhem fit...
Page 547 - Val mais qu'el rie mal essenhat. Ges no es defora trop nutz Qui dedins es pies de vertutz. Si vols esser pros ni certas , Sias a tos vesis juvas ; De lor joy t'alegra am lor E dol ti de la lor dolor.
Page xiv - Puis il nous dit dans son lexique roman , qu'il est reconnu aujourd'hui quela langue romane rustique se forma de la corruption de la langue latine , que l'ignorance de ceux qui parlaient encore cette langue, à l'époque de l'invasion des hordes du nord , et leur mélange avec ces hordes, modifièrent d'une manière spéciale, par suite de laquelle le nouvel idiome acquit un caractère distinct d'individualité. On convient également que , selon les mots endémiques , restes des langues nationales...
Page 471 - l dia Per tost far un mercat : Si voletz avescat, O voletz abadia , Si lor datz gran aver Els vos faran aver Capel vermelh o crossa; Am fort pauc de saber, A tort oa dever, Vos auretz renda grossa , May que pauc dar no y noza.
Page 408 - 1 fai guirensa ; E , pois a leis platz que m vensa , No m'o tenh a desonor, Si '1s fortz venson H forsor. Tant es sos bels cors cortes , E '1 dig gai e plazentier, Qu'el mon non a cavalier Que vezer non la volgues , Que fag e dig e parvensa A de Monbel e d'Argensa , E de Mon Rosier color, E sa cambr
Page 240 - E mota bona roba c'om cove que la lais. E ars totz lo mostiers que fetz maestre Gervais : Pel mieg loc se fendec per la calor e frais, 525 En cazeron dos pans.
Page 265 - Que négus no pot ir, si no lo mena guitz; E cel que los a mortz ni brizatz ni cruichitz, Ja no deu tenir terra, c'aitals es sos meritz.
Page 226 - De chastels e de vilas , e de ricx maios ; Per totz meiro personas, abatz, priors. Tant quant te la Bergonha , on es Dijos , I a be pauchas gleias mas de lor dos. Grans bes e grans almornas e grans perdos Fai om en sancta gliesa per ambedos ; Quar ilh l'an eretada , ben es razos.

Informations bibliographiques