Revue moderne, Volume 35

Couverture
Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1865

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 220 - La loi, en général, est la raison humaine, en tant qu'elle gouverne tous les peuples de la terre; et les lois politiques et civiles de chaque nation ne doivent être que les cas particuliers où s'applique cette raison humaine.
Page 205 - Je suppose trois définitions, ou plutôt trois faits : l'un, que « le gouvernement Républicain est celui ou le peuple en corps , ou seulement une partie du peuple , a la souveraine puissance ; le monarchique , celui où un seul gouverne , mais par des lois fixes et établies ; au lieu que , dans le despotique , un seul , sans loi et sans règle , entraîne tout par sa volonté et par ses caprices.
Page 214 - Le peuple qui a la souveraine puissance « doit faire par lui-même tout ce qu'il peut bien faire ; et ce qu'il ne peut pas bien faire , il faut qu'il le fasse par ses ministres.
Page 201 - Avant toutes ces lois sont celles de la nature, ainsi nommées parce qu'elles dérivent uniquement de la constitution de notre être. Pour les connaître bien, il faut considérer un homme avant l'établissement des sociétés. Les lois de la nature seront celles qu'il recevrait dans un état pareil.
Page 40 - Toutes les Écoles de l'Université impériale prendront pour base de leur enseignement : 1° Les préceptes de la religion catholique; 2° La fidélité à l'Empereur, à la monarchie impériale dépositaire du bonheur des peuples et à la dynastie...
Page 215 - Il ne faut pas beaucoup de probité pour qu'un gouvernement monarchique ou un gouvernement despotique se maintiennent ou se soutiennent. La force des lois dans l'un, le bras du prince toujours levé dans l'autre, règlent ou contiennent tout. Mais dans un Etat populaire, il faut un ressort de plus, qui est la vertu.
Page 218 - Chaque société particulière vient à sentir sa force ; ce qui produit un état de guerre de nation à nation. Les particuliers , dans chaque société , commencent à sentir leur force ; ils cherchent à tourner en leur faveur les principaux avantages de cette société; ce qui fait entre eux un état <le guerre.
Page 40 - La fidélité à l'empereur, à la monarchie impériale, dépositaire du bonheur des peuples, et à la dynastie napoléonienne, conservatrice de l'unité de la France et de toutes les idées libérales proclamées par les constitutions; 3° L'obéissance aux statuts du corps enseignant, qui ont pour objet l'uniformité de l'instruction, et qui tendent à former, pour l'état, des citoyens attachés à leur religion, à leur prince, à leur patrie et à leur famille...
Page 51 - Un certificat de stage constatant qu'il a rempli , pendant cinq ans au moins , les fonctions de professeur ou de surveillant dans un établissement d'instruction secondaire public ou libre : 2°...
Page 215 - Le gouvernement monarchique suppose , comme nous avons dit , des prééminences, des rangs, et même une noblesse d'origine. La nature de l'honneur est de demander des préférences et des distinctions : il est donc, par la chose même, placé dans ce gouvernement.

Informations bibliographiques