Oeuvres complètes, Volume 3

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 195 - Eh ! comment aimer autre chose A quatorze ans, à quatorze ans? Je mets plus d'art à ma coiffure; Je ne sais quoi vient m'inspirer : N'est-ce donc que pour la figure Qu'on aime tant à se parer? Toutes les nuits, quand je repose, Je rêve, mais à des rubans. Eh ! comment rêver d'autre chose A quatorze ans, à quatorze ans? Une rose venait d'éclore ; Je l'observais sans y songer : C'était au lever de l'Aurore; Le Zéphir vint la caresser.
Page 165 - IIs ignoraient les arts pénibles Et les travaux nés du besoin ; Des arts enjoués et paisibles La culture fit tout leur soin. La tendre et touchante harmonie A leurs jeux doit ses premiers airs ; A leur noble et libre génie Apollon doit ses premiers vers. On ignorait dans leurs retraites Les noirs chagrins , les vains désirs, Les espérances inquiètes, Les longs remords des courts plaisirs.
Page 301 - ... de leurs froides plaisanteries , si les gens sensés et vertueux , si les écrivains dignes de servir la religion , si les ames honnêtes et pieuses que j'ai pu scandaliser, voient mon humble désaveu avec cette satisfaction pure que fait naître la vérité dès qu'elle se montre. Je profite de cette occasion pour rétracter aussi solennellement tout ce que j'ai pu écrire d'un ton peu réfléchi dans les bagatelles rimées dont on a multiplié les éditions sans que j'aie jamais été dans...
Page 322 - ... pour des riens, on se dit charmé, pénétré, comblé, transporté, enchanté, ou désolé, excédé, confondu, désespéré, anéanti; on est aux nues, ou l'on se prosterne; on est à vos ordres, à vos pieds , sans se soucier de vous le moins du monde; on vous adore sans même vous respecter : dans la prétention de ne penser que fortement , de ne rien voir qu'en grand , on veut mettre à tout l'air de l'enivrement ou de la détestation , et...
Page 346 - ... moment Négligeant assez librement Et le costume et la nuance , Au lieu d'écrire sombrement Du ton doctoral et charmant De la moderne suffisance, J'ai fait parler tout bonnement , Ensemble et sans air d'importance La raison et l'amusement. Je sais que l'actuel usage N'est pas de penser...
Page 168 - Vit pasteur sans jouir de vous. Ne peins-je point une chimère ? Ce charmant siècle at-il été ? D'un auteur témoin oculaire En sait-on la réalité ? J'ouvre les fastes sur cet âge , Par-tout je trouve des regrets; Tous ceux qui m'en offrent l'imago Se plaignent d'être nés après.
Page 185 - Qu'il m'est doux de pouvoir leur rendre un témoignage Dont l'intérêt, la crainte et l'espoir sont exclus ! A leur sort le mien ne tient plus, L'impartialité va tracer leur image. Oui, j'ai vu des mortels, j'en dois ici l'aveu, Trop combattus, connus trop peu; J'ai vu des esprits vrais, des cœurs incorruptibles, Voués à la patrie, à leurs rois, à leur Dieu, A leurs propres maux insensibles, Frodigues de leurs jours, tendres, parfaits amis, Et souvent bienfaiteurs paisibles De leurs plus fougueux...
Page 184 - Oui, même en la brisant, j'ai regretté ma chaîne , Et je ne me suis vu libre qu'en soupirant. Je dois tous mes regrets aux sages que je quitte ; J'en perds avec douleur l'entretien vertueux; Et, si dans leurs foyers désormais je n'habite, Mon cœur me survit auprès d'eux ; Car...
Page 353 - Sous un coloris de candeur ; Et j'ai dit au fond de mon cœur : Heureux qui dans la paix secrète D'une libre et sûre retraite Vit ignoré, content de peu, Et qui ne se voit point sans cesse Jouet de l'aveugle déesse Ou dupe de l'aveugle Dieu...
Page 251 - ... instant du jour la nature vous répétera par toutes ses voix que l'harmonie est un présent qu'elle a reçu des cieux pour charmer ses ennuis et pour faciliter ses travaux : ainsi tout chante dans sa peine. Que font dans leurs fatigues tant d'hommes que le besoin condamne à souffrir pour d'autres hommes , et dont les mains , la liberté , et les jours sont vendus à des maîtres ? que fait le laboureur matinal en traçant ses pénibles sillons , le...

Informations bibliographiques